Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Adversaire

Emmanuel CARRÈRE


GALLIMARD, coll. Folio n° 3520

Dépôt légal : mai 2001
224 pages, catégorie / prix : F6
ISBN : 2-07-041621-6
Genre : Hors Genre 


Couverture

    Quatrième de couverture    
     Le 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand a tué sa femme, ses enfants, ses parents, puis tenté, mais en vain, de se tuer lui-même. L'enquête a révélé qu'il n'était pas médecin comme il le prétendait et, chose plus difficile encore à croire, qu'il n'était rien d'autre. Il mentait depuis dix-huit ans, et ce mensonge ne recouvrait rien. Près d'être découvert, il a préféré supprimer ceux dont il ne pouvait supporter le regard. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.
     Je suis entré en relation avec lui, j'ai assisté à son procès. J'ai essayé de raconter précisément, jour après jour, cette vie de solitude, d'imposture et d'absence. D'imaginer ce qui tournait dans sa tête au long des heures vides, sans projet ni témoin, qu'il était supposé passer à son travail et passait en réalité sur des parkings d'autoroute ou dans les forêts du Jura. De comprendre, enfin, ce qui dans une expérience humaine aussi extrême m'a touché de si près et touche, je crois, chacun d'entre nous.

 
    Critiques    
     La sortie du film de Nicole Garcia avec Daniel Auteuil et François Cluzet est probablement la meilleure occasion de parler de L'Adversaire — ouvrage étonnant qui tient à la fois de l'autobiographie, de l'enquête métaphysique et de la recension précise d'un fait divers abominable, irréel par nombre de ses aspects. Mais commençons par les faits : le 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand tue sa femme, ses enfants et ses parents, avant de tenter de se suicider, tout ça pour cacher qu'il vivait dans le mensonge depuis des années. Contrairement à ce qu'il avait toujours dit, il ne travaillait pas à l'Organisation Mondiale de la Santé en tant que médecin. Jour après jour, alors qu'il était censé se rendre à son bureau, il allait se perdre en forêt ou lire dans des bars.

     On pourrait se demander pourquoi parler de ce livre dans Bifrost. Je me contenterai de donner deux raisons. D'abord, le caractère incroyable/fantastique de la duperie : pendant plus de dix ans, personne n'a soupçonné que Jean-Claude Romand (qui n'avait aucun revenu mensuel, aucun bureau, aucun diplôme) n'était pas médecin, pas même sa femme ou ses parents ! La seconde raison me semble meilleure : Emmanuel Carrère s'est lancé avec ce livre dans un combat contre le diable (Satan est l'adversaire de Dieu), en utilisant des raccourcis (Jean-Claude = Jésus Christ) qui au lieu d'être fumeux se révèlent audacieux et pertinents, du moins sur le plan de la symbolique. Pour comprendre Satan/Le Mal (que Carrère ne considère pas d'un point de vue strictement catholique), il faut comprendre ses créatures et ses serviteurs. Pour argumenter cet éloge d'un livre réellement bouleversant, sorte de Twin Peaks à la française avec ses forêts jurassiennes impénétrables et ses secrets repoussants, j'en reproduis ci-avant deux courts passages. D'abord un extrait de la première lettre envoyée par E. Carrère à J.-C. Romand :
     « Monsieur, [...] J'aimerais que vous compreniez que je ne viens pas à vous poussé par une curiosité malsaine ou par le goût du sensationnel. Ce que vous avez fait n'est pas à mes yeux le fait d'un criminel ordinaire, pas celui d'un fou non plus, mais celui d'un homme poussé à bout par des forces qui le dépassent, et ce sont ces forces terribles que je voudrais montrer à l'œuvre. » Page 36.
     Puis le commentaire suivant :
     « J'ai posté cette lettre. Quelques instants après, trop tard, j'ai pensé avec épouvante à l'effet que risquait de faire sur son destinataire le titre du livre qui l'accompagnait : Je suis vivant et vous êtes morts. » Page 37.

     L'Adversaire est un livre indispensable, écrit avec sobriété. Carrère y parle de nous à chaque page, en tentant de comprendre un homme qui a assassiné tous les membres de sa famille et leur avait préalablement menti pendant plus de dix-sept années.

CID VICIOUS
Première parution : 1/10/2002 dans Bifrost 28
Mise en ligne le : 3/11/2003


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies