Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Voile de l'espace

Robert REED

Titre original : Beyond the veil of stars
Cycle : Le Voile de l'espace vol.

Traduction de Natalie ZIMMERMANN
Illustration de MANCHU
LIVRE DE POCHE, coll. SF (2ème série, 1987-) n° 7217
Dépôt légal : février 2000
384 pages, catégorie / prix : 38
ISBN : 2-253-07217-6   
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Cornell Novak adorait accompagner son père à la chasse aux soucoupes volantes. Aux traces, aux témoins, à d'inexplicables disques de verre calciné...Et il savait que sa mère avait été enlevée par des extraterrestres.
     Jusqu'au jour où le voile de l'espace se déchira, où le firmament, qui avait toujours semblé porter les étoiles, disparut, et où le vrai visage de l'univers apparut.
     La sphère des fixes était un décor. Et derrière, il y avait...

     Robert Reed, le plus original des écrivains de la jeune science-fiction américaine, nous entraîne ici de l'Amérique profonde, réaliste, contemporaine, jusqu'à la dérive sur d'autres mondes, à travers les béantes portes du ciel.


    Cité dans les pages thématiques suivantes :     
 
    Critiques    
     La première partie du Voile de l’espace est un court roman qui pourrait se lire indépendamment du reste de l’oeuvre. Il nous présente Cornell, un jeune adolescent dont la mère – aux dires de son père – aurait été enlevée par des extraterrestres. Cornell et son père sillonnent ensemble les routes américaines sur les traces d’hypothétiques soucoupes volantes, ce qui leur vaut de passer aux yeux de tous pour de doux dingues.
     Un jour, le ciel s’invertit et les étoiles disparaissent. Est-ce un signe ? Un message ? Que signifie-t-il ? Une longue attente s’ensuit, mais rien ne se passe. La seule conséquence apparente est la maturation de Cornell, qui comprend peu à peu les mensonges sur lesquels reposent ses relations avec son père. Pour lui, l’inversion du ciel signe le passage à l’âge adulte.
     Une aventure personnelle et humaine, magnifique dans son apparente simplicité et sa profonde humanité.

     La seconde partie n’a que peu de points communs avec la précédente. Nous retrouvons un Cornell adulte, en phase d’embauche dans une mystérieuse agence gouvernementale. Sa future mission : explorer l’univers, suite à la découverte « d’intrusions », sortes de portes interplanétaires d’où l’on ressort dans la peau d’un extraterrestre. Après avoir vécu quelques aventures dignes d’intérêt, il rencontrera la belle Porsche, dont l’histoire nous sera contée plus en détail dans Béantes portes du ciel.
     Une histoire de premier contact extraterrestre, classique mais très attachante.

     Robert Reed a réutilisé de vieilles ficelles de la science-fiction, mais le résultat peut laisser une impression mitigée.
     On se demande par exemple quelle est l’utilité narrative de ce « voile de l’espace » que nous pourrions facilement supprimer sans que la suite du roman en soit modifiée. Il semble ne s'agir que d’un artifice symbolique signifiant qu’à partir de cet instant tout devient possible…
     De même, l’existence des intrusions et leur fonctionnement ne reçoivent aucune explication convaincante : l’homme constate leur présence et s’y adapte sans la comprendre…

     Pourtant, bien que l’originalité lui manque, le récit captive. L’absence d’explication prend figure de force : les personnages sont face à un mystère incompréhensible, mais n’est-ce pas le lot de l’humanité depuis la nuit des temps ? Et le mystère ne stimule-t-il pas l’imagination ?
     De plus Reed n’a pas son pareil pour nous faire pénétrer dans l’intimité des personnages, et les relations familiales – structurées autour de la disparition de la mère – occupent une place plus importance que les extraterrestres. Ce sont évidemment la subtilité, la chaleur et l’humanisme de son écriture qui séduisent, bien plus que l’intrigue elle-même.
     Finalement, nous tombons sous le charme indéniable de cet étrange roman…

