Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Voyageur en hiver

Marie-Hélène DEBIEN


Illustration de Jean-Jacques CHAUBIN
J'AI LU, coll. Fantasy (1998 - 2000) n° 5065
Dépôt légal : octobre 1998
320 pages, catégorie / prix : 5
ISBN : 2-290-05065-2   
Genre : Fantasy 



    Quatrième de couverture    
     Il ne doute de rien, Floringel. Il s'est engagé comme ménestrel chez le Maître de Cimelair pour tenter de libérer son amour, retenu prisonnier. La tâche n'est pas facile et il n'a guère d'atouts dans sa besace. En dehors peut-être de son sourire et des ballades qu'il chante en grattant les cordes de son luthiole. Pour séduire le Maître, résister aux sortilèges des serpents de fer, passer entre les grimpacées, il va devoir mettre en oeuvre bien des stratagèmes. Mais Floringel n'est peut-être pas celui qu'on croit...

 
    Critiques    
     Floringel vivotte tant bien que mal sur les collines, en attendant de parvenir à se faire embaucher par le Maître de Cimelair, le grand aristocrate qui possède la Montagne. Jouant de son luthiole aux portes de Cimelair, il parviens enfin, un beau soir, à se faire remarquer par le nanti qui rentrait chez lui. Embauché, le jeune ménestrel n'a qu'une idée en tête  : retrouver son grand amour.
     L'auteur est visiblement une débutante, mais elle a de l'ambition  : les critiques anglo-saxons diraient qu'elle a tenté d'œuvrer dans la fantasy of manners, c'est-à-dire dans ce sous-genre de la fantasy qui s'amuse à jouer avec une langue hyper-précieuse et à tisser des rapports complexes entre les personnages. Hélas, Marie-Hélène Debien n'est pas Ellen Kushner, Delia Sherman ou Patricia Wrede (ne cherchez pas  : elles ne sont pas traduites), et en fait de pyrotechnie nous n'avons droit qu'à une cacophonie maladroite. Son style hésite entre l'amateurisme embarrassé et la mignardise ampoulée. Elle nous assomme de néologismes vaguement ridicules comme « tisanieul », « chococroquants », « pitonambic » et autres « cristincelles », dont nous devons deviner le sens. Elle accumule les fautes de français et les incorrections stylistiques tout en essayant d'écrire de manioère fleurie et primesautière.
     Ajoutez à ces nombreuses et irritantes fautes une propension à sauter du coq à l'âne (ainsi, que se passe-t-il donc entre la page 26 et la page 27 ? L'éditeur aurait-il perdu des feuilles du manuscrit ?), un goût pour les images oniriques que ne soutendent aucune logique interne, des faiblesses dans le traitement des points de vue... Et vous obtenez un roman ni fait ni à faire.
     C'est d'autant plus dommage que Marie-Hélène Debien fait preuve d'une imagination prometteuse. Mais moins qu'à l'autrice, c'est à l'éditeur (l'éditrice, de fait) qu'il faut reprocher les incroyables défauts de ce Voyageur en hiver. Certainement trop habituée aux rééditions (qu'il s'agisse d'ouvrages anglo-saxons originaux, forcément déjà publiés outre-Atlantique, ou de reprise d'éditions françaises venues du grand format), pour lequel le travail de direction littéraire a déjà été mené, ou à des auteurs francophones déjà professionnels, la maison J'ai Lu semble ici singulièrement incompétente dés lors qu'il s'agissait de diriger le travail d'un nouvel auteur. Faute que les éditeurs français autorisent l'existence d'agents littéraires, c'est aux directeurs de collection qu'il incombe, de conseiller les auteurs, orienter leur écriture, corriger leurs textes...
     En l'état, en l'absence d'une véritable direction littéraire, ce roman s'avère illisible. Il ne s'agit pas d'une œuvre aboutie, mais bel et bien d'un brouillon.
     Dommage pour l'autrice (qui méritait sans doute mieux), dommage pour les éventuels lecteurs.

André-François RUAUD (lui écrire)
Première parution : 1/2/1999 dans Bifrost 12
Mise en ligne le : 21/3/2002


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies