Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Rihla

Juan Miguel AGUILERA

Titre original : Rihla
Traduction de Antoine MARTIN
Illustration de André JUILLARD
AU DIABLE VAUVERT n° (20)
Dépôt légal : mars 2003
560 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 2-84626-051-6   


Couverture

    Quatrième de couverture    
     XVe siècle de l'ère chrétienne, an 890 de l'hégire. En déchiffrant d'antiques tablettes syriennes, Lisán al Aysar, érudit arabe du royaume de Grenade, a acquis la conviction qu'il existe un autre Monde, au-delà de l'océan. Il décide de s'embarquer pour la rihla, grande expédition initiatique, en compagnie d'un équipage d'aventuriers de tout bord, des corsaires turcs et des chevaliers sarrasins, un sorcier mamelouk, un pilote biscayen ivrogne et borgne... Rihla nous emporte ainsi vers l'Amérique d'avant Colomb, dans le souffle du voyage, des batailles, de la connaissance, de la magie et de l'amour. Dans le souffle de l'aventure...

     « Lisán s'enferma dans la dunette et déplia ses cartes navales, qui étaient des calques sur bon papier de ses tablettes de plomb. Il étudia ces trésors qu'il était le seul à comprendre et lut : 'Notre Mer occupe le centre du Monde, il est de forme ovale et possède une seule sortie, percée par le dieu Melqart en des temps lointains, appelée Brèche de la mer immense par les gens de Keftiú, et les colonnes de Melqart par les Tyriens.' »

     Lauréat en France du prix Imaginales et du Prix Bob Morane étranger 2002, avec La Folie de Dieu (Au diable vauvert), Juan Miguel Aguilera s'est distingué comme un romancier au souffle épique exceptionnel, doué d'une inspiration visionnaire qui mêle roman de voyage et d'aventure, roman historique et spéculation scientifique.

 
    Critiques    
     Au XVème siècle — en l'an 890 selon le calendrier musulman — un érudit arabe du nom de Lisàn découvre des tablettes antiques qui relatent l'expédition vers un continent inconnu d'un vaisseau de bronze rescapé d'un cataclysme. Avec un équipage hétéroclite, il va s'embarquer à la recherche de cette terre située au-delà de la Mer Ténébreuse, l'Atlantique, précédant de peu un Génois qui passera, lui, à la postérité... Il découvrira ainsi ce Nouveau Monde qui ne s'appelle pas encore l'Amérique et dont les habitants, parmi lesquels des hommes-tigres et des hommes-oiseaux, sont sur le point de s'engager dans une guerre aux enjeux cosmiques...

     En arabe, le terme Rihla signifie entre autres « récit de voyage » et désigne un genre « qui occupe une place marquante dans la littérature islamique », comme le signale d'emblée Juan Miguel Aguilera. En effet, après La Folie de Dieu qui le révéla au public français et qui obtint le prix mérité des Imaginales 2002, c'est à un nouveau voyage extraordinaire fortement ancré dans un contexte historique que nous convie l'auteur espagnol. Un voyage que les francophones ont la chance de lire avant même qu'il ait été publié en Espagne.

     Voyage extraordinaire, épopée historique, roman d'aventures exotiques, conte philosophique et récit savant, Rihla est tout ça à la fois, et bien davantage encore. Malgré le réalisme apparent du décor, le fantastique constitue l'âme du récit : par exemple, l'un des enjeux cachés du périple est une lutte ancestrale contre les « djinns », de redoutables démons quasi-immortels. Et d'incroyables péripéties jalonnent bien sûr ce parcours.

