Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Fontaine de Jouvence

Philippe WARD



Illustration de GRILLON

BLACK COAT PRESS, coll. Rivière Blanche n° 2004
Dépôt légal : novembre 2004

152 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 1-932983-26-0   
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
UNE AVENTURE DE GILLES DE GRANDIN

     Quelque part dans l'île de la Jamaïque, un tremblement de terre fait apparaître de mystérieuses statues. Averti par un étrange coup de fil, Gilles de Grandin, archéologue réputé et spécialiste de l'Atlantide se rend immédiatement sur les lieux.

     A peine arrivé sur place, il est victime d'un attentat, puis est kidnappé par un mystérieux groupe qui se dit descendre des Atlantes et dont le but est de mettre la main sur l'extraordinaire FONTAINE DE JOUVENCE.

    Sommaire    
1 - Préface, pages 7 à 7, Préface
2 - Randy LOFFICIER, Conversation avec Stephen King, pages 147 à 148, Entretien
 
    Critiques    
     Avec La Fontaine de Jouvence de Philippe Ward, c'est un vrai bain de jouvence qui attend le lecteur — oui, je sais, le jeu de mots est facile, mais si tentant !

     Commencé à l'âge de 17 ans, en hommage à Jimmy Guieu qui fit découvrir à Philippe Ward les mystères de — pêle-mêle — la science-fiction, le paranormal, les OVNI et la parapsychologie, ce roman emmène le lecteur à la recherche de la preuve de l'existence des Atlantes, en compagnie du célèbre archéologue Gilles de Grandin. Celui-ci, prévenu par un mystérieux coup de téléphone de l'émergence d'étranges statues après un tremblement de terre, part pour la Jamaïque où il sera mêlé, dès son arrivée, à des aventures rocambolesques.

     Roman de jeunesse qui devrait plaire aux jeunes d'aujourd'hui, comme à ceux qui refusent de vieillir, La Fontaine de Jouvence aurait toutefois gagné à une réécriture approfondie, le style laissant parfois à désirer. Ce n'est pas un grand Philippe Ward, ce dernier s'étant autrement distingué dans ses romans et nouvelles fantastiques, en solo ou en duo avec Sylvie Miller. Mais c'est une aventure plaisante, délassante et souvent drôle, une œuvre imaginative qui s'apparente à la série TV culte — on pense à Chapeau Melon et Bottes de Cuir pour le mystère mâtiné d'humour british — plus qu'à la grande littérature. Tout à fait dans la lignée des romans édités autrefois au Fleuve Noir, dont Rivière Blanche se veut le successeur, la parution de ce livre renoue avec le roman populaire auquel Rivière Blanche veut rendre ses lettres de noblesse.

     A noter qu'Artahe, de Philippe Ward, a été récemment traduit aux USA dans une version augmentée d'un chapitre dont Gilles de Grandin est le protagoniste. Il y est fait allusion dans La Fontaine de Jouvence, amusante façon de relier les romans de Philippe Ward en un cycle fédérateur. Espérons-en une suite, rédigée avec la maturité actuelle de l'auteur !


Lucie CHENU
Première parution : 13/2/2005 nooSFere


     A l'origine de ce roman, il y a une rencontre d'un jeune fan, Philippe Ward, alors âgé de 17 ans, avec ce monument de la SF française qu'était Jimmy Guieu. Une rencontre féconde pour l'écrivain en herbe puisque, suivant les conseils de son glorieux aîné, il entama la rédaction d'un roman. Livre qui serait sans doute resté dans les cartons de l'auteur si l'éditeur Black Coat Press n'avait pas décidé de ressusciter l'esprit Fleuve Noir par le biais de la collection Rivière Blanche, lieu de parution tout trouvé pour ce roman à la filiation rendue encore plus évidente par le choix du héros. J'ai nommé Gilles de Grandin, croisement entre Gilles Novak, personnage emblématique de Guieu, et Jules de Grandin, enquêteur du surnaturel de Seabury Quinn. Lequel part en Jamaïque étudier des statues apparues mystérieusement, et qui constituent peut-être un indice menant à l'Atlantide. Il est encore loin de se douter de ce qui l'attend...
     Rythme soutenu, brassage de mythologies, aventures hautes en couleurs : tout est réuni pour procurer au lecteur un plaisir de lecture évident. On ne s'ennuie pas une seconde, ce qui satisfait l'objectif que s'était fixé l'auteur, à savoir rendre hommage aux écrivains qui ont bercé son enfance. Roman certes mineur, mais agréable, même si Philippe Ward a depuis prouvé qu'il pouvait faire mieux.
     A noter pour finir la très étrange idée de publier en fin de volume une interview de Stephen King, en la raccrochant de manière tordue à l'esprit qui anime Rivière Blanche.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 24/10/2005 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 59639 livres, 53455 photos de couvertures, 53452 quatrièmes.
7864 critiques, 32342 intervenant·e·s, 984 photographies, 3635 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies