Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Veilleurs

Connie WILLIS

Titre original : The Best of Connie Willis, 2013
Première parution : États-Unis, New York, Del Rey-Ballantine, juillet 2013


Traduction révisée par Sébastien GUILLOT

J'AI LU (Paris, France), coll. Nouveaux Millénaires
Dépôt légal : mars 2015
Première édition
Roman, 544 pages, catégorie / prix : 19,90 €
ISBN : 978-2-290-09796-0
Format : 13,0 x 19,9 cm  
Genre : Science-Fiction

Couverture : Rue des Archives (c) J'ai Lu.



    Quatrième de couverture    
Propulsé en 1940 à Londres par le professeur Dunworthy sans la moindre préparation, John Bartholomew intègre la brigade des veilleurs du feu, ces héros qui ont sauvé la cathédrale Saint-Paul des bombes allemandes... À cette époque, de nombreux Londoniens se réfugiaient dans le métro, dont plusieurs stations portent aujourd’hui encore de bien curieux stigmates... Et tandis que d’autres vont chercher la mort beaucoup plus loin, sur les rives antiques du Nil, certains accueillent en eux la présence des dieux à têtes d'animaux pour en faire un commerce fort lucratif...
 
Voici quelques-uns des thèmes abordés dans ces neuf nouvelles et courts récits primés — parmi lesquels « Les veilleurs du feu », préquelle au roman Black-Out et au cycle temporel — , qui donnent à voir un aperçu complet des talents de conteuse de Connie Willis.
 
Reconnue comme un auteur de science-fiction de premier plan, mais tout aussi appréciée par ceux qui n'en lisent pas, Connie Willis vit un pied dans le Colorado, l'autre solidement planté dans les rues embrumées de sa ville de cœur, Londres.

    Sommaire    
1 - Avant-propos (Introduction), pages 11 à 18, introduction, trad. Sébastien GUILLOT
2 - Une lettre des Cleary (A Letter From the Clearys), pages 19 à 36, nouvelle, trad. Françoise JAMOUL rév. Sébastien GUILLOT
3 - Au Rialto (At the Rialto), pages 37 à 69, nouvelle, trad. Jean-Pierre PUGI rév. Sébastien GUILLOT
4 - Morts sur le Nil (Death on the Nile), pages 71 à 104, nouvelle, trad. Jean-Pierre PUGI rév. Sébastien GUILLOT
5 - Les Veilleurs du feu (Fire Watch), pages 105 à 159, nouvelle, trad. Philippe R. HUPP rév. Sébastien GUILLOT
6 - Infiltration (Inside Job), pages 161 à 247, nouvelle, trad. Sébastien GUILLOT
7 - Même sa Majesté (Even the Queen), pages 249 à 274, nouvelle, trad. Jean-Pierre PUGI rév. Sébastien GUILLOT
8 - Les Vents de Marble Arch (The Winds of Marble Arch), pages 275 à 346, nouvelle, trad. Sébastien GUILLOT rév. Sébastien GUILLOT
9 - Tous assis par terre (All Seated on the Ground), pages 347 à 429, nouvelle, trad. Sébastien GUILLOT
10 - Le Dernier des Winnebagos (The Last of the Winnebagos), pages 431 à 498, nouvelle, trad. Jean-Pierre PUGI rév. Sébastien GUILLOT
11 - Anne Lesley GROELL, Note de l'éditrice (Editor's Note), pages 499 à 500, notes, trad. Sébastien GUILLOT
12 - Discours de l'invitée d'honneur Convention mondiale de science-fiction 2006 (2006 Worldcon Guest of Honor Speech), pages 501 à 520, notes, trad. Sébastien GUILLOT
13 - Discours de secours pour la remise du Grand Master Award (Grand Master Backup Speech (never delivered)), pages 521 à 532, notes, trad. Sébastien GUILLOT
14 - Discours de la lauréate du Grand Master Award (Grand Master Acceptance Speech), pages 533 à 539, notes, trad. Sébastien GUILLOT

    Prix obtenus    
Locus, recueil, 2014
Prix obtenus par des textes au sommaire :
Au Rialto : Nebula, novelette, 1989
Le Dernier des Winnebagos : Nebula, novella / Court roman, 1988, Analog (prix des lecteurs), novella / Court roman, 1989, Asimov's (prix des lecteurs), novella / Court roman, 1989, Hugo, novella / Court roman, 1989, Science Fiction Chronicle, novella / Court roman, 1989
Infiltration : Hugo, novella / Court roman, 2006
Même sa Majesté : Nebula, nouvelle / Short story, 1992, Asimov's (prix des lecteurs), nouvelle / Short story, 1993, Hugo, nouvelle / Short story, 1993, Locus, nouvelle / Short story, 1993, Science Fiction Chronicle, nouvelle / Short story, 1993
Morts sur le Nil : Hugo, nouvelle / Short story, 1994, Science Fiction Chronicle, nouvelle / Short story, 1994
Tous assis par terre : Hugo, novella / Court roman, 2008
Une lettre des Cleary : Nebula, nouvelle / Short story, 1982
Les Veilleurs du feu : Nebula, novelette, 1982, Hugo, novelette, 1983, Science Fiction Chronicle, novelette, 1983
Les Vents de Marble Arch : Hugo, novella / Court roman, 2000
 
