Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Les Bourreaux

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Hélène FAIRMARCH


Illustration de Raphaël DEL ROSARIO
PARCHEMINS & TRAVERSES, coll. Les Anthologies des réalités imaginaires n° (1), dépôt légal : août 2005
200 pages, catégorie / prix : 15 €, ISBN : 2-9524693-0-X

Le livre peut se commander sur le net, à l'adresse suivante : http://www.parcheminstraverses.com.
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Un bourreau !

     Le mot est lâché ! Si immonde qu'il cache sa figure, qu'on retourne le pain qu'on lui sert... Avide de tortures et de si profond cachots que nul sanglot, nul cri n'est sortira... Un mot si horrible qu'à lui tout seul il stigmatise toute la cruauté et la lâcheté de l'humanité...
     Evidemment le travail est aléatoire, ce n'est pas tous les jours qu'on a un condamné. Et puis, il faut ruser pour rentrer chez soi, même si tous les voisins sont au courant... On fait « comme si »... Et puis, au fond, les voisins sont bien contents. Les condamnations, les lois, les punitions, ce sont eux qui les décident, eux qui les encouragent, eux qui les encouragent, eux qui auront désigné la victime du doigt et en laveront leurs blanches petites mains...
     Alors, bourreau ou victime ? Bouc émissaire ou modèle de l'horreur ? A quels bourreaux les auteurs de cette anthologie ont-ils donné naissance ?


    Sommaire    
1 - Hélène FAIRMARCH, Préface, pages 7 à 7, Préface
2 - Philippe HALVICK, Une petite Partie, pages 11 à 23, illustré par Sophie LETA
3 - Stefan CARPENTIER, La Famille Tranchesec, pages 25 à 41, illustré par Sébastien GOLLUT
4 - MENOLLY, Marée Haute, pages 43 à 48, illustré par ZARIEL
5 - Philippe DÉNIEL, Le Maître des Souffrances, pages 51 à 66, illustré par Raphaël DEL ROSARIO
6 - ASPHODEL, À droite du Seigneur, pages 69 à 77, illustré par Stéphanie DUBUT
7 - EBATBUOK, Des larmes de Jasmin, pages 79 à 107, illustré par MARCHETTO
8 - Karim BERROUKA, Sainte Hache, Douce Hache, pages 109 à 127, illustré par Stéphanie DUBUT
9 - Amélie PUGET, Double Je, pages 129 à 139, illustré par Stéphanie DUBUT
10 - Stéphane BAZ, L'Exécuteur des Sept Œuvres, pages 141 à 161, illustré par ZARIEL
11 - Lady TAMARA, De Sang et de Larmes, pages 163 à 170, illustré par MARCHETTO
12 - Frédérique LE ROMANCER, La Reconversion, pages 173 à 193, illustré par ZARIEL
13 - Hélène FAIRMARCH, Les Illustrateurs, pages 195 à 199, Dictionnaire d'auteurs
 
    Critiques    
     C'est un thème bien original et difficile qu'a choisi Hélène Fairmarch pour la première anthologie des éditions Parchemins & Traverses : Les Bourreaux. Comment peut-on imaginer que de tels personnages puissent faire des héros sympathiques, auxquels les lecteurs auront envie de s'identifier ? C'est pourtant le défi qu'ont relevé onze auteurs, et le moins qu'on puisse dire est qu'ils ont réussi. Qui mieux est, loin de nous raconter onze fois la même histoire, cette anthologie réunit des textes très différents les uns des autres, allant de la science-fiction à la fantasy en passant par un réalisme à faire frémir les lecteurs les plus avertis.

     Une Petite Partie, de Philippe Halvick, est un texte futuriste et noir, écrit avec talent. Un homme se voit, la veille de son exécution, proposer une partie de cartes par le bourreau de la prison. Une prison moderne dans laquelle les gardiens sont remplacés par des androïdes. L'anthologiste a joué le contraste en enchaînant sur La Famille Tranchesec, bourrelles itinérantes de mère en fille, de Stefan Carpentier, un texte d'une drôlerie rafraîchissante qui n'empêche pas une montée d'angoisse à mesure qu'approche le concours de bourrelles qu'attendent les Tranchesec. Dans un tout autre registre, intimiste, violent et tendre à la fois, suit Marée Haute, de Menolly, une jeune femme de plus en plus présente dans nombre de fanzines et revues, et qui dirigera une prochaine anthologie chez Parchemins & Traverses.

     Difficile de passer après ce trio de tête. La nouvelle de Philippe Deniel, Le Maître des Souffrances, peine à ranimer l'intérêt. Pourtant, cette histoire d'un bourreau en butte à la froideur de ses concitoyens n'est pas sans intérêt, malgré un début qui traîne en longueur. La nouvelle d'Asphodel, A Droite du Saigneur, paraît plus efficace, sans doute parce que, brève et concise, elle plonge au cœur de l'âme du lecteur tout autant que du bourreau.

     Ebatbuok, avec Des Larmes de Jasmin, une nouvelle très émouvante, emmène le lecteur dans un univers onirique et terriblement réaliste à la fois, tandis que Karim Berrouka joue la carte de l'humour, qui lui réussit tellement souvent, avec Sainte Hache, Douce Hache qui raconte la Grande Epreuve devant permettre le choix d'un nouveau roi des bourreaux. Il est assez remarquable que les deux nouvelles humoristiques de ce recueils traitent le thème du concours, de la compétition entre bourreaux !

     Double Je est une histoire de schizophrénie qui pourrait avoir n'importe quel autre personnage qu'un bourreau, dans le rôle principal. Amélie Puget joue sur les mots et les situations, mais l'intrigue n'est pas des plus prenantes. Par contre, l'histoire de Stéphane Baz, L'Exécuteur des Sept Œuvres, est d'une profonde originalité. Psychologue des temps futurs, l'exécuteur se charge de faire disparaître les avatars imaginaires des humains réels. Etrange texte qui, au-delà du plaisir de la lecture, fait réfléchir sur soi-même.

     De sang et de larmes, qui vient ensuite, joue sur le rapport amoureux entre bourreau et condamnée et cela conduit, sous la plume de Lady Tamara, à un texte légèrement sado-masochiste, l'érotisme en moins. L'histoire est finalement assez fleur bleue, ce qui ne laisse pas de surprendre dans le contexte de cette anthologie.

     La Reconversion, de Frédérique le Romancer, qui clôt le recueil, est un récit parfaitement réaliste et vraisemblable. Dans une prison de femmes, une nouvelle arrive, et la surpopulation carcérale oblige les surveillantes à la loger dans la cellule de la caïd. Comment réagiront-elles, l'une et l'autre et que feront les autres prisonnières ? Pas une once d'imaginaire là-dedans, mais on reçoit un sacré coup de poing dans la figure !

     Si quelques-unes de ces nouvelles manquent de maturité, la majorité est de qualité. L'anthologie donne une curieuse impression de disparité, sans doute parce qu'un bourreau est loin d'être un personnage anodin et que chaque auteur a réagi à cette proposition de thème avec des émotions très diverses — colère, chagrin, humour, fatalisme... C'est un livre à lire petit à petit, pour mieux le déguster sans se lasser du thème, ce qui permettra d'apprécier pleinement les quelques excellentes nouvelles qu'il contient.


Lucie CHENU
Première parution : 19/10/2005
nooSFere


 
Base mise à jour le 18 juin 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.