Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Vie et l'œuvre de Jules Verne

Charles-Noël MARTIN




Michel DE L'ORMERAIE
Dépôt légal : 1978
Biographie  


 
    Critiques    
 
     SUR LES TRACES DE JULES VERNE

     On ne cesse de découvrir Verne. Dans le Monde du 8 juin, on signale le foisonnement des ouvrages récents et anciens à ce propos. Et on en oublie. Affaire de mode ? Anniversaire à enfin célébrer, avec l'émotion nécessaire ? Pourtant, dès 1905... Documents enfin retrouvés ? Langues qui se dénouent ? A quoi bon se demander pourquoi, mais je ne m'étonne pas de cette revanche posthume avec : Rimbaud, Baudelaire, Roussel, Sade, Lautréamont, Breton, etc. en la compagnie desquels il a sa place, de ceux par qui notre monde se trouve pensé et senti, il peut faire la nique à des Académies Françaises où d'éphémères juristes, des journalistes bien en cour, des conducteurs de travaux d'équipe se parent de bicornes et de plumes de hibou. Le livre de C.N. Martin est intéressant en ceci qu'il n'est pas une hagiographie officielle, qu'il s'écarte des fabulations familiales et des légendes de type Jour de France. C'est la vie de Verne au jour le jour de ses lettres à sa mère, son père, Hetzel, etc. La biographie a mauvaise presse, tant pis, celle-ci est irremplaçable, et elle dépasse l'anecdote sans pour cela se prendre pour l'explication des œuvres. Verne en son temps. La vache enragée, les lettres à la mère pour qu'elle raccommode les chemises, pour les godasses à ressemeler, comme dans la correspondance de Baudelaire — à la même époque. La hantise de l'échec — ici l'échec, ce serait de rentrer dans la bureaucratie boursière, dans le train-train du notariat, insupportable à qui n'aimait « que la liberté, la musique, la mer ».
     C'est aussi une mine de documents : iconographiques, documentaires, index, premiers titres, préoriginales, nouvelles publiées ça et là. Le tout solide sans jamais être pédant. On y apprend beaucoup aussi sur l'œuvre, les attributions (Maitre Zaccharius lui est enfin attribué, mais L'étonnante aventures de la Mission Barsac (rééd. Humanoïdes 1977) lui est disputé, et aussi, ce qui m'étonne et me chagrine, l'Eternel Adam qui serait de son fils (p. 258, note 6).
     Je suis resté sur ma faim à propos de deux faits. Le premier, parce que j'aurais trouvé bon que fussent repris quelques-unes des réactions critiques à son œuvre-celles de T. Gautier, de Mallarmé, de Zola, par exemple. Ces choses-là éclairent aussi, ne l'oublions pas ! Et aussi à propos des rapports de J. Verne avec l'esprit « quarante huitard », le mai 68 de l'époque. Rien à ce sujet dans ses lettres, ni cette année-là ni plus tard. Moi, je le voyais comme une sorte de Frédéric Moreau, ou avec l'enthousiasme de Baudelaire. Rien. A-t-il traversé tout cet immense espoir sans être atteint ? Rien non plus sur son attitude devant la commune. Bizarre. Je vois là un manque, non d'information certes, mais quelque chose que je m'attendais à trouver.
     Il est curieux de rapprocher cette œuvre biographique d'autres œuvres récentes sur Verne et qui s'intéressent à l'interprétation, comme le livre magistral de Simone Vierne (le voyage initiatique) ou celui plus ancien de Diesbach, ou de telle lecture de Michel Serres. Curieusement, l'espace des interrogations s'agrandit à mesure que les documents, que les thèses affluent, comme toujours à propos des grands écrivains. Livre cadeau, plein de surprises agréables : en son genre un chef-d'œuvre.

Roger BOZZETTO
Première parution : 1/9/1978 dans Fiction 293
Mise en ligne le : 5/6/2010


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68197 livres, 72230 photos de couvertures, 63159 quatrièmes.
8211 critiques, 36354 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.