Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Survivance

Budy MATIESON

Cycle : Chroniques du retour sauvage vol. 1 


Illustration de Terry OAKES

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1019
Dépôt légal : 4ème trimestre 1980
Première édition
Roman, 224 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-01403-6
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
A l'est de l'Est, au Nord du Nord, au Sud du Sud, à l'Ouest de l'Ouest, le spectacle était le même.
Une espèce de grande désolation.
La planète n'était rien d'autre qu'une terre brûlée. Les autoroutes ne menaient plus nulle part. Les océans avaient pris de la consistance ; ils étaient comme gélifiés.
C'était le temps de l'après...
La belle évolution, controlée et quasi parfaite de la génération scientifique et technologique d'hier, avait fini par sombrer.
Et l'Homme, qui avait toujours été un loup pour ses congénères, avait rapidement recouvré ses facultées engourdies, ses instincts de mort.
C'était le temps de la férocité, de la violence.
Le temps des Exécuteurs.
Critiques
 
     Il est des auteurs qui apparaissent de temps à autre au Fleuve Noir, avec un métier sûr. On a en tête les noms de Gilles Thomas et de Frank Dartal, ou plus récemment de Christopher Stork. Budy Matieson est à ajouter à cette liste. Il nous convie avec ce premier roman à une série appelée Chroniques du retour sauvage, qui n'est pas sans similitudes avec la série L'autoroute sauvage, due à Gilles Thomas.
     Le choix du décor d'abord : « Une espèce de grande désolation. La planète n'était plus rien d'autre qu'une vaste terre brûlée ». Celui du personnage principal ensuite : un orphelin un peu mutant sauvé d'un massacre par un vieil assassin professionnel, et qui embrasse le métier de son tuteur. On trouve des ressemblances avec le roman de Thomas jusque dans les conseils du vieux à son élève : « Ne fixe jamais les braises surtout ! Si quelqu'un venait à te surprendre par l'arrière, tes yeux d'abord éblouis puis confrontés à l'obscurité ne pourraient situer immédiatement l'adversaire ! »
     C'était sûr : tôt ou tard Thomas allait susciter des émules. Mais ici l'élève se situe d'emblée au niveau du maître (si l'on peut employer le masculin en parlant de Gilles Thomas/Julia Verlanger). Son style est sec, haché, précis, sans concession ; l'histoire est mieux bâtie que chez Thomas, se refermant en une boucle plutôt que de s'achever en hyperbole.
     Qu'ajouter de plus, sinon que voici une nouvelle série au Fleuve Noir (qui décidément n'en manque pas en moment), qu'elle est de bon aloi, et qu'on attend la suite avec impatience ?

Jean-Pierre VERNAY
Première parution : 1/11/1980 dans Fiction 313
Mise en ligne le : 28/11/2008

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73589 livres, 81276 photos de couvertures, 69072 quatrièmes.
8520 critiques, 39628 intervenant·e·s, 1516 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.