Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Accelerando

Charles STROSS

Titre original : Accelerando, 2005

Traduction de Jean BONNEFOY
Illustration de MANCHU

PIRANHA (Paris, France), coll. Incertain futur
Dépôt légal : avril 2015, Achevé d'imprimer : mars 2015
Roman, 560 pages, catégorie / prix : 23,90 €
ISBN : 978-2-37119-017-7
Format : 13,0 x 20,0 cm  
Genre : Science-Fiction

Couverture imprimée recto/verso.



    Quatrième de couverture    
     En ce début de XXIe siècle, être courtier en idées de technologies de pointe n'est pas sans risque. L'idéaliste Manfred Macx en sait quelque chose : depuis qu'il milite pour l'open-source et pour les droits civiques de tout humain numérisé ou des non-humains, il est harcelé par un agent du fisc — son ex-petite amie — et par la Mafiya.
     Des années plus tard, sa fille Amber et quelques amis font route, à bord d'un micro-vaisseau, vers une naine brune, lieu d'un signal extraterrestre. Premier contact ou piège alien ?
     Dans un Système solaire méconnaissable, Sirhan, le fils qu'Amber n'a jamais connu, convoque le clan Macx sur Saturne alors que le débat politique entre les humains et les posthumains fait rage. L'humanité est-elle en danger ? Une troisième voie est-elle possible ? Entre ressentiments et non-dits, il est temps que chacun s'explique. Et si Aineko, le cyber-chat des Macx, tirait les ficelles ?
 
     Sur fond d'économie et démocratie 2.0, Accelerando est un roman sur l'avenir de notre civilisation et la difficulté des relations familiales face à l'accélération technologique. Se situant entre Gibson et Egan, Charles Stross interroge le posthumanisme avec intelligence et humour.
 
     Avec ses compatriotes lain M. Banks, Ken McLeod et Peter F. Hamilton, Charles Stross participe au renouveau de la science-fiction britannique. Il s'est fait remarquer par la nouvelle « Lobsters », publiée par le magazine Asimov's Science Fiction à partir de juin 2001, à l'origine du roman. Accelerando a reçu le prix Locus du meilleur roman de science-fiction en 2006.

    Sommaire    
1 - (non mentionné), Charles Stross, pages 513 à 513, biographie
2 - Jean BONNEFOY, Glossaire, pages 517 à 554, lexique
3 - Roland LEHOUCQ, Y a-t-il un mur du futur ?, pages 555 à 559, article
4 - (non mentionné), La Singularité dans les romans de Science-Fiction, pages 561 à 561, notes

    Prix obtenus    
Locus, roman de Science-Fiction, 2006
 
    Critiques    

            Pour le lancement de la collection « Incertain Futur », destinée à publier entre autres de la science-fiction, les éditions Piranha frappent fort d’emblée avec la traduction longtemps attendue (le livre original est paru il y a pile dix ans de cela) d’Accelerando de Charles Stross, auteur que l’on aimerait voir un peu plus souvent traduit (pour la suite de la « Laverie » par exemple ?). Or, Accelerando, ce n’est pas rien : à vrai dire, on a du mal à trouver parmi les publications récentes un livre à même de rivaliser en termes d’ambition avec ce roman (fix-up, peut-être) qui, à partir du XXIe siècle tristounet, bâtit une histoire du futur globale et bluffante du genre à amener une redéfinition radicale du « sense of wonder » cher à la SF du supposé « âge d’or ».