     Aguilera a un extraordinaire talent de conteur, tissant habilement différents mythes pour réinventer un passé crédible où ils prennent corps. Au contraire d'un Orson Scott Card, qui s'est dit contraint d'expliquer les grandes lignes de l'Histoire réelle pour que le public américain puisse apprécier son roman La Rédemption de Christophe Colomb, Aguilera s'adresse aux Européens et son récit se fait beaucoup plus allusif. Par exemple, le Génois que croise Lisàn au début du roman n'est pas nommé, car l'indice doit suffire à faire reconnaître Christophe Colomb... à qui Lisàn transmet justement son obsession. De même, lorsque le prologue évoque un cataclysme qui a ravagé une certaine « Île de la Peur », il faudra apprendre que « peur » se dit Théra en grec pour que le lecteur connaissant Santorin fasse un rapprochement indirect avec le mythe de l'Atlantide — que l'auteur ne cite absolument pas. Autre exemple, lorsqu'on évoque les voïvodes roumains, leur combat contre les djinns et la raison pour laquelle ceux-ci doivent être empalés, le lecteur ne peut que réinterpréter ces faits à la lumière des légendes vampiriques — même si le terme « vampire » n'est jamais écrit...
     Bref, Rihla est une grande aventure, mouvementée et spectaculaire, qui brille par son intelligence, sa densité et sa verve chatoyante. Narré tantôt à la première personne, tantôt à la troisième personne, il présente au lecteur du XXIème siècle la vision d'hommes du XVème siècle, un décalage qui permet un jeu subtil sur le vécu des mythes et sur l'altération de l'Histoire. Passionnant et superbe !

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/6/2003 nooSFere


     Ne vous arrêtez pas à la couverture (peu inspirée), voilà un livre enthousiasmant qui donne au chroniqueur envie de commencer sa critique par une accroche du genre « Rihla est un formidable roman d'aventures à lire de toute urgence ! », « achetez ce livre ! » ou encore « quel plaisir de lecture ! ». Mais ne mettons pas le diplôme avant les examens et intéressons-nous à l'histoire qui nous est contée sur plus de 500 pages d'une densité rare... Nous sommes en l'an 890 de l'Hégire (le XVe siècle de l'ère chrétienne) et la reine de Castille n'a pas encore réussi à venir à bout du royaume de Grenade. Ce qui ne saurait tarder. En ces temps de guerres religieuses, où la croix des Catholiques risque fort de remplacer le croissant des Maures sur les hauteurs des cités du sud de l'Espagne, un savant arabe, Lisán, découvre des tablettes de plomb extrêmement anciennes. Celles-ci le mettent sur la piste d'un continent inconnu qui se trouverait à mi-chemin entre l'Europe et Cipango. Reste à armer un bateau capable de supporter ce long voyage et à prendre la mer pour naviguer bien au-delà des colonnes de Melquart, sur des mers que l'on dit sillonnées par des monstres. Au vu du contexte politique, c'est à Gênes que Lisán trouve un argentier assez fou pour financer cette aventure et la tenter avec lui. Mais Lisán a sans doute mal choisi son allié (ou pire, a été choisi par celui-ci). En effet, son armateur mamelouk, Baba, est en fait un ancien voïvode venu de Tara Romaneasca : un guerrier capable de parler aux démons. Ce voïvode fuit un passé où il a fait empaler des centaines de personnes, parfois innocentes. Mais ce n'est pas la fuite qui le pousse vers l'ouest, non, Baba est à la recherche d'un démon ancien, d'un djinn malfaisant qu'il se croit prédestiné à détruire...

     Voyage au long cours, tempête, naufrage sur une île tropicale, attaques d'hommes-tigres et de démons, sacrifices humains, champignons hallucinogènes sacrés, entités datant de l'époque du Minotaure et de Talos, voïvode issu de la même lignée que Vlad Dracul... Avec ce second roman en solo après La Folie de dieu, Juan Miguel Aguilera confirme son talent. Mieux, il a progressé dans quasiment tous les compartiments de l'écriture romanesque et s'est permis de réécrire le voyage de Christophe Colomb en y introduisant de la magie, et en remplaçant le navigateur italien par un arabe s'alliant à un voïvode roumain. Tout comme dans La Folie de dieu, il y a dans cet ouvrage une conscience méditerranéenne incontournable, mais aussi un sens du voyage et des saveurs qui rappelle les meilleurs romans d'aventures : ceux de Jack London, Joseph Conrad et Schoendorfer (principalement L'Adieu au roi, son chef-d'œuvre méconnu). A lire, à offrir, à faire découvrir, car Rihla est un livre-plaisir, un livre rare.

CID VICIOUS
Première parution : 1/10/2003 dans Bifrost 32
Mise en ligne le : 8/1/2005


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies