Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Fredric Brown

(USA ; 1906-1972)

Denis GUIOT

Le Monde de la Science-fiction. M.A. éditions, 1987

          Vous vous appelez Luke Devereaux, vous êtes écrivain de science-fiction, mais en panne d'inspiration. Afin de traquer la muse, vous vous êtes isolé dans une cabane perdue au fin fond d'un désert californien, en compagnie de quelques bouteilles de whisky. C'est le soir du troisième jour, toujours rien, vous avalez la seconde gorgée de votre troisième verre lorsqu'un coup est frappé à la porte. Surpris, vous ouvrez... et à vos pieds se tient un petit homme vert d'environ soixante-quinze centimètres de haut qui vous apostrophe en ces termes : « Salut, Toto. C'est bien la Terre ici ? » Ainsi débute Martiens, go home ! (Présence du Futur, Martians, go home !, 1955), invasion hilarante de notre planète par des affreux jojos verdâtres fort éloignés des Martiens de Wells !
          Ou bien vous vous appelez Keith Winton, vous êtes rédacteur en chef d'un magazine de science-fiction et vous vous retrouvez sur une Terre parallèle tout droit sortie des sottes histoires que vous éditez, avec monstres aux yeux en boules de loto, espions arcturiens et filles dévêtues : c'est L'univers en folie (Présence du Futur, What mad universe, 1949).
          Tel est le monde de Fredric Brown, l'humoriste de la SF, monde délirant régi par la logique absurde du cauchemar où l'humour noir se mêle à la critique sociale et dans lequel des personnages volontiers alcooliques sont emportés dans un mouvement « brownien » : « Tu est probablement en train de dormir et de rêver, se dit Shorty Mac Cabe dans Paradoxe perdu (nouvelle incluse dans le recueil du même nom chez J'ai Lu, Paradox lost, 1973) ; et si tu n'es pas en train de dormir, tu es dans de beaux draps ».
          Brown commença très tard à écrire : sa première nouvelle (policière) fut publiée en 1938 et son premier roman (policier) en 1947. Curieusement, malgré ses 22 romans policiers (excellents, édités chez NéO et Pac) contre uniquement 5 romans de SF, Brown est surtout considéré comme un auteur de science-fiction, spécialiste de la short-story ou histoire à chute. Il faut dire qu'il excelle dans ce genre, comme en témoigne ce texte extrait du recueil Fantômes et Farfafouilles (Présence du Futur, Nightmares and geezenstacks, 1961) et reproduit ici dans son intégralité :

« F.I.N.
Le professeur Jones potassait la théorie du temps depuis plusieurs années déjà.
— j'ai trouvé l'équation-clé, dit-il un jour à sa fille. Le temps est un champ. Cette machine que j'ai construite peut agir sur ce champ, et même en inverser le sens.
Et, tout en appuyant sur un bouton, il dit : « Ceci devrait faire repartir le temps à rebours à temps le repartir faire devrait ceci, dit il bouton un sur appuyant en tout, et.
— Sens le inverser en même et, champ ce sur agir peut construite j'ai que machine cette. Champ un est temps le. Fille sa à jour un dit-il, l'équation-clé trouvé j'ai. Déjà années plusieurs depuis temps du théorie la potassait Jones Professeur le.
N.I.F. »


*

          Lecture
          — La nuit du Jabberwock (J'ai Lu, Night of the jabberwock, 1950).
          — Une étoile m'a dit (Présence du Futur, Space on my hands, 1951).
          — Lune de miel en enfer (Présence du Futur, Honeymoon in hell, 1958).

Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Biographies, catégorie Bios
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72867 livres, 79020 photos de couvertures, 68231 quatrièmes.
8511 critiques, 39278 intervenant·e·s, 1507 photographies, 3732 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.