Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Notre part de nuit

Mariana ENRIQUEZ

Titre original : Nuestra parte de noche, 2019
Première parution : Barcelone, Espagne : Anagrama, 27 novembre 2019
Traduction de Anne PLANTAGENET
Illustration de Alexandre CABANEL

Le SOUS-SOL (Paris, France)
Date de parution : 19 août 2021
Dépôt légal : août 2021
Première édition
Roman, 768 pages, catégorie / prix : 25 €
ISBN : 978-2-36468-466-9
Format : 16,0 x 23,0 cm
Genre : Fantastique

Couverture avec rabats.
Existe en version numérique.
Illustration extraite de : © The Picture Art collection / Alamy Stock Photo.



Quatrième de couverture

Un père et son fils traversent l'Argentine par la route, comme en fuite. Où vont-ils ? À qui cherchent-ils à échapper ? Le petit garçon s'appelle Gaspar. Sa mère a disparu dans des circonstances étranges. Comme son père, Gaspar a hérité d'un terrible don : il est destiné à devenir médium pour le compte d'une mystérieuse société secrète qui entre en contact avec les Ténèbres pour percer les mystères de la vie éternelle.

Alternant les points de vue, les lieux et les époques, leur périple nous conduit de la dictature militaire argentine des années 1980 au Londres psychédélique des années 1970, d'une évocation du sida à David Bowie, de monstres effrayants en sacrifices humains. Authentique épopée à travers le temps et le monde, où l'Histoire et le fantastique se conjuguent dans une même poésie de l'horreur et du gothique, Notre part de nuit est un grand livre, d'une puissance, d'un souffle et d'une originalité renversants. Mariana Enriquez repousse les limites du roman et impose sa voix magistrale, quelque part entre Silvina Ocampo, Cormac McCarthy et Stephen King.

 

[texte du rabat de quatrième]

Mariana Enriquez
Née à Buenos Aires en 1973, elle a fait des études de journalisme à l'université de La Plata et dirige Radar, le supplément culturel du journal Página/12. Elle a publié deux recueils de nouvelles, dont le très remarqué Ce que nous avons perdu dans le feu, publié aux Éditions du sous-sol en 2017 (Points, 2021). Elle a reçu le prestigieux prix Heralde et le prix de la Critique pour son premier roman Notre part de nuit, succès de librairie en Espagne et en Amérique latine et en cours de traduction dans plus d'une vingtaine de langues.

Critiques

Au centre de Notre part de nuit, il y a l'Ordre, une organisation occulte, qui vénère un dieu incompréhensible et aveugle, l'Obscurité : un dieu qui a promis à ses adorateurs rien moins que la vie éternelle mais qui les dévore dans le même temps. L'Ordre est dirigé par la famille Bradford, établie à Londres et en Argentine. Les différentes parties du roman nous font découvrir trois générations de cette famille. Il y a d'abord celle des grands-parents, installés à Puerto Reyes, près de la frontière avec le Paraguay. Ils sont riches, avides de pouvoir, obnubilés par le culte et la recherche de l'immortalité. La deuxième génération, c'est celle de Juan, personnage central de la première partie du roman, et Rosario, à qui est consacrée la quatrième. Juan est un médium extraordinaire, capable d'invoquer l'Obscurité comme personne avant lui, mais il se rebelle contre l'Ordre afin de protéger le fils qu'il a eu avec Rosario, Gaspard. Gaspard est lui aussi un médium, son potentiel est plus grand encore que celui de Juan, mais il grandit caché aux yeux de l'Ordre. On le suit enfant, dans les dernières années de la dictature argentine, puis jeune adulte après le retour de la démocratie.

Alternant les points de vue, passant d'une époque à l'autre, Notre part de nuit est un roman multiple, pluriel, inclassable tant il aborde et brasse différents sujets. On peut le lire comme l'immersion au sein d'un culte lovecraftien. On pense immédiatement au Maître de Providence lorsque Mariana Enriquez décrit l'Obscurité comme « un dieu sauvage ou trop lointain » (p. 198), un dieu « indomptable [qui] mutile et engloutit » (p. 415), lointain cousin d'Azathoth,  « dieu aveugle et idiot » (H.P. Lovecraft, Celui qui hantait les ténèbres). Mais cette plongée à l'intérieur de l'Ordre permet d'appréhender la complexité de la secte. C'est une véritable société avec son histoire et ses règles ; elle est traversée de luttes de pouvoir et de tensions sociales ; l'ambition personnelle y prend parfois le pas sur la dévotion. La pitié n'y a que peu de place : les mères tuent leurs filles, les pères infligent des épreuves douloureuses à leurs fils, les adultes sacrifient les enfants, les riches exploitent les pauvres. L'Ordre est tout aussi effrayant que les créatures démoniaques qu'il invoque. C'est une secte puissante et cruelle, dont il est difficile de sortir.

