Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Vostok

Laurent KLOETZER


Illustration de Aurélien POLICE

DENOËL (Paris, France), coll. Lunes d'Encre
Dépôt légal : mars 2016
Première édition
Roman, 432 pages, catégorie / prix : 21,50 €
ISBN : 978-2-207-13266-1
Format : 14,0 x 20,5 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Vostok, Antarctique. L’endroit le plus inhospitalier sur Terre. Des températures qui plongent jusqu’à -90 °C. En 1957, les Russes y ont installé une base permanente, posée sur un glacier de 3 500 mètres d’épaisseur, ignorant alors qu’à cet endroit, sous la glace, se cache un lac immense, scellé depuis l’ère tertiaire. Pendant des décennies, équipe après équipe, puits après puits, ils ont foré la glace. Pour trouver, peut-être, des formes de vie jusque-là inconnues.
     Vingt ans après la fermeture de la base, un groupe d’hommes et de femmes y atterrit, en toute illégalité. Ils vont réchauffer le corps gelé de Vostok, réveiller ses fantômes. Ils sont là pour s’emparer du secret du lac. S’ils échouent, il ne leur sera pas permis de rentrer vivants chez eux.

     Situé dans le même futur qu'Anamnèse de Lady Star, Vostok narre l’incroyable aventure d’une très jeune femme, Leonora, condamnée à laisser les derniers vestiges de son enfance dans le grand désert blanc.

     Laurent Kloetzer est l’auteur d’une dizaine de romans. Son précédent ouvrage chez Denoël, Anamnèse de Lady Star, écrit en collaboration, signé du symbionyme L.L. Kloetzer, a reçu le Grand Prix de l’Imaginaire.
Critiques
     Dans le futur proche, une bande de mafieux sud-américains doit se rendre à Vostok pour retrouver une information nécessaire à leur activité. Vostok est la base scientifique russe située en antarctique, abandonnée depuis une vingtaine d’années. Accompagnée d’un des derniers scientifiques ayant peuplé la base, l’expédition, en plus des difficultés techniques inhérentes au milieu polaire, se heurte aux problèmes causés par sa composition hétéroclite.

     Trois ans après l’exceptionnel Anamnèse de Lady Star, l’un des deux auteurs revient dans le même univers pour nous proposer un roman radicalement différent, aussi bien dans la construction que dans la narration. A l’opposé du récit brouillé et morcelé d’Anamnèse... , Vostok est un roman linéaire se déroulant sur quelques mois avec un personnage central, interrompu seulement par quelques flashbacks consacrés à l’histoire de la station polaire. Se dégageant d’un décor SF pourtant intéressant (l’avenir promis par l’auteur est particulièrement bien pensé), le roman se transforme en huis-clos entre une dizaine de personnages coincés dans la base, chargés de remettre en marche le système de forage afin de résoudre l’énigme.

     Passionnant par l’exploration de ce décor rarement exploité en littérature, addictif par son style direct et son intrigue en forme de chasse au trésor, Vostok souffre de quelques légères faiblesses. Tout d’abord, ses personnages : Léonora, l’adolescente, ne parle jamais de son corps, à un âge ou cela devrait pourtant occuper une partie de ses pensées ; elle est trop lisse et trop forte. Un autre ne semble là que pour une scène tragique qui, malheureusement, m’a irrémédiablement fait penser au film Les bronzés font du ski. On peut aussi se poser des questions sur l’intérêt de la présence du Ghost. Enfin, les bandits sud-américains sont des archétypes à la limite de la coquille vide. Ensuite, cette intrigue linéaire est bien plus abordable que les productions habituelles des Kloetzer, seul ou en binôme, et je regrette presque de ne pas avoir fait souffrir mes méninges en le lisant. Mais cela est bien mineur et ne devrait gêner que peu de lecteurs qui se laisseront happer par cette base de l’antarctique.