Pascal PATOZ (lui écrire)
nooSFere


     Le charme des romans de Robert Reed réside dans leur classicisme mâtiné de quelque subtile extravagance. Revisitant les vieux thèmes de la science-fiction, il en propose une réécriture qui, sans être franchement révolutionnaire, a de la classe, de l'élégance  ; l'habillage en est parfait, jusque dans les erreurs.
     Avec Le Voile de l'espace, nous sommes dans le cas presque exemplaire d'une œuvre où l'amateur de SF en viendra peut-être à regretter que la racine de son genre favori, le postulat d'une rationalité trop visiblement assumée parfois par de puristes auteurs, ne cède pas face à l'Étrange, à l'Inconnu, et qu'au délicieux frisson du Mystère ou de l'Énigme, que certains livres suscitent avec un réel bonheur, succède, irritante, la lourdeur d'une pseudo explication, la justification de ce qui constitue le label de l'œuvre  ; c'est de la science-fiction voyez-vous, ce n'est pas du fantastique, murmure l'auteur à l'oreille du lecteur déçu.
     Décevante, la lecture de ce roman  ? Sans doute, à la mesure de l'attente qu'il suscite — ah, la perversité des quatrièmes de couverture  ! — et qui se confirme sitôt passé les premiers chapitres et que nous nous retrouvons, à travers le regard d'un enfant, témoin du plus extraordinaire phénomène que nous puissions imaginer  : « Alors le ciel devint un ciel différent, en une seconde, sans plus d'effort que n'en eût exigé un clignement d'œil.  »
     Décevant et génial, bien sûr, car avec ce roman il semble que nous entrions dans la dimension onirique — d'un seul coup, tout devient possible. Et pourtant, banalité du siècle finissant où le réel se confond au virtuel, nous devenons rapidement blasés de la nouveauté, fût-elle la plus folle, et retournons à nos habitudes tels les personnages du livre qui finissent par s'ennuyer du Changement, peut-être parce que le Ciel demeure toujours aussi muet qu'auparavant. Il n'y a pas de deus ex machina derrière tout cela, juste des phénomènes compliqués qui reçoivent des explications boiteuses.
     L'histoire raconte la quête d'un jeune garçon à la recherche de sa mère dans un monde qui s'est résigné au Ciel inverti. Chasseur de soucoupes volantes, son père disait qu'elle avait été enlevée par des extraterrestres. Devenu adulte, et membre d'une agence gouvernementale, il voyage d'un monde à l'autre — il y vit même une histoire d'amour dans un endroit nommé le Haut Désert où les humains, ayant pris l'identité de ses habitants, vivent entre leurs multiples corps décérébrés, traînant leur organe mental dans un sac — revient sur Terre y croiser des aliens, parmi nous depuis toujours, et pour finir, de retour à la ferme familiale, voit le ciel se piqueter d'étranges lueurs  : des portes vers d'autres mondes  ?
     Robert Reed a du talent lorsqu'il s'agit de plonger dans l'intimité et les sentiments de ses personnages, la scène très forte des retrouvailles du fils et de sa mère en est un bon exemple  ; toutefois il ne suffit pas d'être un fin connaisseur du cœur humain pour écrire un bon roman de science-fiction, faut-il encore exploiter et garder la cohérence d'un sujet, et convaincre le lecteur. Ici, ce qui n'aurait été qu'une histoire de Premier Contact sans grand intérêt entre les mains d'un écrivain moins doué, devient un ratage réussi, si on veut bien pardonner cet oxymoron  ; au lieu d'un scénario à la X-Files, on a une fable nostalgique qui n'est pas sans rappeler Theodore Sturgeon, grand écrivain décalé lui aussi, dans le no man's land entre les genres littéraires, le mystère et la raison.

Christo DATSO (lui écrire)
Première parution : 1/6/1999 dans Galaxies 13
Mise en ligne le : 25/6/2000


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies