Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Un bon Indien est un indien mort

Stephen Graham JONES

Titre original : The Only Good Indians, 2020
Première parution : New York, USA : Saga Press, 14 juillet 2020
Traduction de Jean ESCH
Illustration de Kaiwan SHABAN

RIVAGES (Paris, France), coll. Noir
Date de parution : 21 septembre 2022
Dépôt légal : juin 2022, Achevé d'imprimer : juin 2022
Première édition
Roman, 352 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 978-2-7436-5621-8
Format : 15,5 x 22,5 cm
Genre : Fantastique

On notera la "traditionnelle" faute d'orthographe sur le nom de l'auteur de "Dracula" en quatrième de couverture.



Quatrième de couverture

Quatre amis d’enfance ayant grandi dans une réserve du Montana sont hantés par les visions d’un fantôme, celui d’un caribou femelle dont ils ont massacré le troupeau lors d’une partie de chasse illégale dix ans auparavant. Tour à tour, ils vont être victimes d'hallucinations et de pulsions meurtrières, jusqu'à ce que l'entitié vengeresse s'en prenne à la fille de l'un des chasseurs. Ce roman d'horreur psychologique est aussi une histoire d'amititié entre des marginaux torturés par la culpabilité, un drame familial, et un portrait poignant de la jeunesse amérindienne.

Stepehen Graham Jones est un écrivain et universitaire originaire de la tribu des Pikunis (Blackfeet). Son œuvre est composée d'une vingtaine de romans et nouvelles et s'inscrit dans le courant de la Renaissance amérindienne. Deuxième roman à paraître en France après Galeux (La Volte, 2020), Un bon Indien est un Indien mort a été récompensé par de nombreux prix, dont le Bram Stoker Award et le Shirley Jackson Award, et lui a apporté la reconnaissance d'un large public.

« Passionant, littéraire, effrayant, immersif. Bonus : le match de basket-ball le plus terrifiant de tous les temps. »
Stephen King

« Un roman bourré d'humour et de visions horrifiques. »
Tommy Orange

Critiques

Lors d’une partie de chasse, un groupe de copains américains natifs de la nation blackfeet s’aventure sur une partie de la réserve interdite à la chasse, attirés par un troupeau de caribous. Coincé contre une voir de chemin de fer, le troupeau, dont une femelle attend un petit, est massacré. Dix ans plus tard, la vie de chaque chasseur bascule, hanté par ce qui semble être l’esprit de la femelle caribou.

Comme dans son précédent roman Galeux (La Volte), Stephen Graham Jones utilise le fantastique pour nous parler des Etats-Unis actuels et de la place occupée par les américains natifs. Si Galeux adoptait la métaphore du lycanthrope pour nous montrer que les natifs n’étaient pas vraiment des américains comme les autres, Un bon Indien… s’interroge aussi sur la conservation de l’héritage culturel de ces nations. Alors que le roman commence par cette chasse se déroulant sur un territoire interdit par la tradition, chacun va ensuite être ramené à ses origines d’une manière ou d’une autre : Lewis, tiraillé entre sa femme blanche et sa collègue native jusqu’à tomber dans une paranoïa totale ou Gabe et Cassidy, tenant de renouer avec une tente de sudation.

Utilisant avec brio les codes de l’horreur, la montée en tension plutôt que les scènes gore (même si celles-ci sont extrêmement efficaces), Stephen Graham Jones parsème son récit d’humour (parfois très noir, comme la fin du récit de Lewis) et de scènes de la vie quotidienne des populations natives, laissées pour compte de l’Amérique, désargentées, vivant de petit boulots, victimes de racisme ordinaire. Dans l’illusion d’un factice retour à la nature, ces indiens, comme ils se nomment eux-mêmes et comme les nomme l’auteur, sont bloqués à mi-chemin entre leurs ancêtres et l’american way of life, et c’est le fantôme de cette femelle caribou qui vient leur rappeler leur situation.

Maniant aussi bien le social que l’horreur, dressant un portrait aussi lucide que tragique de ce morceau d’Amérique, Stephen Graham Jones nous donne avec Un bon indien est un indien mort un grand roman sombre et efficace, au traitement original et sans pathos.

 

René-Marc DOLHEN
Première parution : 19/9/2022 nooSFere

Prix obtenus
Bram Stoker, Roman, 2021
Shirley Jackson, Roman, 2020


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77971 livres, 89477 photos de couvertures, 73920 quatrièmes.
8688 critiques, 42390 intervenant·e·s, 1628 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.