René-Marc DOLHEN
Première parution : 23/8/2016 nooSFere


     S’inscrivant dans l’univers déjà dessiné par Anamnèse de Lady Star, le science-fictionnel Vostok projette ses lecteurs et lectrices dans un futur aussi proche que sombre : se déroulant au mitan du XXIe siècle, il participe de la même géopolitique du chaos que celle campée par Anamnèse de Lady Star. Dans le Chili où débute Vostok, le gouvernement est réduit au rôle de supplétif dans la lutte opposant sur son territoire le Cartel et la Fédération andine. Cette dernière est une déclinaison futuriste des guérillas sud-américaines contemporaines. Les Andins fondent leur redoutable pouvoir sur un terrorisme high-tech combinant, entre autres innovations, d’énormes drones bombardiers et le « Vault, un système de communication décentralisé, sécurisé, présent dans le monde entier ». Quant au Cartel, il constitue une version pareillement upgradée des mafias actuelles. Tenant plus de la firme transnationale que du syndicat du crime, il tire lui aussi sa puissance inédite de sa maîtrise des avancées technologiques imaginées avec soin par Laurent Kloetzer. C’est donc en toute logique que l’espace numérique forme un champ de bataille essentiel dans la guerre entre ces révolutionnaires et ces truands 3.0. Juan Albornoz – un jeune mais déjà très redouté lieutenant du Cartel – s’efforce ainsi d’obtenir le code d’accès au Vault des Andins pour en prendre le contrôle. Une entreprise qui emmène ce caïd des antipodes encore un peu plus loin au sud. Puisqu’il doit chercher la clef informatique du darknet de la Fédération en Antarctique – une contrée déjà parcourue par quelques grands de l’Imaginaire tels Edgar Allan Poe, Jules Verne, Howard Phillips Lovecraft, René Barjavel ou plus récemment Alan Moore… Là-bas se trouve Vostok, un complexe scientifique russe déserté de longue date. La base repose sur trois mille mètres de glace sous lesquels se tapit un lac souterrain, recélant lui-même une bactérie unique au monde. Le code génétique de l’organisme endémique a inspiré à Veronika Lipenkova – une ex-chercheuse de Vostok ralliée à la Fédération andine – le mot de passe du Vault. Or la Russe a emporté dans la mort la formule du génome bactérien, contraignant le truand chilien à aller la récupérer à Vostok même. Mais rien ne se passe comme prévu après que Juan et son équipe ont rallié ces extrêmes confins du monde… Le techno-thriller futuriste qu’est d’abord Vostok se mue dès lors en survival polaire dont la tension paranoïaque fait irrésistiblement écho à celle de The Thing, le maître-film de John Carpenter. D’une forte rigueur descriptive quand elle évoque l’emprise destructrice de machines nouvelles sur Valaparaiso, l’écriture de Laurent Kloetzer dépeint avec une identique précision les corps et les psychés de ses personnages prisonniers du désert austral. Le romancier s’attache plus particulièrement aux sensations de Leo, la jeune sœur de Juan, en réalité l’héroïne de Vostok. L’homme du Cartel l’a emmenée en Antarctique en guise de « porte-bonheur ». Heureuse intuition. Seule Leo s’avère à même de percer les nombreux mystères de Vostok. Le Vault et la bactérie polaire ne forment, en effet, que le sommet immédiatement visible de l’énigmatique iceberg science-fictionnel dessiné par Laurent Kloetzer avec Vostok. Épaulée dans sa quête par un « Ghost » – une entité virtuelle aux formes humanoïdes, capable de lire dans le passé –, l’adolescente se transforme peu à peu en une manière de chamane cyberpunk. Son talent visionnaire se déploiera pleinement lors d’un trip à la fois magique et numérique, constituant l’acmé littéraire de Vostok. Devenant elliptique, adoptant une temporalité éclatée, la narration de Laurent Kloetzer restitue alors avec une force incantatoire certaine le voyage mental de Leo au-delà des apparences glacées de Vostok. Les vérités mises à jour par la (super)héroïne du roman dépasseront de très loin le seul cadre de l’aventure criminelle initiée par Juan. Devenue une femme puissante – Vostok est aussi, et à sa singulière manière, un récit de formation et d’empowerment –, Leo tirera notamment de son extraordinaire expérience de quoi redonner l’espoir à une humanité en proie à la pandémie apocalyptique évoquée dans Anamnèse de Lady Star… Riche d’une séduisante générosité générique, Vostok s’ouvre sous les auspices du polar et de la hard-science pour se clore de manière mystique et hallucinatoire. Un roman qui aurait pu aussi s’intituler 2051, l’Odyssée de la glace

Pierre CHARREL
Première parution : 1/7/2016 dans Bifrost 83
Mise en ligne le : 12/9/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77945 livres, 89439 photos de couvertures, 73891 quatrièmes.
8687 critiques, 42386 intervenant·e·s, 1613 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.