Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Captain Swing et les pirates électriques de Cindery Island
Série : Captain Swing    tome 1 

Scénario : Warren ELLIS
Dessins : Raulo CACERES
Couleurs : DIGIKORE STUDIOS
Traduction : Philippe TOUBOUL

Milady Graphics , février 2012
 
Broché
Format 258 x 168
128  pages  Couleurs
 
Quatrième de couverture

     "Un mystère captivant, concurrençant Alan Moore sur le terrain de la richesse du contexte, tout en offrant des coups de théâtres extraordinaires. (...) L'électricité ne crépite pas seulement dans cette histoire : elle s'embrase dans l'esprit du lecteur et enflamme son imagination."  Brokenfrontier.com

     Londres, 1830. Le jeune flic Charlie Gravel ne cesse d'être témoin de choses qu'il ne devrait pas voir : un navire volant, des pirates armés d'étranges artefacts électriques... et un capitaine qui nargue la police. Un révolutionnaire qui défie la loi pour remettre au peuple la science et ses miracles et les libérer du joug des puissants. Dans les rues, on murmure le nom de Spring-Heeled Jack...
     Mais il préfère qu'on l'appelle Captain Swing.
     Voici son histoire.

 
Critiques
     La plupart des lecteurs connaissent Warren Ellis pour ses excellents scénarii de BD de SF et/ou de super-héros : avec « Captain Swing et les pirates électriques de Cindery Island » (Milady Graphics), il s’attaque avec le même bonheur à la veine « steampunk ». Utilisant comme point de départ une légende urbaine qui fit beaucoup de bruit dans l’ Angleterre de 1837 ( et toujours célèbre chez les fortéens contemporains), celle de Spring Heeled Jack — un homme au caractère surnaturel, vomissant des flammes bleues et ayant des yeux lumineux rouges ou bleus, il attaqua plusieurs jeunes femmes, s’enfuyant avec des bonds si puissants qu’ils lui valurent ce surnom dans les journaux — , Ellis l’utilise comme caractère principal, avec des découvertes de l’utilisation de l’électricité (au lieu de parler de « steampunk », j’aurais dû utiliser plutôt le terme « electricitypunk ») qui permettent des avancées technologiques surprenantes comme un vaisseau volant à voiles ! N’oublions pas qu’à cette époque l’étude des propriétés de l’électricité n’en est qu’à ses balbutiements... Il nous fait suivre, dans un Londres du début des années 1830, où la rivalité entre bobbies et police de la magistrature bat son plein, un jeune policier, Charlie, qui se lance sur les traces du mystérieux Captain Swing. Charlie découvrira que les vrais criminels ne sont pas forcément ceux que l’on croit, que loi et justice ne sont pas synonymes et qu’il y a toujours une conspiration de riches et de puissants derrière les malheurs du peuple... Cela donne une belle histoire, à mi-chemin entre BD et roman par sa présentation, magnifiquement illustrée par Raulo Caceres, un dessinateur espagnol qui rend superbement bien les scènes aériennes. Et la colorisation, dans ce cas, permet de très beaux effets électriques ! Sans oublier l’utilisation de dessins de machines d’époque qui ajoute un cachet supplémentaire à l’ensemble. La couverture résume parfaitement bien ce que je viens de vous exposer et je la trouve personnellement superbe.
     Voilà une belle réussite, qui réjouira tout autant les amateurs de SF populaire tendance « steampunk » — et les autres, ceux qui aiment une bonne aventure SF — que les amateurs de fortéanisme.

Jean-Luc Rivera          
ActuSF          
01/03/2012          
Mise en ligne le 27/01/2013          


Base mise à jour le 6 mai 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017