Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Clone triste

MILAN


Cycle : Dérive  vol. 1 


Illustration de John HARRIS

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1616
Dépôt légal : mars 1988
Roman, 192 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-03791-5   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Quand RoyD sort de chez lui ce matin-là, il se sait condamné. Son original a été assassiné, et sur Éden, la gigantesque île spatiale où s'est réfugiée l'humanité, il n'y a pas de place pour un clone orphelin. Sa seule chance de survie est de faire changer le statut des clones, mais cela suppose une véritable révolution. Et pour y parvenir, il lui faudra échapper à la police et aux Pénitents, les fanatiques qui veulent la mort de tous les clones.

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     
 
    Critiques    
     Critique des 2 volumes de la série Dérive parus sous les n° 1616 et 1618


     Roy D. Ghurdal découvre le cadavre de son Original dans leur domicile commun. Comme il est un clone, identique à son modèle mais reconnaissable à ses mains noires, signe distinctif des êtres reproduits, on va l'accuser du meurtre. C'est couru d'avance. Pour contrecarrer la fatalité, il s'enfuit et, aidé de quelques amis, originaux et clones, il fonde un mouvement de défense des clones. Les Pénitents, ennemis jurés des mains noires, se mêleront de l'affaire, ainsi que la police et les membres du gouvernement de l'Ile Spatiale. Tout dégénérera dans la joie du terrorisme et, au milieu des morts, des frustrations clonesques par amour contrarié (une originale ne peut aimer un clone, quand bien même elle était l'amante de son original assassiné...), tout rentrera dans l'ordre au bout du compte, un ordre nouveau qui intègre les clones dans le giron de l'humanité.
     Le décor étant planté, signalons la principale gêne de cette bilogie ; à aucun moment on ne peut prendre un personnage à son compte et souhaiter qu'il s'en sorte, ou au contraire qu'il lui arrive malheur. Peut-être parce qu'il s'agit pour la plupart de clones et que le lecteur éprouve toutes les peines du monde à s'identifier à eux !
     Le clonage offre un thème intéressant. On comprend pourquoi. Narcissisme oblige. C'est l'esclavage par excellence, l'esclavage de soi-même par soi-même. Et pourtant, c'est un autre qui tombe sous sa propre domination...
     Ces deux romans proposent des préoccupations importantes : la lutte des clones pour conquérir liberté et égalité. Fraternité, ce serait trop demander. Mais ils sont écrits sur un mode anodin, sans véritable force militante. Je veux dire par là que les ficelles nouées par l'écrivain sont visibles bien que le résultat obtenu soit finalement correct.
     Un roman aurait peut-être suffi. Deux, c'est presque trop...


Éric SANVOISIN
Première parution : 1/6/1988 dans Fiction 398
Mise en ligne le : 29/3/2003


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68931 livres, 76285 photos de couvertures, 63975 quatrièmes.
8350 critiques, 36525 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.