Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
L'Adieu aux Rois
Série : Servitude    Album précédent tome 3 

Scénario : Eric BOURGIER, Fabrice DAVID
Dessins : Eric BOURGIER
Couleurs : Eric BOURGIER

Soleil , novembre 2011
 
Cartonné
Format 324 x 223
72  pages  Couleurs
ISBN 978-2-302-01893-8
 
Critiques
     Dix jours avant les événements relatés dans cet album, qui raconte la bataille d'Al Astan, l'amiral Koriel fuit, dans une chaloupe, l'arsenal de Sardane en flammes. Othar de Veriel, un comploteur, aidé de seigneurs revanchards, bénéficiant de l'appui des Drekkars, mène la révolte contre le roi. Son armée est à une journée d'Al Astan.
     Filène d'Anar (Fl'Ar), Général de Péloris, une jeune guerrière, met en fuite trois soudards qui voulaient s'en prendre à ses affaires et celles de Kiriel, son compagnon de route. Ils évoquent la situation politique et militaire qui se dessine.
     Devant Al Astan, le roi Gavantiel se heurte à une ville fermée. La cité, qu'il doit défendre, a été occupée pendant la nuit par des Drekkars. Celui-ci apprend qu'Othar a été aperçu, en avant-garde, avec une escouade. Gavantiel donne des ordres pour organiser la défense devant les remparts de la ville et décide d'aller cueillir Otahr au gué de l'Arduise. Il veut profiter de l'occasion pour venger l'assassinat de ses enfants.
     Alors que Kiriel et Fl'Ar arrivent et tentent de parler au roi pour délivrer le message d'Ulfas, Garantiel arrive au gué...pour tomber dans une embuscade ! Il succombe sous le nombre, les armes à la main.
 
     Cette série construite par Fabrice David et Éric Bourgier, a retenu l'attention dès les premières planches du tome initial. L'évolution qu'ils donnent à leur univers est impressionnante. Les deux auteurs se sont d'abord investis dans le jeu de rôle avant d'arriver à la BD. Le scénario de Servitude a été bâti sur ce métier où cent fois... il a été muri, enrichi.
 
     Fabrice David et Éric Bourgier se basent sur une idée novatrice pour élaborer leur histoire. Une entité, (appelons-la un dieu) a reçu la Terre en cadeau, en récompense. Elle n'était qu'à lui. Des Puissances éthérées sont venues s'y installer. Pour les chasser de chez lui, ce dieu crée les hommes. Ceux-ci colonisent toute la planète. Les Puissances se prennent d'amour pour ces mortels, se matérialisent pour aider et guider les humains. C'est ainsi que sont apparus Géants, Dragons, Anges, Sirènes et Fées. Si les Puissances ont pu être vaincues, obligeant les survivants à se cacher, l'humain croît et se multiplie si bien qu'il menace le dieu. Celui-ci n'a d'autre solution que chercher une méthode pour éliminer l'homme et retrouver son bien primitif. Chaque album, à travers la découverte d'un aspect de cet univers permet de progresser vers une conclusion qui s'avère, compte-tenu du ton général de l'intrigue, surprenante.
     Certes, diront certains fâcheux, l'idée originale est déjà bien connue dans notre réalité. L'homme, qui se prend pour un démiurge, n'a-t-il pas favorisé l'apparition d'espèces de toutes natures dont aujourd'hui, il ne sait comment se débarrasser ?
 
     Mais, Fabrice David et Éric Bourgier s'appuient sur un postulat : l'union complète des hommes contre un péril est impossible. Ils illustrent cette incapacité génétique par une phrase : « L'union des hommes n'est qu'une vaste fumisterie, tout juste digne d'un conte pour enfant. »
 
     Les deux créateurs se sont impliqués dans un véritable travail d'écriture pour élaborer une histoire aux fondements solides. C'est ce travail qui porte ses fruits, même s'il n'est pas discernable à la lecture des planches. Pour le découvrir, il faut entrer dans le cahier spécial de seize pages qui complète l'album. Il est toutefois fortement conseillé de n'en prendre connaissance qu'après la lecture des planches.
 
     Le travail graphique d'Éric Bourgier est fantastique. Il donne une force à ses compositions, surprend par la variété et la richesse de ses cadrages et de son souci du détail. Les personnages très secondaires, en dernier plan, sont presque aussi travaillés que ceux du premier plan.
     L'usage de la couleur sépia donne une tonalité surannée, une touche qui convient parfaitement à ce récit d'héroic-fantasy et renforce le côté crépusculaire du scénario.
 
     Servitude, avec son scénario construit avec adresse et talent, son graphisme inaccoutumé, est une série qui marquera durablement l'histoire de la bande Dessinée.

Serge Perraud          
nooSFere          
09/12/2011          


Base mise à jour le 19 février 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017