Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Dernier meurtre avant la fin du monde

Ben H. WINTERS

Titre original : The Last Policeman, 2012

Cycle : Dernier meurtre avant la fin du monde vol. 1 

Traduction de Valérie LE PLOUHINEC

SUPER 8  n° (10)
Dépôt légal : février 2015
Roman, 352 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 978-2-37056-016-2
Format : 14,0 x 20,0 cm  
Genre : Science-Fiction

Photographie de couverture : () Ray Bishop / Arcangel Images ; conception graphique : Jeanne Mutrel. Existe aussi en numérique (ISBN : 978-2-37056-017-9).



    Quatrième de couverture    
À QUOI BON TENTER DE RESOUDRE UN MEURTRE
QUAND TOUT LE MONDE VA MOURIR ?

Concord, New Hampshire. Peter Zell. agent d'assurances sans histoire, est retrouvé pendu dans les toilettes d'un McDonald's. Banale affaire de suicide, semble-t-il, mais Hank Palace, flic obstiné, refuse de s'en tenir à l'évidence. Certain qu'il a affaire à un meurtre, il décide de poursuivre l'enquête. Même s'il sait que celle-ci a peu de chances de le mener bien loin puisque, dans six mois, il sera mort. Comme tous les habitants de Concord. Et comme tout le monde aux États-Unis et sur Terre. Les scientifiques sont en effet formels : passé cette date, notre planète aura cessé d'exister, percutée de plein fouet par 2011GVr un gigantesque astéroïde qui la réduira en poussière.

Dans cette ambiance pré-apocalyptique, où les marchés financiers se sont effondrés, où la plupart des salariés ont abandonné leur travail, où d'innombrables personnes se livrent à tous les excès possibles tandis que d'autres mettent fin à leurs jours, Hank, envers et contre tous, s'accroche. Il a un boulot à terminer. Et rien, pas même l'apocalypse, ne pourra l'empêcher de résoudre son affaire.

Premier volume d'une trilogie aux prémisses résolument inédites, Dernier meurtre avant la fin du monde est LE polar de la fin du monde. Sans jamais se départir d'un prodigieux sens de l'intrigue et du suspense, Ben H. Winters nous propose une vision terriblement convaincante d'un monde à l'agonie. Outre celle de l'identité du tueur, de nombreuses questions vont tarauder le lecteur. En particulier celle de savoir ce que nous ferions, ce que nous aurions réellement le courage de faire, si nos jours étaient comptés.

Ben H. Winters vis à Indianapolis, dans l'Indiana. Dernier meurtre avant la fin du monde est son premier roman traduit en France.
 
    Critiques    

            Toilettes d’un McDonald’s de Concord, New Hampshire. Dans lesquelles on retrouve Peter Zell, un agent d’assurances insignifiant. Pendu. Tout semble indiquer un suicide. Sauf que Hank Palace, jeune policier fraîchement promu officier, n’y croit pas. Son instinct pointe une incohérence. Ceci étant, son instinct, tout le monde s’en moque. D’abord parce qu’il n’est qu’un bleu sans expérience dont les attitudes semblent tout droit sorties du manuel du parfait petit policier. Et puis, surtout, il va mourir dans quelques mois. Et avec lui la majorité des habitants de notre planète. Car l’astéroïde 2011GV fonce vers la Terre, et la collision est inévitable. Alors un mort de plus ou de moins, hein ?

            L’idée, quoique déjà vue, est plutôt bien menée. La société se délite progressivement après l’explosion de notions comme le bien commun et l’épargne en prévision du futur. Terminés les « Je ferai ça aux prochaines vacances », les « J’aurai le temps pendant ma retraite » et les « Je le lirai plus tard ». Les priorités sont révisées. Maintenant c’est chacun pour soi. Certains individus abandonnent leur routine et tentent de réaliser leurs fantasmes. D’autres survivent en se raccrochant à des habitudes qu’ils rêvent immuables. Beaucoup, enfin, refusent de laisser 2011GV décider de l’heure de leur sortie et précipitent leur fin. Si les États n’avaient pas donné des pouvoirs exceptionnels à l’armée, tout ne serait qu’anarchie. Le port d’armes est sévèrement puni par la loi, tout comme le trafic de drogues. Or, avec cette épée de Damoclès fonçant droit vers la planète bleue, les peines de prison de quelques mois deviennent des condamnations à vie. Ce qui en fait réfléchir plus d’un, et évite que tout ne s’écroule définitivement.

            C’est là l’intérêt principal de Dernier meurtre avant fin du monde, la réflexion que le roman développe sur les conséquences d’une catastrophe annoncée sur nos comportements, individuels et collectifs. Pour le reste… Plus on tourne les pages, plus le lecteur se demande lui aussi « A quoi bon ? ». Le personnage principal, lisse et agaçant à force d’objectivité (un collègue lui demande s’il ne vient pas d’une autre planète, on comprend vite pourquoi), semble vivre hors du monde tant il paraît imperméable aux événements – on est presque surpris quand il tombe amoureux. Bref, la mayonnaise ne prend pas, et l’intrigue, tout juste correcte, peine à maintenir l’intérêt. À vrai dire, on en vient à se féliciter de la brièveté (relative) du texte, qui se lit malgré tout assez vite. De là à attendre avec impatience la sortie du deuxième volume de cette trilogie dont le dernier tome est paru aux États-Unis en juillet dernier, il y a un pas, peut-être même deux…


Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/4/2015 dans Bifrost 78
Mise en ligne le : 17/5/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68910 livres, 76159 photos de couvertures, 63952 quatrièmes.
8350 critiques, 36504 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.