Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Sitrinjêta

Christian LÉOURIER


Illustration de François BARANGER

CRITIC , coll. Science-Fiction
Dépôt légal : mai 2016
Première édition
Roman
ISBN : 979-10-90648-62-3
Format : 13,0 x 19,7 cm



Ressources externes sur cette œuvre : quarante-deux.org
Ressources externes sur cette édition de l'œuvre : quarante-deux.org

Quatrième de couverture
     Loin dans le futur, dans le fourmillement d’étoiles, les humains ne sont plus que des créatures parmi d’autres, pas les plus appréciées, ni les plus importantes. Bien au contraire.
     Quand Hénar Log Korson, capitaine Terrien sans vaisseau, rencontre le terrifiant Skaatlin pour lui soutirer une astronef, nul ne se doute réellement de ses motivations... à moins que les enjeux de son périple ne soient déjà connus en coulisse !
     Pourvu d’un équipage hétéroclite où se greffe une jeune femme imposée par Skaatlin, le Snekkja entreprend alors un long voyage semé d’embûches vers une destination mystérieuse : Sitrinjêta.
     Trahisons, aventures, incidents politiques jalonneront l’épopée de Hénar et de son équipage, jusqu’à une révélation finale dont les étoiles se souviendront longtemps !
Critiques

     Christian Léourier a les crocs. Après les campagnes et les forêts glaciales de Dur silence de la neige, paru presque simultanément chez les Moutons électriques, retour à l’espace. La Terre est un terrain de jeu trop petit pour l’auteur de « Lanmeur », habitué à voyager aux confins de galaxies lointaines, très lointaines…

     Cette fois-ci, l’avenir de toutes les espèces pourrait bien reposer sur les épaules de Hénar Log Korson, aventurier terrien hâbleur et roublard, bientôt traqué par la moitié de l’univers pour avoir accepté de convoyer un vaisseau dans les soutes duquel repose une relique aux pouvoirs XXL. À ses côtés : Svaun, un pilote trans amateur de géométrie non euclidienne, et Ullinn, princesse ramenarde tout juste réveillée de son sommeil cryogénique. Quelques individus au pedigree louche viennent compléter la mauvaise troupe. La fine fleur des étoiles, quoi… L’affaire tourne rapidement au jeu de dupes entre les membres de l’équipage et le (ou les) commanditaire(s) de l’expédition, plusieurs factions extraterrestres rivales, ainsi qu’une administration galactique tatillonne : il s’avère que l’artefact suscite bien des convoitises et que tous, à des degrés divers, ont intérêt à ce qu’il parvienne à destination… mais quelle destination au juste ? Hénar se retrouve souvent forcé de sympathiser avec ses adversaires pour mieux louvoyer au milieu des complots et des retournements d’alliance, d’autant plus que le précieux chargement semble lié à tout un pan obscur de son histoire personnelle, qu’il a choisi sciemment d’oublier…

     Sitrinjêta est un ouvrage composite qui emprunte autant à Star Wars qu’à La Faune de l’espace ou à Cobra Space Adventure (liste bien évidemment non exhaustive). Pour faire avancer l’action et accrocher le lecteur, l’ensemble repose moins sur la dynamique de groupe et la construction d’un univers (point fort de l’auteur) que sur les soubresauts d’une intrigue à triple fond qui semble se dérober à mesure qu’elle se dévoile. L’enchaînement des péripéties jusqu’au twist cosmogonique final est tellement bien huilé qu’il fait oublier toutes les fautes de goûts en matière de planètes, extraterrestres et vaisseaux trop peu exotiques ou de personnages tristement fades. Pour un Hénar convaincant en Han Solo du pauvre, combien de seconds couteaux à peine esquissés ?… Heureusement, à côté du chef scout de la bande, Ullinn apporte une dimension badass, façon SuckerPunch, assez rafraîchissante.

     Quintessence du space opera populaire, les meilleures productions estampillées Fleuve Noir ne valaient que par la capacité de leurs auteurs à trouver des interstices entre le scénario, le casting et les scènes de batailles navales imposées où ils pouvaient glisser leur patte. S’inscrivant dans la même lignée, Sitrinjêta n’a pas à rougir ; Christian Léourier s’en sort même étonnement bien si l’on considère l’aspect casse-gueule du projet (un one-shot d’à peine trois cents pages) pour un auteur dont l’imaginaire n’aime rien tant qu’avoir les coudées franches afin d’exprimer toute sa richesse et sa force poétique (en témoigne le cycle de « Lamneur »). De fait, s’il n’échappe pas à un certain classicisme, le ton – et l’écriture – suffisent à rendre le livre éminemment sympathique et à le distinguer de la masse des blockbusters signés David Weber, Jack Campbell et consorts.

Sam LERMITE
Première parution : 1/10/2016 dans Bifrost 84
Mise en ligne le : 16/10/2022

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 79110 livres, 91850 photos de couvertures, 75097 quatrièmes.
9023 critiques, 43014 intervenant·e·s, 1660 photographies, 3772 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2023. Tous droits réservés.