    Critiques    

            Le titre original de cet ouvrage, The Best of Connie Willis, est on ne peut plus clair, et ça ne mégotte pas : les neuf nouvelles qui le composent (initialement publiées entre 1982 et 2007) ont toutes été primées. Hugo, Nebula, Locus comme s’il en pleuvait. C’est dire la valeur sûre que représente l’ensemble – quand bien même, en ces temps troublés, ces récompenses ne possèdent peut-être plus l’aura d’antan –, qui offre qui plus est une vue assez large du talent considérable de cette auteure peu prolifique, mais ô combien efficace.

            Commençons donc par le récit qui donne pour partie son titre au recueil : « Les Veilleurs du feu ». Cette histoire de voyage temporel est à l’origine des deux grands romans de 2010, parus par ici chez Bragelonne en 2012 et 2013, Black-Out et All Clear (cf. les critiques dans les numéros 69 et 73 de Bifrost) et désormais disponibles en poche chez J’ai Lu. Dans ce texte, les historiens peuvent voyager dans le temps pour se confronter, en principe, à leur période de prédilection. C’est ainsi que le narrateur se retrouve plongé en plein Blitz, à Londres, avec les défenseurs de Saint-Paul. Or, il le sait, cet édifice sera détruit par les bombardements… Écrit sous forme de journal, ce texte est sans appel : Connie Willis excelle à peindre les sentiments de ses personnages, et semble rien moins qu’habitée par son sujet tant elle restitue avec minutie le contexte historique dans lequel s’inscrit son récit. Des qualités d’empathie et de précision qui traversent l’ensemble des nouvelles ici proposées. « Les Vents de Marble Arch » est à ce titre exemplaire. Avec encore le Blitz en guise de toile de fond, pour cette évocation douce-amère des traces laissées par le passé dans notre vie quotidienne à travers le souffle du métro londonien – une histoire tout en touches subtiles.

            Comme tout bon auteur de SF, Connie Willis dépeint souvent l’avenir pour interroger le présent. Regard nostalgique dans « Le Dernier des Winnebago » : par un parallèle surprenant, Willis peint un monde où les chiens ont disparu, suite à une épidémie, tout comme les camping-cars, interdits dans la plupart des États américains. « Même Sa Majesté », nouvelle pleine d’humour, se moque gentiment des modes de retour à la nature et aux bienfaits de l’ancien temps (ici, la « joie » d’avoir à nouveau ses règles alors qu’un médicament est parvenu à les supprimer, avec les douleurs et embarras afférents) et questionne avec finesse l’influence de la société sur la condition féminine.

            Car dérision et légèreté figurent aussi dans l’éventail des talents de Connie Willis. « Tous assis par terre » raconte l’« invasion » de la Terre par des extraterrestres silencieux et boudeurs. Loin des Independence Day et autres attaques massives de notre pauvre planète, cette nouvelle observe avec détachement les comportements caricaturaux de certains êtres humains, à commencer par les extrémistes religieux. « Au Rialto » n’épargne pas la manie des conventions scientifiques et autres réunions de pairs dont les États-Unis sont le théâtre permanent. Humour toujours avec « Infiltration », enquête rondement menée sur les arnaques des faux médiums, où le réel côtoie le fantastique. Une frontière, celle du surnaturel, que Connie Willis n’hésite pas à franchir dans « Morts sur le Nil », incursion réussie au royaume des morts.

            On l’aura compris, Les Veilleurs constitue une entrée idéale dans l’univers de Connie Willis, plus accessible, peut-être, que les longs (mais réussis) Black-Out et All Clear. D’autant que les textes qui accompagnent chaque nouvelle sont éclairants et offrent l’image d’un écrivain réfléchi, lucide sur son travail et l’influence de ses « maîtres » (Heinlein, Haldeman, Silverberg), engagée dans la vie publique. Enfin, en guise de bonus, l’éditeur nous offre trois discours, prononcés (ou non), une autre facette de l’auteure du Grand Livre distinguée par le Science Fiction Hall of Fame. Une réussite, assurément, dont on ne pourra faire l’économie.


Raphaël GAUDIN
Première parution : 1/10/2015 dans Bifrost 80
Mise en ligne le : 19/7/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70856 livres, 81142 photos de couvertures, 66038 quatrièmes.
8469 critiques, 38060 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.