Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Œil dans le ciel

Philip K. DICK

Titre original : Eye in the Sky, 1957

Cycle : Revues - Satellite sélection  vol. 17 

Traduction de Gérard KLEIN
Illustration de Boris VALLEJO

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (1959 - 1984, 1ère série) n° 1209
Dépôt légal : 2ème trimestre 1981
256 pages, catégorie / prix : 3
ISBN : 2-277-21209-1   
Genre : Science-Fiction


Autres éditions
   in Romans 1953 - 1959, J'AI LU, 2012
   J'AI LU, 2014
   LIVRE DE POCHE, 1988
   in La Porte obscure, OMNIBUS, 1994
   in La Porte obscure, 2003
   Robert LAFFONT, 1976, 1984
Sous le titre Les Mondes divergents
   SATELLITE / EDITIONS SCIENTIFIQUES ET LITTÉRAIRES, (date inconnue), 1959
Sous le titre L'Œil dans le ciel
   UGE (Union Générale d'Éditions) - 10/18, 2000

    Quatrième de couverture    
     Ils sont huit à avoir été précipités dans un faisceau de protons. Huit miraculés qui s'étonnent de revenir à la vie normale. Normale ? L'est-elle vraiment ? Jack et Marsha, sa femme, ressentent une sorte de gêne indéfinissable, comme si tout, autour d'eux, était bizarre, irréel. La réalité semble se fissurer, le quotidien se craqueler. Comment un essaim de sauterelles peut-il surgir de nulle part ? Pourquoi attaque-t-il Jack ? Mais surtout, pourquoi le visage et le corps de Marsha se déforment-ils monstrueusement ? Les rescapés sont-ils encore des hommes ou des simulacres ? La réalité n'a-t-elle pas fait place à un délirant monde de cauchemars, où les règles de notre univers n'ont plus cours, où tout est possible, même, dans le ciel, la présence de l'œil de Dieu qui surveille

     Philip Dick vit près de San Francisco. Le caractère violent de ses romans avait fait d'abord qualifier de « noir » son type de science-fiction. En 1962, le Prix Hugo le mit en vedette. Il est aujourd'hui au premier rang des auteurs de S-F avec Ubik, Loterie solaire, etc.


    Cité dans les pages thématiques suivantes :     
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition LIVRE DE POCHE, SF (2ème série, 1987-) (2000)


     C'est au début de l'année 1955 que Dick entreprend la rédaction d'un manuscrit qu'il termine en deux semaines et qu'il intitule With Opened Mind. Comme souvent, c'est Don A. Wollheim, alors responsable éditorial des fameux « Ace double », qui va imposer le titre définitif : Eye in the Sky. Publié en 1957, le roman paraît sous la forme d'un volume double, titre honorifique permettant à l'éditeur de rendre hommage à la qualité du texte.

     L'idée originale est, du propre aveu de Dick (dans sa bibliographie commentée publiée dans Science et Fiction n° 7/8 [Denoël] et disponible sur le site internet Le ParaDick), « volée à L'Univers en folie de Fredric Brown et adaptée ». Pourtant, le fossé semble grand entre ces deux oeuvres : à la parodie de S-F déjantée Dick va opposer un voyage à travers la psyché de plusieurs personnages et créer des mondes divergents à faire pleurer d'envie un scénariste de Sliders.

     Le point de départ de l'intrigue est un bon exemple de la façon dont l'auteur conçoit le genre : pour lui, l'extrapolation scientifique n'est qu'un moyen d'arriver à ses fins, de mener son intrigue vers les terrains vierges qu'il veut explorer. L'artifice utilisé ici est l'explosion dans le Bévatron du déflecteur de rayon à protons à proximité de sept visiteurs et de leur guide. Gisant au sol, inconscient, chaque personnage va être en mesure (sans que Dick se soucie de donner une quelconque explication à cela), de créer un monde et de l'imposer aux autres. Ainsi, chaque protagoniste qui redevient conscient fait basculer ses compagnons d'infortune dans un monde qui lui ressemble et qui émane de sa psyché.

     C'est Jack Hamilton, homme ordinaire qui vient de perdre son emploi d'ingénieur à cause des supposées sympathies communistes qu'entretiendrait sa femme, c'est Jack, donc, que Dick va choisir pour servir de relais et donner à voir au lecteur les mondes fantasmatiques qui vont être traversés. Tour à tour, ce sont la société religieuse intégriste de l'ancien combattant Horace Clamp, le reflet tout en guimauve du réel émanant de Mrs. Pritchett et le monde paranoïaque de Joan Reiss qui vont être mis en scène par l'auteur. Le dernier « univers parallèle » sera celui où Dick va dénoncer à la fois le régime totalitaire communiste et la chasse aux sorcières, autrement dit les deux extrêmes qu'il réprouve.

