Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Unica

Élise FONTENAILLE

Science Fiction  - Illustration de Hubert MICHEL
STOCK, dépôt légal : janvier 2007
162 pages, catégorie / prix : 15 €, ISBN : 2-234-05850-3

L'ISBN indiqué sur le livre (2-2340-5850-7) est erroné.
Couverture

    Quatrième de couverture    
     « J'ai attrapé le dream catcher sur ma table de nuit, je me suis assis sur le lit à côté d'Unica.
     Et je lui ai demandé d'enlever son bonnet. Elle l'a ôté d'un coup, ses cheveux sont tombés sur ses épaules, ils étaient blancs comme de la coke, scintillants ; jamais de ma vie je n'avais vu une crinière pareille, même chez les punks de Japantown. J'ai posé le dream catcher sur sa tête, j'osais à peine les toucher, tellement c'était troublant, ces cheveux si blancs sur cette tête d'enfant. »


    Prix obtenus    
Rosny aîné, roman, 2008
Lundi, roman, 2007
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition LIVRE DE POCHE, SF (2ème série, 1987-) (2009)


     « Ce dont tremble un enfant, pour l'adulte n'est rien. L'enfant ne sait ce qu'est l'horrible, l'homme le sait et il en tremble. Le défaut de l'enfance, c'est d'abord de ne pas connaitre l'horrible, et en second lieu, suite à son ignorance, de trembler de ce qui n'est pas à craindre. » (p.17) 

     Voici un livre de science-fiction mené comme une enquête policière. On y suit les déboires de Herb, l'histoire de sa rencontre avec Unica.
     Herb, c'est un flic de la cyber, cette brigade chargée de traquer les pédophiles qui sévissent sur le net. Son boulot n'est pas joli tous les jours mais dans l'ensemble les journées s'écoulent sans vagues. Un matin, Herb et son coéquipier découvrent un suspect devant sa télé, « les yeux révulsés ». Ce dernier geint soudain « comme un chien à l'agonie », et lorsque les agents éteignent la télé, il s'affaisse en pleurant du sang. Lors de l'enquête les policiers vont découvrir que l'homme a une puce implantée dans son cerveau. Après analyse, ils comprennent que celle-ci fait ressentir au pédophile la douleur des enfants au lieu qu'il en jouisse. Cette puce a un copyright : UNICA...

     Elise Fontenaille a déjà écrit sept romans, mais ce court livre (160 pages) est le seul à être considéré comme de la science-fiction. Il a même reçu deux prix : le Nouveau Grand Prix de la Science-fiction Française (appelé aussi Prix du Lundi) en 2007 et le Rosny aîné en 2008.
     L'histoire est forte, émouvante — notamment dans l'étrange relation qui se noue entre Herb et Unica — mais se veut aussi polémique. En effet Elise Fontenaille pose ici des questions d'actualité sur notre société. En premier lieu, elle parle de la pédophilie et des moyens de la réprimer mais elle évoque aussi les personnes qui combattent ce vice et donc qui le subissent au quotidien. L'écrivain va même plus loin pour nous pousser à réfléchir sur la question dérangeante de l'opportunité d'un tel tabou.
     Si cet ouvrage amène des réflexions, le style non plus ne nous laisse pas indifférent. Tout donne une impression de rapidité : les paragraphes extrêmement courts (certain font à peine une page), les phrases sèches, mais également le type de narration. En effet l'écriture à la première personne permet de dévoiler très facilement les pensées et les réflexions parfois cyniques du narrateur (Herb), et rend le récit intimiste.

     Dans l'ensemble Unica est un roman puissant, polémique et surtout très bien écrit, qui tient en haleine le lecteur comme tout bon polar. On s'étonne même de ne pas pouvoir s'arrêter tant que la dernière page n'a pas été tournée.


Gaëtan DRIESSEN
Première parution : 19/1/2009
nooSFere


Edition LIVRE DE POCHE, SF (2ème série, 1987-) (2008)


     Voici un court roman qui, initialement publié chez Stock en 2007, est sans doute passé inaperçu de beaucoup d'amateurs de science-fiction lors de sa première incarnation en grand format. Un bouquin qui aurait pu le rester, inaperçu, sans la sagacité de Gérard Klein le Grand, seul et véritable maître de tout Bifrostien digne de ce nom, qui nous offre ici une seconde chance en rééditant ledit livre dans sa collection poche... Loué soit qui vous savez. Car de science-fiction, il est bel et bien ici question.

     Vancouver. Demain. Herb Charity est flic. Mais pas n'importe quel flic. Il bosse pour la Cyber, une brigade spécialisée dans la traque des pédophiles œuvrant sur le net. Et Herb est sacrement motivé, il faut dire que sa sœur a été victime d'un de ces salopards — elle n'est jamais revenue d'un rendez-vous que lui avait donné un internaute... C'est comme ça qu'Herb a fait ses classes, tout seul, comme un grand, enfermé nuit et jour dans le garage de la maison familiale, oubliant jusqu'à ses cours, jusqu'à sa mère en plein naufrage affectif, pour se consacrer à la traque de ce qu'il y a de plus immonde sur la Toile dans l'espoir de retrouver sa sœur. Vous avez dit no life ? Sa vie d'expert à la Cyber prend un tournant nouveau le jour où Herb, alors qu'il s'apprête à arrêter un cyberpédo au petit matin, découvre un type pleurant du sang face à son PC. Puis un second quelques jours plus tard, tout aussi aveugle que le premier. L'enquête va révéler l'existence d'une bande de gamins, sortes de cyberterroristes bien décidés à éradiquer jusqu'au dernier des pédophiles grâce à un procédé nanotechnologique étonnant. Et à la tête de ces mômes, une énigmatique fillette aux cheveux blancs... Une concurrence que Herb est bien décidé à rencontrer.

     Si Unica est manifestement le premier roman S-F d'Elise Fontenaille (alors qu'il s'agit de son septième livre), il ne fait aucun doute que l'auteur connaît ses classiques (Dick notamment, dont elle reprend d'ailleurs en exergue l'un des titres) et a parfaitement intégré les codes du genre. Extrêmement rythmé, référencé en diable, elle signe ici un excellent technothriller. Qui vaut surtout par le portait de son héros narrateur hanté par le souvenir d'une sœur disparue et qui se livre à une véritable vendetta alors qu'il est lui-même porté par une sexualité borderline — un chasseur se chassant lui-même et refusant de se l'avouer. Autre qualité à souligner : voilà enfin un auteur français capable de dépeindre une ville nord-américaine qui ne ressemble pas à un décalque parisien assaisonné d'Hill Street Blues. Fontenaille a vécu à Vancouver, ça se sent et c'est tant mieux. Si on regrette peut-être le twist final, téléphoné et artificiel, Unica se révèle néanmoins un excellent moment de lecture, un petit roman (joie !) S-F bien ficelé, glauque à souhait et porté par des personnages remarquablement brossés et sans excès de caricature (même si parfois, on y échappe de peu). Certes pas un roman majeur, mais une belle réussite tout de même, et une entrée en science-fiction pour Elise Fontenaille tout ce qu'il y a de remarquable. Encore, Elise !

ORG
Première parution : 1/7/2008
dans Bifrost 51
Mise en ligne le : 22/9/2010


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.