Site clair (Changer
 
    Fonds documentaire     Connexion adhérent
 

Heroic-fantasy

Denis GUIOT

Le Monde de la SF, M.A. Editions, juin 1987

          Tout comme la science-fiction n'a longtemps été que des « histoires de petits bonhommes verts », l'heroic fantasy, pour ceux qui parlent sans savoir, se résume à des histoires de gros balaises aux muscles body-buildés qui se massacrent à longueur de journée avec des épées de deux-mètres cinquante de long ! Mais l'H.F. ne saurait être réduite aux seules aventures de Conan le Barbare (1932-36) (Konnar le Barbant, comme l'avait baptisé Pierre Pelot dans un hénaurme pastiche paru en 1981 dans les numéros 320 / 321 de Fiction !) Encore que celles-ci, rééditées chez J'ai Lu, ne soient pas toutes dénuées d'intérêt. Tragique destinée, d'ailleurs, que celle de leur auteur, Robert Howard : habité d'une véritable frénésie d'écriture, il jeta sur le papier, en quelques années de création littéraire continue, des dizaines de héros tous plus violents et plus musclés les uns que les autres (Conan, bien sûr, mais aussi Kull le roi barbare, Sonya la rouge, etc., NéO) avant de se tirer une balle dans la tête, ayant appris la mort de sa mère.
          L'heroic fantasy prend tout autant ses sources dans les récits arthuriens de la conquête du Graal que dans l'épopée martienne de John Carter, s'exprime tout autant dans la féerie d'un Tolkien (la trilogie du Seigneur des Anneaux) que dans les sagas musclées des nostalgiques de la svatiska que dénonce Spinrad dans son Rêve de fer, a pour cadre tout autant les âges les plus reculés, plus ou moins mythiques (le fameux âge hyperboréen), un Moyen Age fantasmatique, que les futurs les plus lointains après un quelconque cataclysme, afin de faire se côtoyer mœurs barbares, technologie sophistiquée aux origines oubliées et sciences occultes. L'heroic fantasy, c'est l'éternelle lutte du Bien contre le Mal, c'est la revanche du héros tout-puissant sur le monde hostile qui l'entoure (et ce n'est pas un hasard si elle éclate littéralement aux USA dans ces années de marasme que sont les années 70 et est actuellement un véritable phénomène éditorial). D'Elric le Nécromancien (Moorcock) à Thomas l'incrédule de Stephen Donaldson (Flamme — Lord Foul's bane, 1977), du Livre des épées (Leiber) à la tétralogie de Gene Wolfe, de La Geste du Halaguen (J.-P. Fontana) au cycle de Swa (Walther), des aventures fougeuses de Jirel de Joiry (Catherine Moore) au Terremer d'Ursula Le Guin, des dragons d'Anne McCaffrey aux récits sensibles d'Elysabeth Lynn, l'heroic fantasy a conquis ses lettres de noblesse — surtout depuis l'arrivée d'auteurs féminins — avec ses héros torturés et ses mondes magiques à la violente beauté.

 

          Lecture
          — L'épopée fantastique, anthologie en 4 volumes composée par Marc Duveau (Presse Pocket) comprend : Le manoir des roses (1978), La citadelle écarlate (1979), Le monde des chimères (1981) et La cathédrale de sang (1982).
Cet article est référencé sur le site dans les sections suivantes :
Thèmes, catégorie Fantasy
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66187 livres, 66267 photos de couvertures, 61003 quatrièmes.
8090 critiques, 36218 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.