Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Le Prix de l'oubli
Série : Redhand    tome 1  Album suivant

Scénario : Kurt BUSIEK
Dessins : Mario ALBERTI
Couleurs : Mario ALBERTI

Humanoïdes Associés (Les) , juillet 2004
 
Cartonné
Format 320 x 240
48  pages  Couleurs
ISBN 2-7316-6362-6
 
Quatrième de couverture
     Et le jour viendra.
     Le jour où il arpentera la surface de la terre. Il n'aura ni père ni mère. Il n'aura pas connu l'enfance. Un nomade. Un guerrier. Un redoutable tueur. Il naîtra adulte, sans lien de descendance avec les dieux. Et les dieux se détourneront de lui. Aveuglés, ils ne le verront point. Bien qu'immenses, leurs pouvoirs ne l'affecteront point. Et il affrontera les dieux. Et il cherchera à les tuer à abolir leurs pouvoirs et à les disperser en un nuage de poussières. Un homme sans enfance. Sans père ni mère. Sans même un nom.
     Et ce jour viendra.
 
Critiques
     Dans un futur post-apocalyptique, les hommes vivent de chasse et de pêche, comme au néolithique. Poursuivie par des esclavagistes, une petite troupe de chasseurs trouve refuge dans un bunker en ruine et réveille accidentellement un homme enfermé dans un caisson. Aussitôt debout, celui-ci se révèle un redoutable combattant, qui n'a aucun mal à tuer tous les assaillants. Amnésique, il se rend dans le village de ceux qu'il vient de sauver. Mais son étrangeté et les choses qu'il sait faire — comme de pratiquer une césarienne ou d'organiser les défenses du village — inquiètent le chaman...

     La première curiosité de ce titre est qu'il est né d'un scénariste américain — Kurt Busiek, auteur d'Astro City — et d'un dessinateur italien — Mario Alberti, dont nous avons récemment découvert Morgana, une série scénarisée par Luca Enoch. On constate de plus en plus que les frontières tombent entre les divers univers de la bande dessinée, entre comics, mangas et BD européenne (qu'on ne peut plus seulement qualifier de « franco-belge »).
     Cet enrichissement et cette confrontation d'univers culturels différents devraient nous apporter un renouveau d'inspiration — ce fut déjà le cas quand des scénaristes anglais comme Moore ou Gaiman se sont appropriés le comics.

     Pour l'instant, on ne peut cependant pas dire que Redhand se démarque de la production habituelle. L'éveil d'un homme du passé dans un monde post-cataclysmique est un thème bateau. L'amnésie et la quête d'identité du héros est une ficelle sur laquelle on a beaucoup tiré. Et l'intrigue s'avère sommaire : j'arrive, je fait connaissance, je tue tout le monde pour défendre ma peau et je m'en vais vers de nouvelles aventures tel un cow-boy solitaire...
     Evidemment, comme l'intérêt de la série va essentiellement reposer sur le mystère qui entoure la personnalité du héros, il faudra attendre un peu pour savoir si cette énigme vaut qu'on s'y attarde.
     On commence par s'étonner de quelques détails : que le personnage soit aussi fort au sortir d'un sommeil de quelques siècles est peu vraisemblable, que les esclavagistes essayent de tuer et non de capturer ceux qu'ils poursuivent n'est pas très logique (comment en feront-ils des esclaves une fois morts ?)... Mais passons, la lecture n'est pas déplaisante, le graphisme d'Alberti est impeccable, avec un parti pris de couleurs aux dominantes rouge et ocre qui répond au surnom du héros. Même si ce premier album est peu marquant, on attend la suite pour se faire une meilleure opinion.

Pascal Patoz          
nooSFere          
20/07/2004          

     Dans un monde post-apocalyptique, une tribu d'humains vit en paix, jusqu'à ce qu'un groupe de chasseurs ramène à la vie, dans les décombres d'une ancienne cité, un homme en hibernation. Ses talents de guerrier leur sauvent la vie, et voici « Redhand » adopté par la tribu — au grand dam du Prêtre local qui ne voit pas d'un bon œil l'arrivée de cet étranger...
     Le thème est ultraclassique, les dialogues sont pauvres, on a même droit à une prophétie en cadeau Bonux. Mais la fin sort un peu de l'ordinaire et le dessin n'est pas dénué d'intérêt... aussi attend-on la suite pour juger.
     (Note : Bof, yapôtrocool)

Philippe Heurtel          
Bifrost n°36          
01/10/2004          
Mise en ligne le 26/06/2006          


Base mise à jour le 6 mai 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017