Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

L'École des assassins

Ugo BELLAGAMBA & Thomas DAY

Science Fiction  - Illustration de Olivier FRASIER & JEWEL
BÉLIAL' n° (11), dépôt légal : février 2002
184 pages, catégorie / prix : 12 €, ISBN : 2-84344-040-8
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Bienvenue à Hong Kong, à l'heure de la curée !

     Hong Kong 2023. Une guerre oppose les triades de la Sun Yee On à Voyager Concept, transnationale spécialisée dans la conquête spatiale et le génie génétique. Au sein de cette entreprise, Marion Strauss a une vision : l'école des assassins. Un groupe de quarante enfants qu'il va former aux arts du meurtre et de la guerre, qu'il va bio-améliorer jusqu'à transcender l'humain. Parmi eux : Ryu, l'Acrobate ; Cassandre, dotée d'une memoire totale ; Peter, le Samouraï ; Terri, le Phénix, condamnée à renaître de ses cendres. Parce que Jon Holkaï, son mentor, lui a enseigné le bushido, Peter va refuser sa charge d'assassin et se dresser contre Marion Strauss. Une guerre se prépare ; chacun devra choisir son camp.

     Avec L'Ecole des assassins, Ugo Bellagamba et Thomas Day rendent hommage aux mangas télévisuels et aux super-héros de leur adolescence : Wolverine, X-men et autres Ken le survivant.

     Thomas Day est né en 1971, dans cette belle ville de Paris où il réside actuellement au-dessus des catacombes et de leurs six millions de squelettes. En quelques années, il s'est imposé comme l'auteur le plus violent, le plus éprouvant de l'imaginaire francophone. On lui doit une cinquantaine de récits, un recueil de nouvelles, Sympathies for the devil, ainsi que quatre romans au Bélial' et chez Mnémos, dont Rêves de guerre.

     Ugo Bellagamba, titulaire d'un doctorat en histoire du droit, a publié sous le pseudonyme de Michael Rheyss un texte remarqué car remarquable : « L'Apopis républicain ». Il a 29 ans et vit à Aix-en-Provence avec sa femme et Sirius, un improbable petit chien.

     L'École des assassins est leur première collaboration.

 
    Critiques    
     Thomas Day, particulièrement prolifique en ce moment, s'est associé à Ugo Bellagamba, dont on connaît déjà quelques remarquables nouvelles publiées sous le pseudonyme de Michaël Rheyss, pour écrire cette pure série B, nerveuse, rapide et violente.
     À Hong Kong, dans la guerre qui oppose la Sun Yee On à Voyager Concept, Marion Strauss a créé l'école des assassins, qui comprend quarante personnes « bio-améliorées », entraînées au meurtre. Il y a même enrôlé ses propres enfants. Mais Peter, le Samouraï, le seul à ne pas posséder de nano-implants, se retourne contre Strauss et débauche d'autres assassins, comme Ryu, l'Acrobate, qui se débarrasse du veilleur logé dans l'os de sa jambe avant que celui n'explose pour le punir de sa trahison.
     Dans ce récit sans temps mort, tout l'attirail des nanosciences et de l'informatique cyberpunk est convoqué pour offrir des combats spectaculaires : réalité augmentée analysant l'environnement et les forces en présence, nanotechs décuplant les possibilités physiques, la résistance de la peau ou contrôlant le rythme cardiaque, passage en « temps long » pour gagner en rapidité ou distiller la douleur, le temps que les nanomédics réparent les dégâts. Les assassins sont bien sûr en mesure de se connecter mentalement aux réseaux informatiques. C'est donc à une formidable bataille de super-héros que l'on assiste, dans la tradition des mangas et des comics US.
     Malgré une psychologie sommaire, les héros ne sont pas entiers au point de ne jamais connaître le doute ; ils ont même parfois conscience de leur nature inhumaine, puisque le surhomme, par définition, a cessé d'être un simple humain. Mais il ne faut pas chercher dans ce roman autre chose que l'hommage que les auteurs ont voulu rendre aux BD et dessins animés de leur enfance, hommage réussi car on ne s'y ennuie pas un seul instant.


Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/6/2002
dans Galaxies 25
Mise en ligne le : 1/2/2004


 
Base mise à jour le 6 mai 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.