Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Les Amazones de Bohême

Joëlle WINTREBERT

Hors Genre  - Illustration de K. MASEK
Robert LAFFONT, 2006
304 pages, catégorie / prix : 19 €, ISBN : 2-221-09605-3
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Au VIIIe siècle, en Bohême, une princesse crée le scandale. Révolutionnaire, visionnaire, Libuse, non contente d'abolir l'esclavage et d'imposer l'égalité entre les sexes, s'entoure d'une garde de filles. À leur tête, la redoutable Wlasta.
     Alors que le futur Chartemagne, arme au poing, christianise les pays voisins, Libuse meurt. Wlasta refuse le retour à l'ordre ancien et se rebelle. Elle fonde un État indépendant où les femmes sont libres de leurs vies et de leurs amours.
     Mais combien de temps cette poignée de révoltées va-t-elle pouvoir défendre son utopie ? Et quel tribut devra-t-elle payer pour sa liberté ?
     D'une plume épique et sensuelle, Joëlle Wintrebert donne chair et sang à ce mythe fondateur de Prague qui traversa les siècles et Ies révolutions.

     Romancière, journaliste, scénariste, Joëlle Wintrebert a publié de nombreux romans et nouvelles. Elle est l'une des très rares romancières françaises connue à la fois pour ses romans d'anticipation et ses romans historiques.

 
    Critiques    
     Pas de magie dans ce roman, et pourtant, Les Amazones de Bohême ont largement de quoi séduire les amateurs de fantasy. S'attachant à une période de l'histoire — quand Charlemagne étend son empire et évangélise par la force — et à un pays — la Bohême — peu connus des lecteurs français, Joëlle Wintrebert raconte comment ces femmes, asservies, fondèrent un lieu où vivre une vie libre.
     Dans ce roman historique basé sur la fondatrice légendaire de Prague, Joëlle Wintrebert s'est attachée à un thème qui lui est cher, l'oppression des femmes et des enfants, et plus généralement, des faibles par les puissants. Elle peint des portraits hauts en couleur de Libuse, prophétesse et princesse révolutionnaire qui veut à la fois sauver son pays et libérer les esclaves, de Wlasta la guerrière et Danna la noble, toutes deux violentées dans leur enfance, mais aussi de leurs alliés et de leurs ennemis, hommes ou femmes. Et surtout, elle raconte avec verve et passion une histoire extraordinaire, belle, cruelle et émouvante. Et pleine de contrastes — il faut avoir le cœur bien accroché pour supporter la violence de certaines scènes alors que d'autres reflètent la tendresse. Et bien que chaque protagoniste ait une personnalité marquée, parfois d'une seule pièce, l'opposition hommes-femmes n'est pas incontournable dans ce roman féministe. Il n'y a pas deux femmes semblables, ni deux hommes. Les désaccords entre Wlasta et Danna sont tout aussi profonds que leur volonté d'œuvrer ensembles et elles n'ont rien à voir avec la sorcière Bota, ni Waldo le moine-clerc avec l'infâme Radovan ou le prince Premysl. Ainsi, Joëlle Wintrebert évite un manichéisme excessif tout en transmettant un message clair.


Lucie CHENU
Première parution : 1/9/2006
dans Faeries 23
Mise en ligne le : 27/2/2007


     Libuse, reine dans la Bohème du VIIIe siècle, est une habile diplomate qui a su contenir les belliqueuses ardeurs masculines, abolir l'esclavage et imposer l'égalité entre les sexes, notamment en s'entourant d'une garde de filles. Danna, conseillère avisée, est à la fois irritée et fascinée par leur capitaine, l'énergique Wlasta, une ancienne esclave qui a progressivement gravi les échelons de la société. Pour empêcher la venue des armées de Charlemagne évangélisant les pays voisins à la pointe de l'épée, Libuse accepte la présence de deux missionnaires dans sa communauté. Mais, malade, elle meurt prématurément, et son mari Premysl, paysan peu fait pour gouverner, revient progressivement sur les réformes de son épouse. Refusant ce retour en arrière, Wlasta s'en va fonder, en compagnie d'épouses fuyant la violence de leurs maris, une cité indépendante, uniquement dirigée par des femmes, où les hommes vivent à l'extérieur de l'enceinte. Premysl s'accommode mal de cette sécession et cherchera à mâter ces rebelles, alors que, déçue par les maigres résultats des évangélistes qui ont pourtant réussi à se faire accepter en ces lieux, l'Eglise envoie les troupes de Charlemagne en Bohème...

     Certes, il s'agit d'un roman historique, mais il est dû à une de nos plus belles plumes de l'imaginaire francophone et n'est pas sans parenté avec la science-fiction, la cité de Wlasta constituant un bel exemple d'utopie, même si celle-ci, véridique, ne dura que le temps d'un feu de paille et s'acheva de façon tragique.

     On comprend que cet épisode fameux (peu connu en France mais célèbre plus à l'Est, Libussa servant à désigner en Allemagne des associations lesbiennes), par l'étonnante ouverture d'esprit de cette cité dirigée par des femmes, sa tolérance, sa liberté de mœurs prônant l'amour libre et autorisant l'homosexualité, ait incité Joëlle Wintrebert à le reprendre à son compte, même s'il fut déjà traité par Christiane Singer dans La Guerre des filles. Elle le fait avec beaucoup de sensualité, manifestant une grande tendresse pour ses personnages, si complexes et attachants qu'ils resteront longtemps dans les mémoires. La langue, par ses tournures et son vocabulaire, nous plonge davantage dans l'atmosphère de cette Bohème du VIIIe siècle que Joëlle Wintrebert, qui s'est déplacée jusqu'à Prague pour sa documentation, plante avec une précision et un souci du détail exemplaire. Un grand roman, vraiment !

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/5/2006
dans Bifrost 42
Mise en ligne le : 1/8/2007


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.