Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les 12 filles de Lilith

Pierre DAGON

Cycle : Revues - Science-Fiction Magazine (deuxième série)  vol. HS n° 3 


Illustration de Afif KHALED
NATURELLEMENT, coll. Science-Fiction Magazine (revue - troisième saison) n° HS n° 3
Dépôt légal : juin 2001
32 pages, catégorie / prix : 25 FF
ISBN : néant   
Genre : Fantastique 


Autres éditions
   in Jean Calmet - Les Vampires et Lovecraft, EDILIVRE, 2011
 
    Critiques    
     « Douze filles engendrées par une succube. Trois anges exterminateurs pour les empêcher d'envahir notre terre. » Brrr, l'accroche fait froid dans le dos, la longue nouvelle qui suit aussi. Car ce n'est pas le suspense, ici, qui est insoutenable, c'est la lecture du texte. Torchée avec le tentacule gauche, Les 12 filles de Lilith facilitera le transit intestinal de n'importe quel lecteur malchanceux qui trouverait cet opuscule dans ses toilettes. Pierre Dagon (un pseudonyme de a) H.P. Lovecraft ? b) Stephen King ? c) Sim ? d) Alain Pelosato ?) est un écrivain d'avant-garde qui fait fi des répétitions, de la concordance des temps, de la syntaxe, du style, de l'imagination et du ridicule pour se concentrer sur le défi qui consiste à chier trente-deux pages d'inepties fanfastico-laracroffo-sexuelles. Une véritable réussite qui, comme l'annonce la couverture, « dépasse les frontières même de l'imagination (sic). » Trêve d'analyse rigoureuse, tout n'est pas mauvais puisque le lecteur suicidaire savourera au détour des pages quelques touches fulgurantes d'humour animalier (« Les chiens se mirent à miauler »), de philosophie orientale (« Le courageux n'est pas celui qui n'a pas peur ; dans ce cas c'est un inconscient. »), de hard science (« ...les murs formaient des angles non euclidiens, car l'espace, n'est-ce pas, est non euclidien... »), de morale vertueuse (« L'époux était pédophile. Il aimait beaucoup les petites filles. Il en avait deux, mais il ne les avait jamais touchées par terreur de l'inceste. »), d'érotisme (« Le gagnant se plaça devant Goula et sortit son membre de son pantalon. Le phallus ballottait, tête en l'air, preuve du violent désir de l'homme. — Eh ! Faudrait quelque chose pour mettre derrière son cul... »), de sagesse universelle (« Anatole en avait marre d'attendre. Bien sûr, il avait l'éternité devant lui, mais ce n'est pas une raison. »), de rudiments de gynécologie («  — Qu'est-ce qu'il avait son ventre ? — Il était gros et rond ! — Gros et rond ? — Oui, gros et rond : elle avait l'air d'être enceinte ! »), bref, foute l'artillerie lourde digne du fils spirituel de Max Pecas et du Messie Cosmoplanétaire du Mandarom. Pour conclure, Alain Dagon (oups, la boulette !) ne mérite certes pas le Goncourt de la nouvelle, mais se consolera bien avec un Prix Ozone 2002. Les lecteurs accidentels seront, eux, inconsolables...
Jean-Guy Shub-Niggurath d'après des notes de Daniel Conrad

Daniel CONRAD
Première parution : 1/9/2001 dans Galaxies 22
Mise en ligne le : 30/11/2008


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies