Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Batman Universe N°3
Série : Batman    Album précédent tome 3  Album suivant

Scénario : Grant MORRISON
Dessins : Frank QUITELY
Couleurs : Alex SINCLAIR
Traduction : Khaled TADIL

Panini Comics , octobre 2010
 
Broché
Format 260 x 170
96  pages  Couleurs
Voir une planche.
 
Critiques
     Panini Comics a choisi de publier le relativement récent (août 2009) Batman & Robin de Grant Morrison au format revue, dans les pages de Batman Universe (vendu en kiosque) plutôt que de faire patienter ses lecteurs en éditant une intégrale en album de luxe. Avantage évident : les non-anglophones peuvent profiter dès maintenant de ces aventures inédites du Caped Crusader, mais ils devront les suivre au compte-goutte et l'achat de multiples revues leur coûtera plus cher, au final, qu'un album.
 
     Le duo Morrison/Quitely, déjà responsable du All Star Superman (qui a fait l'objet d'une adaptation en film d'animation) prend donc en mains la série, mais il convient ici d'apporter quelques précisions. Tout d'abord, le Batman présenté ici n'est pas vraiment Batman mais Dick Grayson, anciennement Robin puis Nightwing. Quant à Robin, il s'agit du fils de Bruce Wayne, éduqué par une secte d'assassins. Et le vrai Batman, où est-il ? Eh bien piégé dans le passé par Darkseid.
 
     Trois épisodes nous sont ici proposés, en guise de hors-d'œuvre. Car, il faut bien l'avouer, et bien que Grant Morrison fasse l'objet d'une sorte de culte dans le monde des comics (justifié ou pas, cela n'est pas l'objet de la chronique) : cette histoire de trafic de virus reste d'une facture très classique, et relève plus de l'introduction et de l'exposition qu'autre chose. On pense au cirque des horreurs de The Killing Joke, on pense au gang de freaks de Batman Returns, on pense aussi un peu à The Dark Knight Returns, mais la principale originalité reste l'identité de Batman et le rapport conflictuel entretenu avec Robin, tête à claques ayant une fâcheuse tendance à la jouer perso.
 
     Tout comme dans All Star Superman, on sent chez Morrison et dans le trait de Quitely une volonté de rendre hommage à la période la plus « décalée » de Batman, où il pouvait affronter un alien sans que cela ne choque personne, à la différence d'un Brian Azzarello, par exemple, qui avait privilégié une ambiance de polar réaliste dans son génialissime Joker. Atmosphère flashy et grotesque, donc, mais non exempte d'action et de violence. Pour le reste, wait and see...

Florent M.          
20/10/2010          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2022