Notre part de nuit raconte aussi l'histoire récente de l'Argentine, en particulier la période qui s'étend de la fin de la dictature au retour de la démocratie, autour des années 80. La famille Bradford appartient à cette classe sociale qui s'accommode de tous les régimes et qui conserve l'appui du pouvoir quel que soit ce pouvoir. Aussi, les exactions de la junte n'apparaissent-elles qu'en filigranes dans le récit, à l'exception d'un très beau passage qui rend hommage aux Mères de la place de Mai (Le puits de Zañartú). La violence de la période (que Mariana Enriquez a connue enfant) est surtout présente métaphoriquement à travers les crimes liés au culte de l'Obscurité.

C'est également un roman d'horreur, de l'horreur la plus crue, exposée sans filtre dès les premières pages. La lecture est parfois éprouvante : fantômes, démons, l'Obscurité qui dévore littéralement ses adorateurs. Mais surtout, il y a ces enfants torturés, ces sacrifices humains, où aucun détail ne nous est épargné, comme on ne nous cache rien du long chemin de croix de Juan, de sa maladie qui fait de lui un mort en suspens, de son corps supplicié par les multiples opérations chirurgicales comme par les cérémonies qu'il dirige pour l'Ordre. Rien de gratuit, cependant ; Mariana Enriquez ne tombe jamais dans la complaisance ou le sadisme, mais elle entraîne le lecteur dans une ambiance moite et étouffante, à l'instar de l'atmosphère tropicale de la province de Misiones où réside la famille Bradford. Cette horreur se mêle d'érotisme, d'une description sensuelle des corps, même mutilés, d'une sexualité exacerbée, que ça soit dans le Swinging London où à travers Juan, au charisme magnétique, qui séduit les hommes et les femmes avec son corps couturé de cicatrices.

Mais le principal atout de Notre part de nuit, c'est d'être une extraordinaire histoire d'amour entre un père et un fils. Un amour qui « pollue et rend possessif, sauvage, destructeur » (p. 530) mais que Mariana Enriquez exalte dans des scènes très fortes, comme lorsque Juan s'endort et que son fils vient s'allonger contre lui, l'oreille collée à sa poitrine de peur que le cœur de son père ne s'arrête de battre. Un amour qui brille avec assez d'intensité pour contrecarrer l'Obscurité. Juan est un père malade, presque fou, il aime son fils mais il l'aime mal ; il le brutalise, même si c'est aussi pour le protéger de l'Ordre. Ce personnage est sans doute le plus envoûtant du roman, à la fois victime et grand prêtre d'un culte lovecraftien, veuf inquiet et plein de rage contre la famille de sa femme, père aimant mais père violent, père tourmenté qui lutte sans cesse contre la tentation de réduire son fils à la seule continuation de lui-même, il suscite moins la sympathie que la fascination. Gaspard est un enfant privé d'enfance, trop tôt confronté à la mort et à l'arbitraire de pouvoirs autoritaires et violents. Son amour pour Juan est profond mais douloureux, tant parce qu'il a peur de ce père qu'il ne comprend pas, que par la certitude qu'il va le perdre à cause de sa malformation cardiaque, après avoir perdu sa mère.

Mêlant horreur et sentiments, porté par une écriture fluide et puissante, s'appuyant sur une structure narrative subtile, Notre part de nuit est tout à la fois un grand roman de littérature fantastique et un témoignage sur l'histoire récente de l'Argentine. C'est surtout une histoire d'amour âpre, douloureuse, intense, mais tellement belle.

 

Jean-François SEIGNOL
Première parution : 30/4/2022 nooSFere

Prix obtenus
Grand Prix de l'Imaginaire, Roman étranger, 2022
Imaginales, Roman étranger, 2022


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77050 livres, 87983 photos de couvertures, 72925 quatrièmes.
8562 critiques, 41940 intervenant·e·s, 1601 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.