Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Sanguinaire engrenage

Stephan ANDERSON

Imaginaire  - Illustration de DUGÉVOY
FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions, coll. Gore n° 90, dépôt légal : avril 1989
160 pages, catégorie / prix : nd, ISBN : 2-265-04094-0
Couverture

    Quatrième de couverture    
     La chair s'ouvre lentement du cou jusqu'au pubis. Une avalanche de sang jaillit inondant les draps. Et le bras se relève prêt à frapper. Dans un sursaut de terreur, Buck lâche ses intestins pour tenter de dévier la lame, mais trop tard...

 
    Critiques    
     « Sanguinaire engrenage » est le premier livre de cet auteur publié dans la collection. Contrairement aux apparences Stephan Anderson n'a rien à voir avec le pays du chewing-gum et du ketchup de mauvaise qualité. En d'autres termes, sous ce pseudonyme anglo-saxon se dissimule un auteur bien de chez nous. Un Français, un vrai ! (ou une Française, une vraie !) Difficile à dire. Manquant d'informations, je ne puis me prononcer.
     A la lecture de ce livre, il me semble que c'est là l'œuvre d'un jeune auteur, peut-être un premier livre. Quelques maladresses de style, quelques imperfections infimes dans la trame du récit le laissent suposer. Cela ne signifie en aucun cas que le livre est illisible. Loin de moi cette pensée. L'auteur s'en tire correctement et le livre n'est pas pire que d'autres produits de cette collection.
     Le thème est classique, c'est-à-dire conforme à l'esprit de la maison. Un gore dans la plus pure tradition, avec tous les ingrédients nécessaires à l'entreprise. Toutefois, on peut remarquer que l'auteur a su rester dans l'acceptable et qu'il n'a pas forcé sur la dose. Le pourcentage d'hémoglobine au centimètre carré de page reste dans des proportions convenables.
     Quelques mots en passant pour dire que le récit narre l'histoire d'un flic new-yorkais qui, après dix ans de mariage, décide de se débarrasser de sa femme, la jugeant trop possessive à l'égard de son unique rejeton, un enfant de neuf ans, timide jusqu'au bout des orteils. Remplaçant le lait nécessaire à la croissance de son fils par le sang de son épouse charcutée, notre bon flic de service espère ainsi que son gamin deviendra un homme, un vrai (et non pas cette lavette qui se fait marcher sur les pieds par ses camarades de classe) et qu'il sera par la même occasion guéri de sa timidité maladive. L'ennui, c'est que le traitement va réussir au-delà des prévisions du pauvre policier, et qu'il finira par ne plus contrôler la situation. Le reste, on le devine.
     Sans être le chef d'oeuvre du siècle, ce roman n'en est pas moins intéressant par certains aspects. Quelques trouvailles originales (comme le coup du lait), une écriture limpide sans fioritures, efficace... Bref, pour un premier livre, c'est assez encourageant. Attendons le suivant en espérant que le taux d'hémoglobine ne doublera pas d'ici là.
     A suivre...


Frédéric KURZAWA
Première parution : 1/7/1989
dans Fiction 410
Mise en ligne le : 1/3/2007


 
Base mise à jour le 18 juin 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.