Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

Recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Bandes dessinées
Album
A feu et à cendres
Série : Sillage    tome 1  Album suivant

Scénario : Jean-David MORVAN
Dessins : Philippe BUCHET
Couleurs : Anne BIDAULT, Philippe BUCHET

Delcourt , coll. Neopolis, février 1998
 
Cartonné
Format 320 x 240
48  pages  Couleurs
ISBN 978-2-7560-0428-0
 
Critiques
     Nävis, jeune sauvageonne à mi-chemin entre la version féminine de Rahan « fils des âges farouches » et Tarzan, coule des jours heureux en compagnie d'un gros félin intelligent répondant au doux nom de Houyo (un tigre géant, c'est tout de même plus classe qu'un chimpanzé). Ignorante de ses origines terriennes, seule représentante de sa race puisque unique rescapée d'un crash spatial, Nävis a parfaitement su s'adapter à son nouvel univers, un monde sauvage recouvert d'une jungle épaisse où vivent toutes sortes d'animaux (des marsupilamis même — en page 7). Tout il est beau, tout il est bien, tout y sent bon la jungle chaude. Jusqu'au jour où le grand Majdestœt débarque dans son énorme vaisseau et entreprend de rendre ce monde viable pour ses congénères, le peuple Hottard, dont le métabolisme nécessite une chaleur extrême. Qu'il parvienne à ses fins et ce sera la mort pour toutes les créatures de l'Eden vert. Poursuivie par les Migreurs, sorte de robots-ouvriers imbéciles à la solde du Majdestœt, Nävis entreprend de lutter contre l'envahisseur. Un combat qui lui révélera ses origines, un réel talent pour les discours politiques ( ! ?) et fera bien plus qu'élargir ses horizons.
     A feu et à cendres est le premier volet d'une série. Jusque là, rien de très exceptionnel. Ce qui l'est plus, c'est la façon dont le scénariste a conçu son histoire de telle sorte que le premier tome constitue véritablement un premier chapitre. Cela peut paraître évident, toutefois lorsque l'on constate l'importance du nombre de BD dont le premier opus se résume à une mise en place laborieuse et une dernière planche bien racoleuse dans l'espoir de vous faire crever d'impatience en attendant la suite, c'est pas si commun que cela. Il faut dire que Morvan, du haut de ses 29 ans, commence à avoir plus qu'un peu d'expérience, notamment dans des séries telles que Nomad ou HK (les deux chez Glénat), bédés où les rebondissements et l'action se taillent la part du lion. Rien d'étonnant donc à retrouver le même cocktail dans Sillage : une histoire sans fioriture qui se déroule à cent à l'heure. Le dessin de Buchet (dont on a vu le bout d'un pinceau pointer dans Nomad, et que les lecteurs de Dragon Magazine connaissent pour ses Quêtes des réponses sur des scénars du même Morvan) est à l'avenant, très simple, peu recherché mais totalement au service du dynamisme de l'histoire. La colorisation informatisée a en revanche tendance à « lisser » le dessin, conférant aux planches une certaine froideur. Une manière qui s'acclimate plus favorablement aux scènes proprement science-fictives (les ambiances d'intérieur de vaisseau, etc.) qu'aux paysages naturels extérieurs qui sont ici nombreux — reste tout de même quelques très belles planches, notamment celles où l'action se déroule de nuit.
     A feu et à cendres ne bouleversera pas le petit monde de la BD de Science-Fiction. Le manque d'originalité du scénario est par trop flagrant, le dessin sans grande personnalité. Ce qui ne veut pas dire que la BD en question soit ennuyeuse, bien au contraire. Seulement que les amateurs d'originalité, de profondes réflexions ou de théories renversantes passent leur chemin : on les aura prévenus. Les autres, les fans d'action, de space opera, les plus jeunes (surtout), y trouveront sans aucun doute leur compte, et c'est déjà pas si mal.

Org          
Bifrost n°8          
01/04/1998          


Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017