            Tout commence avec Manfred Macx, courtier de génie capable de décider de dix brevets déterminants avant le petit déjeuner, et qui pourrait du coup être un des hommes les plus riches du monde. Sauf que la richesse au sens où l’on entend dans notre société capitaliste ne l’intéresse pas vraiment. Non, lui, il est plutôt du genre à télécharger des langoustes intelligentes dans l’espace, ou encore à soumettre un paradigme entièrement nouveau à un ex-ponte du parti communiste italien. Car Macx vit déjà dans le futur, à l’instar de son compère Franklin – ils sont de ces gens, ces nouveaux geeks, qui, pour être restés un poil asociaux et n’avoir à la bouche que les mots « singularité » et « posthumanisme », n’en sont pas moins à même de changer le monde tant leurs concepts sont avancés. Or, puisqu’ils ont les moyens, intellectuels et, indirectement, financiers, de concrétiser tout cela, ils ne vont pas se gêner pour accélérer le processus et faire en sorte que le XXIe siècle s’avère déterminant, et radicalement différent de tout ce que pouvait prédire la prospective frileuse à papa…

            Manifestation d’un certain sens de la démesure ? Sans aucun doute. Mais au milieu de tous ces romans catastrophes ou post-apocalyptiques, l’idée d’une humanité qui change tout, à commencer par elle-même, et relance la conquête de l’espace bien au-delà des limites les plus « optimistes » avancées de nos jours, a quelque chose de rafraîchissant – pour dire le moins !

            D’autant plus que pour nous conter cette « histoire du futur » au niveau le plus global, Charles Stross a emprunté la voie inattendue d’un savoureux et cruel mélodrame familial sur quatre complexes générations de Macx (un foutoir intégral, on peut bien le dire ici). Sans parler d’une chatte artificielle qui, pour être simplement kawaï au départ, s’avère rapidement bien plus que cela et se transforme en type idéal du félin vicieux. Le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour à base d’absurde et de quiproquos censés rendre l’ensemble plus digeste. Ouf…

            Car c’est à vrai dire le seul problème avec Accelerando (on mettra de côté la traduction hasardeuse de Jean Bonnefoy – il avait du boulot, certes –, et le lexique en fin d’ouvrage, bienvenu mais parcellaire) : nous parlons ici de « geeks » d’un genre particulier, ne correspondant ni à la définition péjorative originelle, ni au profil des acharnés de World of Warcraft ; Charles Stross, en geek, s’adresse à d’autres geeks férus de domaines variés, des nano-technologies à la propriété intellectuelle en passant par l’informatique, la physique et des conceptions économiques à ce point révolutionnaires que personne ne les comprend totalement. Seul un geek ayant ce profil (particulier !) sera sans doute à même d’apprécier pleinement Accelerando, c’est-à-dire de le comprendre de bout en bout. Les autres – dont votre serviteur, qui plaide coupable – seront régulièrement laissés en rade devant les développements les plus pointus du roman. Or, Accelerando est très, très pointu, fourmillant de concepts et de notions, parfois « authentiques », parfois fictionnels, et ce à chaque page. Bref, ne prenez pas Accelerando pour le métro ou la plage, ce n’est pas une lecture indiquée dans ces conditions.

            Mais peu importe, en fait. Comme chez, disons, un Baxter ou, pire, un Egan, il suffit, au-delà des concepts dans ce qu’ils ont de plus complexe, d’entrapercevoir ce qu’ils impliquent. C’est amplement suffisant pour se prendre une énorme baffe de « sense of wonder », et pour envisager la réalité d’un œil différent. Ce que fait la meilleure science-fiction, d’autant plus rare et précieuse.

            Et Accelerando figure incontestablement dans cet ensemble mal défini du rare et précieux. La démesure, ici, est une qualité que l’on aimerait rencontrer bien plus souvent, sous une forme ou une autre.

            Oui, Accelerando a quelque chose de monstrueux, qui provient sans doute, si l’on ose dire, de sa… singularité. Mais le fond du propos est d’une intelligence telle, dans tous les sens du terme, que ces soucis formels sont d’emblée balayés. Et c’est ainsi que, de « monstre », Accelerando accède au statut de chef-d’œuvre ; pour une fois que le terme n’est pas galvaudé…


Bertrand BONNET
Première parution : 1/7/2015 dans Bifrost 79
Mise en ligne le : 1/6/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69466 livres, 77804 photos de couvertures, 64562 quatrièmes.
8384 critiques, 36847 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.