Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Crise

Lester DEL REY

Titre original : Nerves, 1956
Première parution : Ballantine Books, juin 1956
Traduction de Jean-Marie LEGER

Robert LAFFONT (Paris, France), coll. Ailleurs et demain n° (50)
Dépôt légal : 2ème trimestre 1978
Première édition
Roman, 288 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Genre : Science-Fiction

Version remaniée de 1976 (version originale : 1956).



Quatrième de couverture
     « L'accident, qui n'était que de la routine aux yeux de ceux qui travaillaient à la centrale,
     pouvait apparaître à d'autres personnes comme la preuve irréfutable que tout ce qui avait trait à l'énergie nucléaire était dangereux et que les centrales devaient être exilées le plus loin possible des centres urbains.« 
     Pure journée pour Doc Ferrel, médecin d'entreprise auprès d'une usine nucléaire. La présence d'une commission d'enquête rend les hommes nerveux et favorise les accidents. La peur règne en ville. Et Jorgenson, le plus qualfié des Ingénieurs, le plus irascible aussi, entreprend une réaction qui, mal dirigée, peut conduire au déchaînement de l'isotope R.
     Soudain, c'est la catastrophe...
     Dans ce roman, tiré d'une nouvelle initialement publiée en 1942, Lester del Rey a développé avec une prescience remarquable quelques-uns des problèmes soulevés depuis par l'industrie nucléaire.
     Un dossier concernant drains aspects sociaux de l'électronucléaire vient compléter cette œuvre exceptionnelle qui prend aujourd'hui valeur de document.
Critiques
 
     CONJUGAISON NUCLEAIRE

     Crise, c'est un accident nucléaire dans le futur antérieur, car le roman, écrit en 1956, est issu d'une nouvelle publiée en 1942 dans Astounding science-fiction. Dans sa préface et dans son article au dossier, Gérard Klein conjugue le nucléaire à la forme interrogative, et c'est une interrogation lucide, profonde et angoissée. Le scénario d'accident d'André-Clément Decouflé (dossier) est naturellement pensé au conditionnel ; mais il est rédigé au présent, avec brio. Georges Morlat représente dans ce débat le Commissariat à l'Energie Atomique et l'Electricité de France, c'est-à-dire peu ou prou le pouvoir. Pour le gouvernement de la France et ses agents, le nucléaire est un impératif...
     Gérard Klein a écrit pour son dossier Les temps du nucléaire. Il ne s'agit plus ici de temps grammaticaux, mais d'une réflexion sur les temporalités distinctes mises en jeu par le projet électro-nucléaire. Et c'est certainement la réflexion la plus intelligente et la plus passionnante que j'aie jamais lue sur ce sujet.
     Le livre, dans son ensemble, laisse apparaître nettement les qualités et les défauts de la science-fiction comme moyen d'appréhender la réalité. Négligeons le côté prophétique du roman de Lester del Rey qui est secondaire et, d'ailleurs, peu convaincant. Le récit, intense et captivant de bout en bout, illustre une célèbre réflexion d'André Maurois, que nos techniciens refusent obstinément de prendre en considération : toujours l'inattendu arrive. Et Lester del Rey montre avec précision et ingéniosité comment cet inattendu peut se glisser dans un programme de sécurité très serré.
     L'intégration du temps dans les mentalités, l'aptitude à imaginer l'avenir lointain sont aussi, pour une part, des conquêtes de la science-fiction. Dans le long terme, les spécialistes de science-fiction sont souvent plus convaincants que les futurologues. Et ne parlons pas des gouvernants ! « ... L'électro-nucléaire apparaît comme entrecroisant des temporalités distinctes, parfois contradictoires, et pour la plupart non maîtrisables en l'état actuel des connaissances théoriques et de la pratique, » écrit Gérard Klein page 259 (dossier). Il distingue ainsi le « temps technicien » qui correspond « à la durée nécessaire pour concevoir, réaliser, faire fonctionner et finalement démanteler une installation » ; le temps économique, « haché, imprévisible » ; le temps social, « celui dans lequel évoluent et s'affrontent les classes et catégories sociales », le temps historique qui « introduit l'échelle du siècle et (...) les relations internationales » ; le temps géologique, enfin, mis en cause par la durée de vie de certains produits de fission (la période du plutonium est de 24000 ans).
     Chaque mot de ce texte est à lire et à peser. S'il fallait en extraire une seule phrase, je choisirais celle-ci : « Nous ne devons jamais rien léguer à nos descendants qui puisse les menacer et les détruire s'ils se retrouvaient ignorants et nus sur la surface de la Terre, » (p. 274). Je n'ai jamais rien entendu, jamais rien lu de plus fort, de plus définitif sur la question.
     Mais c'est une idée de science-fiction que nos descendants puissent se retrouver un jour ignorants et nus, et comme telle absolument inconcevable pour les technarques qui nous mènent. Un père de l'Eglise aurait mieux admis peut-être un monde sans Dieu qui n'eût été pour lui, après tout, que l'enfer. Voici donc un défaut de la science-fiction, qui tient à sa qualité même : ses visions, ses rêves et ses avertissements ne touchent que très peu d'humains, et pour ainsi dire jamais les hommes de pouvoir, rivés au présent.
     Un autre défaut du genre, sensible celui-ci dans le roman, c'est que la science-fiction, par nature et par vocation, fait le plus souvent la demande et la réponse. L'usine atomique de Kimberly, où se sont produits la crise et l'accident que décrit Lester del Rey avec un immense talent, est plus une fabrique d'isotopes « lourds » qu'une centrale nucléaire productrice d'énergie. La nouvelle, à l'origine, avait été classée document secret, et cela souligne le coté prophétique de l'œuvre. Néanmoins ou par conséquent, je ne sais, les problèmes spécifiques de cette centrale, l'auteur les a, pour une large part, inventés, ce qui lui permet d'inventer du même coup la solution. Une solution technologique, naturellement. Détail romanesque, ce sera un jeune médecin, physicien amateur, qui sauvera l'usine, la ville et peut-être la moitié du continent nord-américain menacés de destruction par le redoutable « isotope R ». Les lecteurs de science-fiction admettront que ces choses-là sont possibles ; qu'il est même probable que l'on rencontre un jour un isotope infiniment dangereux, ou n'importe quoi de ce genre. Ils reconnaîtront que la technologie pourrait dans ce cas juguler la menace créée par elle ; mais ils sauront que ce n'est pas une certitude et que le risque est grand.
     Les technarques et leurs peu humbles serviteurs s'estimeront non concernés. L'hypothèse sera pour eux méprisable : de la science-fiction.
     Quoi qu'il en soit, le roman de Lester del Rey est extrêmement intéressant. Le décor est décrit avec une précision hallucinante. Les personnages secondaires sont vivants et vrais, au point de rejeter parfois dans la grisaille le personnage central, le brave docteur Ferrel. Le suspense est maintenu jusqu'à la dernière ligne, ou presque. La conclusion rappelle que le roman a été écrit en 1956 : domestiqué, le méchant isotope R servira à fabriquer un carburant pour les fusées. Le ciel était au fond de l'enfer.

Michel JEURY
Première parution : 1/6/1978 dans Fiction 291
Mise en ligne le : 9/7/2010

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 75209 livres, 84191 photos de couvertures, 70925 quatrièmes.
8543 critiques, 41134 intervenant·e·s, 1578 photographies, 3741 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.