Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Seconde invasion des Martiens

Arcadi STROUGATSKI & Boris STROUGATSKI

Titre original : Vtoroe nachestvie marsian, 1967
Traduction de Paul LEQUESNE
Illustration de Bérénice CONSTANS
ESPRIT DES PENINSULES, coll. Domaine russe

Dépôt légal : juillet 2002
136 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 2-84636-030-8
Genre : Science Fiction 


Couverture

    Quatrième de couverture    
     La Seconde Invasion des Martiens reprend le procédé employé par Wells pour mener sa Guerre des Mondes — un journal intime tenu au jour le jour par un témoin des faits. Rien de très spectaculaire dans cette invasion martienne, mais une tactique aussi sournoise qu'efficace pour réduire notre planète en esclavage. Une campagne de presse dénonce la culture des céréales et vante les mérites d'une nouvelle semence, une sorte de blé couleur de ciel, au rendement vertigineux. Le paysage terrestre vire bientôt au bleu intense, d'étranges véhicules, mi-soucoupes volantes mi-limousines, commencent à sillonner les routes... Quelques rebelles prennent le maquis contre les extraterrestres et leurs alliés paysans. La nouvelle guerre des mondes aura-t-elle lieu ? Refus du réel, infantilisation des masses, appât du gain facile, indifférence aux bouleversements écologiques — tous les fléaux de notre temps figurent en bonne place dans cette fable transgénique qui cultive l'humour noir sur un mode intensif.

     Maîtres de la science-fiction russe, Arkadi et Boris Strougaiski sont les auteurs de très nombreux récits et romans écrits « d'une plume semblable à un scalpel », selon l'expression de Leonid Heller.

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, Les Best-sellers (1984)


     Ce court roman des Strougatski ne se distingue que médiocrement par l'humour pataud (ou peut-être difficile à transcrire) qui permet à la quatrième de couverture de tenter une comparaison avec Clochemerle. Malgré la référence implicite dans le titre, les Martiens n'ont rien à voir avec ceux de Wells, pour autant qu'on le sache, puisqu'ils jouent les Arlésiennes dans ce journal confus des événements tenu par un prof à la retraite, un peu maniaque sur les bords.
     Mais peut-on vraiment lui reprocher sa confusion ? Elle n'est que le fruit du nuage de fumée entretenu par les média officiels, les seuls auxquels il ait accès. C'est là le vrai sujet du livre : la désinformation et les virages politiques en épingle à cheveux auxquels sont soumis les citoyens soviétiques. Cela, évidemment, la quatrième de couverture ne pouvait s'en vanter, sous peine d'ennuis avec le bureau soviétique des copyrights ! Mais sur ce plan, le livre est bien clair.
     Si ce n'était leur goût pour le suc gastrique, les Martiens pourraient finalement n'être qu'une équipe dirigeante de plus, avec ses propres lubies sur le plan agricole (la passion khrouchtchévienne du maïs est égratignée au passage). On ne sait pas grand-chose sur leur compte, les rumeurs nées autour d'une table bien garnie en alcools submergeant sans peine les bribes de nouvelles dignes de confiance. Quant aux communiqués de la presse et des administrations, ils sont aussi peu fiables que ce démenti qui spécifie que c'est dans une usine souterraine de confitures que s'est produite une dévastatrice explosion.
     Si on le lit toutefois sans garder à l'esprit cet arrière-plan d'insinuations satiriques, le livre est terne, sans bien entendu le moindre brin d'héroïsme. Il ne propose pas non plus de jugements moraux, ce qui peut être une bonne chose mais ne facilite pas non plus une lecture au premier degré. Amateurs de sensations fortes s'abstenir.

Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/5/1984
dans Fiction 351
Mise en ligne le : 1/11/2005


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies