Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Clones

Denis GUIOT

Le Monde de la Science-fiction. M.A. éditions, 1987

          Par cultures clonales on entend le développement in-vitro de populations cellulaires descendant d'une seule cellule et, par conséquent, génétiquement homogènes. Des grenouilles ont déjà été clonées dans les années soixante par J.B. Gurdon, spécialiste de biologie cellulaire à l'Université d'Oxford. De la grenouille à l'homme, pour la SF il n'y a qu'un pas : on prélève un fragment de tissu cellulaire sur un être humain. Ce tissu est « élevé », nourri dans une cuve – ou matrice artificielle – et, après un certain temps, on obtient une parfaite réduplication de l'individu, un clone. Quant à la mémoire, celle-ci étant un processus holographique, on l'enregistre lors du prélèvement de cellules sur le sujet endormi, grâce à des électrodes implantées dans le cerveau et reliées à un ordinateur. Le jour de sa sortie de la cuve, de sa « naissance », on la restitue au clone, double parfait du sujet bouturé au moment de l'enregistrement.
          Dans Phénix de Bernard Simonay (Rocher, 1986), le clonage transforme en réalité la légende qui prédit la réincarnation du Commandeur Darios et de sa compagne Lyana, lâchement assassinés cent cinquante ans auparavant par les prêtres amanes. Pour Roger Zelazny dans Aujourd'hui nous changeons de visage (Présence du Futur, To day we choose faces, 1972), le clonage est synonyme d'immortalité : chaque fois qu'un clone d'une même famille meurt, on ressuscite le suivant, dont la personnalité s'enrichit de celle de son prédécesseur et qui devient ainsi le dépositaire des qualités et des connaissances de tous ceux qui l'ont précédé. Quant à Adolf Hitler, il utilise le clonage dans Le seigneur du Svastika afin d'éviter la « tragédie de la contamination génétique » et de « créer le triomphe final de la pureté raciale » (soit dit en passant, ce sont les sociobiologistes qui vont être contents, car cela revient à nier toute influence du milieu dans l'élaboration du phénotype). Marie Farca se penche sur les étranges relations qui peuvent exister entre un clone et la « Source » dont il est issu, tous deux étant d'authentiques jumeaux que des dizaines d'années peuvent séparer (Terre 1011, Présence du Futur, Complex man, 1973). Les clones d'une même souche, munis du même « équipement mental », sont-ils télépathes ? Ont-ils une conscience collective ? Que devient l'individu lorsqu'il est reproduit à plusieurs exemplaires ? Tels sont les problèmes posés par Kate Wilhelm dans Hier, les oiseaux, Pamela Sargent dans Copies conformes (Club du Livre d'Anticipation, Cloned lives, 1976) et Ursula Le Guin dans la nouvelle Neuf vies (Nine lives, 1969, in Le Livre d'or d' Ursula Le Guin). On retrouve plusieurs femmes parmi les auteurs intéressés par le clonage. Est-ce à dire que le thème est particulièrement féminin ? Le clonage libère en effet la femme de la loi « naturelle » de l'enfantement et ne l'oblige plus à subir le diktat masculin.
          Mais le clonage, c'est avant tout le thème du double, magistralement exploité par John Varley dans Le canal ophite. Il importe de bien comprendre que, lors de la « naissance » du clone (appeIons le Lilo-6 comme l'héroïne du roman), la mémoire de ce dernier s'arrête le jour de l'enregistrement effectué sur le clone précédent, Lilo-5 . Or, beaucoup de choses peuvent arriver à Lilo-5 entre ce jour-ci et celui de la « naissance », événements dont n'a pas connaissance, évidemment, le nouveau clone. Lilo-6 refuse d'être responsable des agissements de Lilo-5 survenus après l'enregistrement ; et pourtant elle sait qu'elle agirait exactement pareil dans les mêmes circonstances, puisque les deux Lilo sont des doubles parfaits. D'ailleurs, elle agira pareil. Son entourage sait ce qu'elle va faire, mais pas elle ! La prévisibilité du clone pompe l'identité du sujet et corrode son libre arbitre. Le clone selon Varley est un double vampirique qui, au-delà d'une fausse immortalité, s'emploie à détruire l'individu en le faisant douter de son unicité et en détruisant sa cohésion. Etre ET ne pas être, that is the question !

*

          Lecture :
           Clone de Richard Cowper (Titres SF, Clone, 1972).
           Destination vide de Frank Herbert.
           La foudre au ralenti de Pierre Pelot (J'ai Lu, 1983)
           La mort vivante de Stefan Wul (Presses Pocket).
           Le père éternel de Philip Goy (Présence du Futur, 1974)
           La reine des neiges de Joan Vinge (J'ai Lu, The snow queen, 1980).
           Terre, planète impériale d'Arthur Clarke.
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Thèmes, catégorie Clonage
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69636 livres, 78452 photos de couvertures, 64748 quatrièmes.
8417 critiques, 36952 intervenant·e·s, 1478 photographies, 3711 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.