Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Rats

James HERBERT

Titre original : The Rats, 1974

Cycle : Rats (La trilogie des)  vol. 1 

Traduction de Jacqueline HUET
Illustration de Jean-Jacques VINCENT

LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES (Paris, France), coll. Le Masque Science-Fiction n° 47
Dépôt légal : 4ème trimestre 1976
Roman, 256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7024-0548-7
Format : 11,0 x 16,5 cm  
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   in Les Rats, l'intégrale de la trilogie, BRAGELONNE, 2008
   FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, 2003
   POCKET, 1989, 1995, 1996, 1997, 2000

    Quatrième de couverture    
     Il poussa un hurlement aigu quand il comprit que quelque chose lui déchirait la main. Il tenta de se mettre debout, mais il trébucha et tomba lourdement. Quelque chose de chaud s'accrocha à son visage. Il tenta de l'arracher et sentit un pelage dru sous ses doigts. Malgré sa panique il comprit la nature de l'horrible morsure : c'était un rat, mais un gros, un très gros rat. On aurait pu le prendre pour un petit chien.
     James HERBERT est né à Londres, dans l'East End, et a passé sa jeunesse dans les quartiers populeux de la ville. Il a exercé plusieurs métiers, y compris ceux de fonctionnaire et de chanteur dans un formation rock. Actuellement il est directeur artistique d'une grande compagnie de publicité. « Les Rats » est son premier roman.

    Cité dans les listes thématiques des oeuvres suivantes :     

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Les Rats attaquent , 1982, Robert Clouse
 
    Critiques    

     Il y avait déjà à distinguer l'Américain Frank Herbert et l'Allemand Herbert Franke, désormais il faudra connaître aussi l'Anglais James Herbert, dont le premier roman est remarquable. Il continue deux traditions : la première veut que l'histoire de Londres soit jalonnée de désastres — Grande Peste, Grand Incendie, Emeute de Gordon, Blitz — ; la seconde (conséquence peut-être de la première) que la SF anglaise brille surtout par les catastrophes — mort des céréales (Christopher), révolte des superplantes (Wyndham), grand vent et grande sécheresse (Ballard). Ici, ce sont les grands rats, les super-rats, porteurs d'un super-virus dont l'origine est expliquée de façon fort convaincante grâce à de bonnes connaissances en médecine, en zoologie et en matière de mutations, et les ravages racontés de façon fort effrayante grâce à l'art qu'a ce Cockney de décrire les quartiers populeux où il est né, et de camper en quelques lignes des personnages bien vivants, pathétiques dans leur médiocrité. Et puis, en quelques lignes aussi (p. 78), le livre éclaire des profondeurs (sociologiques ? écologiques ? philosophiques ?) : « Les gens lui avaient inspiré de la répulsion, non pas à titre individuel, mais en masse. Assez bizarrement, c'était le même genre de répulsion que celle que lui avaient inspirée les rats. Le sentiment d'une menace. »

George W. BARLOW
Première parution : 1/3/1977 dans Fiction 278
Mise en ligne le : 12/5/2012


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68206 livres, 72296 photos de couvertures, 63169 quatrièmes.
8211 critiques, 36365 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.