Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Voûte invisible

Philippe ÉBLY

Cycle : Les Conquérants de l'impossible  vol.


Illustration de Philippe MUNCH
DEGLIAME, coll. Le Cadran bleu - SF n° 31
Dépôt légal : novembre 2002
176 pages, catégorie / prix : 6,40 €
ISBN : 2-914088-31-0   
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Lorsqu'on propose à Serge, Thibaut et Xolotl d'expérimenter une machine à explorer le temps, nos amis n'hésitent pas. Seule incertitude : le bond temporel de cinq mille ans peut les envoyer dans le futur comme dans le passé. Mais quand les trois aventuriers arrivent au sein d'une jungle étouffante, ils ne savent qu'en penser... Où est passé le soleil, et quelle est cette barrière invisible qui tue toute créature tentant de la franchir ?

 
    Critiques    
     Deuxième roman réédité chez Degliame et neuvième titre de la série des Conquérants de l'impossible, paru initialement en 1976, La Voûte invisible est à nouveau une histoire de voyage temporel. Ebly se montre là encore assez expéditif quant aux explications pratiques : un professeur trouve un tunnel temporel qui permet de partir à une distance de 5000 ans, ni plus ni moins, soit dans le passé, soit dans le futur... Les circonstances de cette découverte ne sont pas détaillées, par plus que le fonctionnement de ce passage. On ignore même pourquoi Serge, Xolotl et Thibaut sont envoyés dans le futur pour un mois complet alors que le lapin-test n'y a séjourné que vingt-quatre heures, durée qui aurait sans doute été suffisante et bien moins périlleuse pour un premier test. On l'a compris, l'auteur ne s'embarrasse pas avec les fioritures et les rapides précisions science-fictives sont purement conventionnelles, sans autre but que de justifier la présence des trois compagnons là où l'auteur veut les amener : dans la Bretagne de l'an 7000. Seule compte l'efficacité du récit principal...

     Et pour être efficace, il l'est ! Les Conquérants arrivent dans une jungle où la flore et la faune ont subit d'étranges altérations. Le soleil est invisible car cette Bretagne future, d'où même les célèbres mégalithes ont disparu, est entourée d'un champ de force infranchissable, une voûte invisible qui la sépare du reste du monde. Au milieu du territoire ainsi délimité siège un étrange lac noir, en un endroit où nul lac n'existait en l'an 2000...
     Que s'est-il passé durant les cinq mille dernière années ? Serge, Xolotl et Thibaut ont un mois pour le découvrir, à condition de survivre à cet univers hostile où rôdent des ki-bleiz aux crocs acérées et des kaz-gouez aux entrailles phosphorescentes... Les trois adolescents parviendront à établir le contact avec quelques uns des hommes sauvages qui se terrent dans la jungle pour se cacher des bêtes sauvages, de certains de leurs congénères et des mystérieux « dreven » qu'ils associent au champ de force... Ces hommes du futur parlent une langue bretonne déformée — en cinq mille ans, on peut même s'étonner qu'elle ne le soit pas davantage. Leurs légendes révèleront peut-être une partie de la vérité...

     Voilà donc un fameux mystère, même si le lecteur familier avec la science-fiction peut deviner assez vite ce que cache cet univers énigmatique. Le suspense fonctionne parfaitement, la narration est alerte, bref il est difficile de lâcher le roman avant de connaître le fin mot de l'histoire. Avec le recul, on peut constater que la conclusion est caractéristique des préoccupations écologiques des années 1970, mais Ebly a su choisir une approche originale et éviter un militantisme trop direct, ce qui rend son récit toujours aussi pertinent et captivant à l'aube du troisième millénaire.
     On peut être surpris par l'aspect lacunaire de l'histoire. Beaucoup de questions demeurent en effet sans réponse : comment est le monde de l'an 7000 au-delà du champ de force ? Les hommes du futur pourront-ils franchir celui-ci ? Ou pourront-ils au moins retrouver un semblant de civilisation après le passage des trois Conquérants ? Cette liberté laissée à l'imagination est en définitive appréciable car elle permet au lecteur d'alimenter le récit avec ses propres rêves.
     De même, on peut être étonné par la tension psychologique qui anime le roman. Tout comme la mort de Gaïus était un passage assez dur dans L'Eclair qui effaçait tout, le sort du jeune Benniged — qui désire avant tout fuir cette jungle horrible — est un moment qui peut révolter. Mais les héros eux-mêmes sont fortement malmenés, que ce soit Serge qui devra supporter une plaie gravement infectée ou Thibaut qui échappera de peu à une mort peu banale. Réjouissons-nous : il n'y a ici aucune mièvrerie ! La survie est difficile et la vie parfois cruelle ; Ebly le montre parfaitement, sans recourir à la violence gratuite ni aux effets faciles.

     La Voûte invisible est donc un condensé d'aventures à la fois distrayantes et intelligentes, chaudement recommandable au jeune lecteur de plus de onze ans et qui supporte très bien la relecture à l'âge adulte.

Laureline PATOZ (lui écrire)
Première parution : 6/1/2003 nooSFere


     (Critique commune de L'éclair qui effaçait tout et de La Voûte invisible)
     Parmi les lecteurs qui sont venus à la science-fiction dès leur plus jeune âge dans les années 70, certains se souviennent peut-être avec nostalgie de Serge, Xolotl et Thibaut, trois adolescents qu'ils ont accompagnés dans bien des lieux et à bien des époques. Ils regrettent sûrement aussi de n'avoir pu retrouver ces romans pour les transmettre à la nouvelle génération. Voici ce vide comblé, car neuf récits des Conquérants de l'Impossible sont prévus en réédition au Cadran Bleu, ainsi que les neuf Évadés du Temps, du même auteur, pour qui aime également le fantastique.
     Les deux romans choisis pour inaugurer la série, et dont les textes ont été corrigés et enrichis par l'auteur, font certainement partie des plus marquants : L'Éclair qui effaçait tout pose les bases du voyage dans le temps version Ebly en propulsant Serge et Xolotl dans la Rome Antique. Ils ne savent rien des coutumes de ce lieu, dont ils connaissent pourtant l'avenir, et sont confrontés dans leur lutte pour la survie à des dilemmes qui confineront au cas de conscience. Outre une réflexion morale discrètement amenée par l'auteur, les références historiques documentées de ce roman, qui rappelle souvent Sprague de Camp, pourront susciter bien des curiosités...
     En contrepoint de ce regard vers le passé, La Voûte invisible avait, lors de sa première parution à la fin des années 70, le goût d'une utopie négative possible. Le cataclysme de Tchernobyl l'installe au rang des réflexions malheureusement trop actuelles. L'enquête archéologique des trois adolescents du XXIe siècle conduit au fil des pages à une question d'autant plus récurrente qu'elle reste sous-jacente : celle de la responsabilité de notre époque vis-à-vis des générations futures.
     On peut voir à travers ces deux romans un trait non négligeable de l'écriture de Philippe Ebly : iI n'oublie jamais qu'une aventure induit presque fatalement une prise de responsabilité et le sens éthique qu'elle requiert reste sa constante préoccupation. Ce qui, en soi, justifie de lui donner une place de choix dans les bibliothèques de nos écoliers.


Xavier NOY
Première parution : 1/4/2003 dans Galaxies 28
Mise en ligne le : 1/9/2005


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies