Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Connexion adhérent
Album
Trolls et Sorcières
Série : Hellboy    Album précédent tome 8  Album suivant

Scénario : Michael MIGNOLA
Dessins : Richard CORBEN, Michael MIGNOLA, P. Craig RUSSELL
Couleurs : Lovern KINDZIERSKI, James SINCLAIR, Dave STEWART

Delcourt , coll. Contrebande, mai 2008
 
Cartonné
Format 264 x 173
154  pages  Couleurs
ISBN 978-2-7560-1305-3
 
Critiques
     Trolls et sorcières, huitième tome des aventures du désormais célèbre Hellboy chez Delcourt, rassemble sept nouvelles histoires, le plus souvent inspirées de contes et légendes du monde entier : on voyage ainsi de la Malaisie (La Penanggalan) à l'Afrique (Makoma), en passant par la Norvège (La Sorcière-Troll) et la Tchéquie (Le Vampire de Prague), tout en suivant les traces d'Hercule en Alaska (L'Hydre et le Lion). Les deux autres histoires relèvent du fantastique moderne (L'Expérience du Docteur Carp, La Goule).

     Comme le montre la chronologie présente en début d'ouvrage — et consultable dans une version plus détaillée sur le site des éditions Delcourt (http ://www.editions-delcourt.fr/special/hellboy) — les aventures d'Hellboy et du B.P.R.D. s'étalent sur une longue période qui va — pour l'instant — de 1938 à 2007. Avec cette solide charpente chronologique, l'étonnant univers créé par Mignola, fondé sur l'existence du surnaturel et de toutes les créatures fantastiques imaginables, s'offre une cohérence interne qui ne peut qu'intéresser les fans de la série.

     Chacune de ces histoires courtes se caractérise par une narration rapide, brutale et très parcellaire, pleine de questions laissées sans réponses. Mignola écrit d'ailleurs : « J'ai toujours pensé que dans les histoires surnaturelles, il fallait des passages qui dépassent la compréhension humaine. » (p.15) Les sept contes présentés ici font écho à cette volonté et laissent ainsi le lecteur songeur. Face au surnaturel, Hellboy se comporte au fond comme Conan : il va voir, détruit ce qu'il ne comprend pas, use de la force pour faire le ménage et évite de se poser des questions... Au lecteur la charge de chercher à compléter les lacunes, ce qui bien sûr en agacera certains et en séduira d'autres.

     On n'insistera pas sur la force exceptionnelle du dessin de Mignola, de son trait stylisé et anguleux ni de ses implacables aplats noirs, déjà bien connus. L'un des autres intérêts de ces contes est de voir les versions imaginées par d'autres dessinateurs : P. Craig Russell (Le Vampire de Prague), dont le dessin plus souple et beaucoup moins sombre paraît presque joyeux malgré le côté sinistre du récit ; Richard Corben (Makoma), dont les impressionnantes planches africaines offre un contraste saisissant avec la rude noirceur habituelle chez Mignola.

     Au total, les amateurs du « rejeton de l'enfer » ne seront pas déçus, à condition de ne pas rechercher un scénario plus étoffé.

Pascal Patoz          
nooSFere          
02/06/2008          


.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2023