Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Michael Moorcock

(Grande-Bretagne ; 1939)

George W. BARLOW

Le Monde de la Science-fiction. M.A. éditions, 1987

          Paradoxale carrière que celle de ce précoce disciple de Burroughs (celui de Tarzan !) et de Robert Howard qui, à 25 ans, se tourna vers les recherches littéraires les plus avancées lorsqu'il devint rédacteur en chef de New Worlds, mais n'en continua pas moins à publier une véritable marée de heroic fantasy — peut-être pour couvrir les frais d'expériences que les lecteurs ne trouvaient pas réussies. Et comment leur donner tort devant une nouvelle comme la bien nommée Nature de la catastrophe (The nature of the catastrophe, 1969, in Le Livre d'Or de M. Moorcock, composé par Maxim Jakubowski, Presses Pocket, 1981), un volume comme L'assassin anglais (Titres SF, The English Assassin, 1971) où se succèdent entre un lot limité de personnages, ou plutôt de noms, des scènes apparemment sans lien logique ni chronologique ? Tant qu'à faire, il est loisible de préférer Les Aventures uchroniques d'Oswald Bastable, où la théorie du « multivers » n'aboutit pas à l'incohérence mais à des décalages souvent amusants, parfois révélateurs, avec les événements et les personnes que nous connaissons ; ou Le Navire des glaces (Livre de Poche, The Ice Shooner, 1969), où à travers l'évocation d'un monde frappé d'une nouvelle glaciation passe le souffle poétique de Melville et de Coleridge ; ou même les séries épiques, comme les aventures de Hawkmoon dans un avenir affecté par la catastrophe nucléaire (les 4 romans de la Saga des Runes chez Lattès), ou celles d'Elric le Nécromancien (dès 1961 dans la revue Science Fantasy) dans un lointain passé déchiré par la lutte entre l'Ordre et le Chaos (4 volumes chez Pocket, plus La jeunesse d'Elric en 2 volumes chez Temps Futurs), d'autant qu' Elric n'est pas un héros simple et pur, mais un antihéros complexe, faible et divisé, à la fois protégé et asservi par sa maléfique épée Stormbringer (nom significatif : « celle qui apporte les tempêtes »). Mais, s'il ne fallait retenir qu'un seul titre dans cette multitude, ce serait Voici l'homme (Livre de Poche, Behold the Man, 1966), où s'exprime de façon directe, humaine et profonde, la contradiction qui est au coeur de Moorcock, « athée vacillant au sens religieux profond et indéracinable ».

          Lecture

          - La défense Glogauer (Titres SF, Breakfast in the ruins, 1972).
          - Le cycle des "danseurs de la fin des temps" : Une chaleur venue d'ailleurs, Les Terres creuses, La fin de tous les chants et Légendes de la fin des temps (An alien heat, 1972, The Hollow lands, 1974, The end of all songs, 1976, Legends from the end of time, 1976, Présence du Futur).

Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66183 livres, 66242 photos de couvertures, 60999 quatrièmes.
8090 critiques, 36215 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.