Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Modèle Jonas

Ian WATSON

Titre original : The Jonah Kit, 1975
Première parution : Gollancz, mai 1975
Traduction de Mimi PERRIN

CALMANN-LÉVY (Paris, France), coll. Dimensions SF
Dépôt légal : 3ème trimestre 1976
Première édition
Roman, 248 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7021-0149-6
Format : 14,0 x 21,0 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Les « Pas du Créateur  » s'éloignent et nous n'en percevons plus qu'un faible écho. L'univers que nous habitons n'est donc rien d'autre qu'un pseudo-cosmos, l'empreinte d'un monde depuis longtemps disparu.
     Telle est la découverte terrifiante que le physicien américain Paul Hammond, Prix Nobel, vient de faire à partir d'observations réalisées à l'aide d'un radiotélescope géant installé au Mexique.
     Au même moment, un garçon âgé de six ans demande l'asile politique au Japon. Il vient de Russie et possède l'esprit d'un cosmonaute soviétique supposé mort depuis plusieurs années.
     Rien ne semble lier ces deux événements. Pourtant, ils vont déclencher dans le monde une crise sans précédent. L'humanité brutalement privée d'avenir trouvera-t-elle une nouvelle chance grâce à la création du « modèle Jonas  »  ? C'est en effet des océans que viendra la réponse. Elle sera bouleversante.
     Ici, comme dans L'enchâssement (Prix Apollo 1975), Ian Watson s'interroge sur les limites de notre connaissance de l'univers, sans s'éloigner de la réalité immédiate.
Critiques

     Comme dans l'Enchâssement qui avait à juste titre obtenu le prix Apollo 1975, lan Watson part ici de problèmes d'actualité (espionnage électronique, austérité, et surtout décimation des cétacés d'une part, et d'autre part tentatives pour communiquer avec eux, soit en vue de les comprendre, soit plus cyniquement de les utiliser — thème déjà traité par Léo Szilard et, plus près de nous, par Robert Merle, et qui est parallèle à celui de l'Amazonie dans le roman précédent), sur lesquels il extrapole hardiment afin d'exprimer ses préoccupations personnelles (essentiellement l'esprit à l'étroit dans le cerveau qu'il habite, ici ceux d'un bébé, d'un enfant et d'un cétacé ; et la communication par divers langages : ceux que l'auteur connaît, le russe et le japonais à côté de l'anglais, ainsi que le langage de sifflements des Indiens ; ceux qui commencent à être étudiés, les « clics » des cétacés ; et ceux qui nous viendront peut-être un jour de l'espace — là encore parallélisme avec l'enfant-cobaye et les langages enchâssés du précédent roman). Cependant, il me semble personnellement que, si sa philosophie du langage, nourrie de Wittgenstein, est très forte, Watson devient obscur et contestable quand il se lance dans la métaphysique (quand je voudrai savoir si Dieu s'occupe ou non du monde, ce n'est pas à un astronome que j'irai le demander, car ce faisant je préjugerais de la réponse en niant la transcendance, sans laquelle Dieu n'est pas Dieu, nom de Dieu !). Et, du point de vue littéraire, si les personnages de Watson sont toujours aussi variés, riches et humains, les fils de l'intrigue, partis une fois encore d'horizons très éloignés, me semblent moins bien assemblés ; de la fin, aussi tragique, oserai-je dire qu'elle est un peu... en queue de poisson ?

George W. BARLOW
Première parution : 1/1/1977 dans Fiction 276
Mise en ligne le : 1/10/2012

Prix obtenus


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73296 livres, 80421 photos de couvertures, 68716 quatrièmes.
8517 critiques, 39514 intervenant·e·s, 1513 photographies, 3732 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.