Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
Les Aventures de Luther Arkwright
Série : Les Aventures de Luther Arkwright    tome 1  Album suivant

Scénario : Bryan TALBOT
Dessins : Bryan TALBOT
Traduction : Eric BUFKENS

Kymera , janvier 2006
 
Cartonné
Format 297 x 210
216  pages  N&B
ISBN 2-9523169-6-1
 
Quatrième de couverture
     Luther Arkwright...
     Un homme unique à plus d'un titre.
     Il est le seul à ne pas avoir d'équivalent dans les différentes versions de la Terre, le seul à pouvoir passer d'un parallèle à l'autre sans l'aide de machines. Cela fait de lui l'agent parfait pour WOTAN, une agence établie sur Zéro-Zéro qui a en charge le maintien de l'équilibre entre les parallèles.
     Mais les Disrupteurs, une faction tentant d'imposer sa volonté à travers les parallèles, viennent de s'emparer de Firefrost, artefact capable de détruire le multivers. Afin de les empêcher de mettre en pratique leur plan cataclysmique, Arkwright et ses alliés vont devoir tenter le tout pour le tout afin d'attirer les Disrupteurs hors de leur repaire... quitte pour cela à provoquer une guerre mondiale !


*


     « Arkwright est une exploration de l'imaginaire et repousse réellement les limites de la bande dessinée. »
Will Eisner
     « Un étourdissant songe victorien — un véritable tour de force. »
Dave Gibbons
     « C'est magnifique. Voilà un exemple parfait, non de comics adultes mais de comics devenant adultes, autrement dit de comics atteignant la maturité. »
Moebius
     « J'aime ce style d'illustration. Son talent est profondément international et Luther Arkwright devrait susciter un intérêt universel. Il m'a procuré une grande joie. »
Jack Kirby
     « Ambitieux, dense, excitant, stimulant, Arkwright est une vision savamment tissée de l'autre face de notre présent illustrée par un artiste de premier plan. »
Neil Gaiman
     « Une oeuvre ambitieuse par son étendue et sa complexité qui demeure unique dans le paysage de la bande dessinée... impressionnant. »
Alan Moore
     « Voici quelque chose de bien plus original et idiosyncrasique que tout ce qui a été tenté auparavant... une histoire alternative des temps modernes. Et, évidemment, parce que Talbot se sert d'un média populaire pour conter cette histoire, elle est aussi excellente, romantique, inventive et rythmée. »
Michael Moorcock
     « Cet album prouve à la fois la maîtrise de son art par Bryan Talbot et sa compréhension de ce qui constitue une grande bande dessinée : un scénario intriguant, des personnages universels et une perfection graphique alliée à une narration claire et précise. »
Garth Ennis
 
Critiques
     Un chef d'oeuvre !

     L'idéal serait de ne rien dévoiler de l'intrigue et de vous laisser le plaisir — et la difficulté — de la découverte. Car Bryan Talbot ne facilite pas les choses en plongeant d'emblée son lecteur dans un univers dont il ne livre préalablement aucune clé. Ce n'est que par petites touches et nombreux flashes back que le puzzle prendra un sens, supportant bien plus d'une relecture.

     Mais dévoilons quand même un peu. Nous comprendrons vite que Luther Arkwright évolue sur la Terre des années 1980, au sein des divers univers parallèles qui composent le multivers. Unique, il possède la faculté de voyager sans machine dans ces parallèles, par la seule force de sa volonté. Nous découvrirons dans une des lignes narratives enchâssées son parcours jusqu'à son recrutement par WOTAN, une organisation sise dans le parallèle 00.00.00 (zéro-zéro pour les intimes), à la technologie très avancée par rapport à notre monde. Cette agence tente de stabiliser les différents univers en s'opposant aux Disrupteurs, de mystérieux individus qui paraissent vouloir semer partout le chaos — pour ne prendre qu'un exemple, Hitler est un agent des Disrupteurs dans de nombreux parallèles.
     Or les Disrupteurs viennent de s'emparer d'un artefact mythique nommé Firefrost — ou l'Opale de Feu de Seth, l'Oeuf cosmique, le Graal, au choix. Pour contrer leur obscur projet, Luther se rend dans le parallèle 00.72.87, où l'Angleterre ploie sous le joug d'une terrible dictature puritaine menée par un Lord protecteur descendant d'Oliver Cromwell, afin de s'y ranger aux côtés des rebelles royalistes...

     Arrêtons-là ce résumé, suffisant pour suggérer la complexité de l'intrigue et intriguer le lecteur. Les thèmes abordés — univers parallèles, uchronie... — ne le sont pas si fréquemment en bande dessinée et le résultat se montre ici à la hauteur des meilleurs romans du genre. Bien que volontairement tortueuse, la narration éclatée finit par fournir toutes les explications nécessaires, tout en entrant en résonance avec diverses icônes, de la tapisserie de Bayeux aux Guerres mondiales, en passant par les Walkyries ou les figures du tarot...
     Les références historiques, religieuses, mythologiques, science-fictives, ésotériques ou philosophiques sont ainsi nombreuses, finement intriquées pour former la toile de fond d'une aventure cohérente, avec au centre le thème du surhomme, de l'homme cosmique, du « champion éternel » moorcockien, dont Luther pourrait être une nouvelle incarnation.
     Eh oui... Difficile de ne pas évoquer Michael Moorcock à la lecture d'une telle oeuvre, tant du fait de ses thèmes — le multivers, l'uchronie où l'on pourrait voir surgir Oswald Bastable, la figure du héros christique universel — que de son foisonnement référentiel et de son romantisme exacerbé voire emphatique. On ne s'étonnera donc pas de lire l'appréciation de Moorcock au milieu de celles d'autres signataires prestigieux tant la parenté d'inspiration est grande.

     Si la complexité de l'intrigue surprend et enthousiasme, celle du graphisme émerveille. Dans un somptueux noir et blanc, chaque planche regorge de détails et se révèle d'une flamboyante finesse. Mieux, Talbot parvient à se montrer inventif tout au long de l'album, dans son trait, ses cadrages, ses techniques. Inventivité qui se retrouve aussi dans les textes, l'auteur jouant volontiers sur la forme, la ponctuation, l'insertion de documents...
     Cette première édition française jouit en outre d'une belle impression des planches dont on peut ainsi pleinement savourer la perfection. Le seul petit bémol est l'absence de marge intérieure qui rend difficile la lecture de quelques textes — heureusement rares — pour qui s'échine à ne pas casser le dos de la reliure.

     Bref, voilà un véritable chef d'oeuvre du 9ème art, une oeuvre monumentale et étourdissante, certes un peu difficile, certes sans doute pas « grand public », mais justement apte à enthousiasmer le lecteur de SF le plus exigeant. A ne surtout pas manquer !

Pascal Patoz          
nooSFere          
01/03/2006          


Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017