Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Pour l'amour de Joan
Série : Le Cybertueur    tome 1  Album suivant

Scénario : Christian GODARD
Dessins : Claude PLUMAIL
Couleurs : Sophie BALLAND

Glénat , coll. Science-Fiction, septembre 1999
 
Cartonné
Format 293 x 215
48  pages  Couleurs
ISBN 2-7234-2829-X
Voir une planche.
Couverture
 
Quatrième de couverture
     …Il est possessif et d'une jalousie maladive. Très vite il a fait peser sur elle une surveillance de tous les instants. Le jour où, tapant sur l'ordinateur de son service des fiches de traitements, elle a vu soudain apparaître un message parasite : « Où étais-tu hier à 20h30 ? », elle s'est sentie glacée.
     Il était temps de rompre. Il a refusé de l'admettre et lui a annoncé qu'il viendrait la rejoindre dans trois jours…
     Trois jours plus tard, il était transformé en milliards de pixels…
 
Critiques
     Sur un sujet très à la mode ces dernières années - les réseaux informatiques et la réalité virtuelle - Christian Godard nous a concocté un petit polar dont l'atmosphère tient plus du fantastique que de la SF : véritable fantôme virtuel hantant les ordinateurs, ensemble de données numériques insaisissables reproduisant sa personnalité, Kewin est désormais une entité omnipotente et indestructible.

     Malheureusement pour Joan, Kewin n'a pas profité de cette numérisation pour reprogrammer ses quelques défauts, au premier rang desquels on trouve la jalousie et la possessivité. Ces défauts l'aveuglent suffisamment pour lui masquer la possibilité qui s'offre à lui de se fabriquer une compagne virtuelle idéale, et il s'acharne donc à vouloir attirer la vraie Joan dans son nouvel univers…

     Si cette thématique pourrait être ambitieuse, rappelant celles de William Gibson ou de Greg Egan, Christian Godard n'en aborde les différents aspects que de façon extrêmement superficielle. Il se contente ici d'exploiter le côté sensationnel et effrayant de la virtualité, à travers un thriller proche d'un scénario hollywoodien, pas mal ficelé mais assez téléphoné.

     Des péripéties assez prévisibles s'enchaînent donc avec un bon rythme jusqu'au dénouement attendu. Elles sont illustrées assez platement par le trait réaliste de Plumail, qui aurait pu profiter de ce thème assez ouvert pour nous offrir des visions plus fantasmagoriques.

     L'ensemble forme donc un bon polar, rapide et distrayant, mais assez vite oublié. On aimerait que Kewin abandonne ses projets puérils et mesquins pour se rendre enfin compte du fantastique potentiel de sa découverte. Un univers entier s'offre à lui qui est devenu immortel… Il est bien dommage qu'il n'en explore pas les possibilités, plutôt que de jouer à terroriser médiocrement son ex-entourage.

Pascal Patoz          
nooSFere          
15/10/1999          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2019