Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Les Enfants du Doge
Série : Marina    tome 1 

Scénario : ZIDROU
Dessins : MATTEO
Couleurs : MATTEO

Dargaud , septembre 2013
 
Cartonné
Format 320 x 240
56  pages  Couleurs
ISBN 978-2-5050-1124-8
 
Quatrième de couverture
Écoutez, braves gens !
Écoutez la « canzone di Marina »,
telle que la chante, de nos jours encore,
les gondoliers de Venise.
Elle parle de Marina, née fille de Doge, morte pirate.
Elle parle de la terrifiante malédiction pesant
sur la Cité des Doges. Elle parle de la fin,
imminente, inéluctable, d'une ville bâtie tout autant
sur des pilotis que sur ses propres légendes.
 
 
Critiques
     De nos jours, dans Venise, le professeur Federico Boccanegra peste contre les touristes qui ont réussi ce que les autres peuples n'avaient pu faire au cours des siècles : envahir la cité. Il se rend vers une épave sur laquelle figure la Pantegana, une femme morte depuis bientôt sept cents ans, une femme qui a juré la perte de cette ville qui l'a trahie.
     Le 19 février 1342, un navire battant pavillon de la République de Venise arrive au lieu de rendez-vous avec un bateau turc pour un échange : la fille aînée du doge contre le fils cadet du sultan, en gage d'amitié entre les deux pays. Mais, des pirates se sont emparés du vaisseaui turc et enlèvent Marina, ainsi que Zuane, son jeune frère. Ils sont emmenés sur une île de la mer Égée, surnommée Doulouropolis où sont parqués tous les otages dans l'attente du paiement de leur rançon.
     Dans la Cité des Doges, le Sérénissime Dandolo refuse de céder aux exigences des pirates sous les ordres de Brago.
     Marine et Zuane, mutilés respectivement d'une oreille et d'une phalange, font le dur apprentissage d'une société où la loi du plus fort s'applique à eux.
 
     Zidrou, d'abord instituteur, se lance dans l'écriture de livres et de chansons dès le début des années 1990. En 1991, il crée, avec le dessinateur Godi, L'élève Ducobu. Il aborde, avec Marina, sa première série historique après des séries réalistes ou douces-amères comme Lydie, Les Folies Bergère...
     Avec ce diptyque qui plante son décor dans la Venise du XIVe siècle et dans celle d'aujourd'hui, il construit son scénario sur un complot. Celui-ci s'appuie sur des volontés hégémoniques, sur de basses considérations de ^politique politicienne et sur des croyances et superstitions. C'est curieux comme les hommes puissants, à de hautes fonctions de responsabilités, peuvent être déstabilisés par des prophéties plus ou moins réalistes. Ici, ce sont les prédictions du poète Dante Alighieri, qui suscitent la crainte du Doge et de son entourage.
     Zidrou met en scène toutes les manœuvres utilisées pour s'assurer de la prédominance maritime sur la méditerranée afin de sécuriser les routes du commerce qui permettent à la Sérénissime de s'enrichir.
     Le scénariste décrit, sans concessions, un univers de violence et de brutalité, d'hypocrisie, de rancune et de d'hostilité. Il montre que des individus qui devraient s'entraider, faire front contre leurs tortionnaires, en arrivent se faire plus de mal entre eux que ne leur en font leurs bourreaux.
 
     Matteo, pour ce diptyque, est revenu à l'aquarelle, une technique qu'il maitrise parfaitement et qui s'accorde tout à fait à la mise en images de cette histoire mêlant grande Histoire et thriller fantastique. Il donne les expressions justes à se personnages, signe des décors d'une grande beauté et réalise des planches superbes, même si celles-ci illustrent des scènes violentes.
 
     Un premier volet extrêmement attractif pour son intrigue et sa mise en images. À suivre absolument !
 

Serge Perraud          
nooSFere          
21/11/2013          


Base mise à jour le 19 février 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017