     Comme dans tout bon roman de Dick, une fille aux cheveux noirs va se mêler de la partie. Il s'agit ici de Silky, une vamp qui va, bien entendu, évoluer aux fils des mondes traversés par les personnages. Quelques morceaux de bravoure dickiens sont aussi au programme, citons pêle-mêle : la désagrégation du monde par énumération de catégories dans une surenchère verbale proprement hallucinante, un effet de désorientation en forme de spirale dans un escalier (qui ne l'est pas, lui, en spirale), un envol en parapluie débouchant sur une vision cosmique, une machine qui reproduit tout en quantités supérieures, la chute de lettres d'un slogan communiste qui vont mettre le feu à une maison, etc. Malgré le nombre d'idées folles que semble contenir ce roman, jamais le lecteur ne se retrouve dans une position de désorientation. Tout est magnifiquement agencé par une construction romanesque remarquable.

     Ce roman marque un tournant dans la carrière de Dick car il est le premier où la question qui sous-tendra toute son œuvre future, « qu'est-ce qui est réel ? », se pose avec autant d'acuité. Sur le strict plan littéraire, ce texte est une pure merveille de composition et révèle un trait marquant du style de l'auteur. En effet, en faisant se suivre plusieurs mondes correspondants aux personnages qui les émettent, Dick fait figurer dans son texte, consciemment ou non, les relais de narration qui serviront de base à l'utilisation de la multifocalisation, trait caractéristique de l'œuvre à suivre. Chaque personnage dont l'univers est décrit devient ainsi le « narrateur » de sa propre histoire. L'intrigue romanesque suit donc pas à pas l'écriture d'un texte telle que la pratique l'auteur. L'importance de ce roman n'est donc peut-être pas là où on la cherche. Sans doute se situe-t-elle dans l'élaboration d'un style, d'une méthode de travail, et ce même si, à 28 ans, Dick est déjà un grand écrivain.

Laurent QUEYSSI (lui écrire)
Première parution : 1/5/2000
dans Bifrost 18
Mise en ligne le : 6/10/2003


 

Edition Robert LAFFONT, Ailleurs et demain - Classiques (1976)



     Réédition (en « Classiques ») sous une traduction nouvelle (mais toujours de Gérard Klein), d'un ouvrage écrit en 1957 et précédemment publié chez nous en 1959 en Cahiers Satellite sous le titre Les mondes divergents, Eye in the sky est le septième roman de Dick, celui que l'auteur considère comme « son plus jeune vieux roman », Cela, Marcel Thaon l'explique en détail dans une riche postface où il s'attache particulièrement à faire le joint entre les nouvelles rapides et bourrées d'inventions des années 50 et les grands romans de la décennie suivante. Joint, L'œil dans le ciel l'est à plus d'un titre, puisqu'il est en fait constitué d'une suite de nouvelles liées (après un accident dans une installation nucléaire, huit personnes inconscientes vivent subjectivement dans les « mondes divergents » issus des pensées des autres), lesquelles sont toutes des variations sur la plasticité de l'univers chère à l'auteur ; en même temps que se dessine une thématique, s'organise aussi une vision idéologique du monde (anti-racisme, pacifisme, méfiance envers les systèmes, goût pour l'anarchie) ou le sociologique est intimement lié au psycho-pathologique. Dommage alors que la plupart de ces visites aux univers subjectifs soient si plates et si pleines de clichés (la religion vaguement islamique, le monde victorien, surtout) :si le suspense est bien entretenu, la crédibilité s'émousse, l'ennui menace de s'installer. En 57, Dick n'était pas encore un écrivain assez affirmé pour traiter en profondeur un sujet aussi vaste, aussi piégé. Tel quel, L'œil dans le ciel est tout de même à lire, comme jalon indispensable dans l'évolution du plus grand auteur de SF contemporain.

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire)
Première parution : 1/11/1976
dans Fiction 274
Mise en ligne le : 2/4/2013




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 64315 livres, 62128 photos de couvertures, 58986 quatrièmes.
8085 critiques, 35265 intervenant·e·s, 1341 photographies, 3682 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.