Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Résurgences

AYERDHAL




AU DIABLE VAUVERT (Vauvert, France) n° (62)
Dépôt légal : avril 2010
504 pages, catégorie / prix : 22 €
ISBN : 978-2-84626-211-8   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     « Pour beaucoup, il est illusoire de chasser un fantôme. Pour Marks, le très théâtral décès d'Ann X en juin 2001 à Washington DC est une aubaine. Passée la période où il est aussi difficile de se convaincre de sa mort que d’accepter l’intuition lui soufflant qu’il s’agit d’une mise en scène, il suffit de corréler quelques faits divers glanés dans des journaux pakistanais, une poignée de communications interarmées en Afghanistan et d’étranges récits de membres d’ONG basés dans le Cachemire. En hommage à son enfance martyre, Annalina a refait le coup de Sarajevo pour sortir des gosses des décombres de villages afghans que les tenants de l’opération Liberté Immuable ont qualifié de dommages collatéraux. Au passage, elle a abrégé les exactions de plusieurs tortionnaires de l’Alliance du Nord et écourté la mission d’encadrement d’une neutralité quelque peu excessive d’observateurs aussi militaires qu’occidentaux. Pour ne pas faire de jaloux, il semble qu’elle ait aussi eu des mots de nature tranchante avec des Talibans. Rien que Marks puisse désapprouver, mais une magnifique signature rouvrant la chasse qu’aucun Delaunay, cette fois, ne perturberait.
     Depuis, il la suit. De loin en Irak et en Palestine, où elle entre et elle sort comme s’il n’y avait ni guerre, ni couvre-feu, ni occupants, ni censure d’aucune sorte. »

     Transparences s’achevait le 11 septembre 2001, laissant Ann X apaisée en compagnie du criminologue Bellanger. Résurgences s’ouvre sur son assassinat par le FBI. C’est maintenant la trace d’une morte que Bellanger va suivre, dans un monde où les crimes d’états et les complots internationaux sont plus que jamais opaques, et les cercles du pouvoir, corrompus.
 
    Critiques    
     Le choix du titre d'un roman n'est jamais anodin. Ceux d'Ayerdhal, expert en la matière, procèdent d'une exigence qui dépasse la pure logique fonctionnelle : allier l'esthétique au sens. Scrupuleusement, les résurgences du présent opus figurent le retour de personnages et de thématiques évoquées dans Transparences (cf. critique in Bifrost n°36) dont il est, six ans plus tard tout de même, une suite indirecte (mais sans doute pas la conclusion). En filigrane, existe toujours l'idée que la transparence serait une sorte de régime symbolique régissant les rapports des êtres humains entre eux. Mais de quelle transparence parle-t-on, au juste ? Celle des tueurs d'Ayerdhal, soit la capacité — à la limite du fantastique — de se fondre dans un décor et dans un personnage, arme ultime d'un arsenal de super-héros ? Celle des contingences humaines, des antichambres du business et de la politique tenues par les mafias toujours plus ou moins policées, ou celle des ignorés, des invisibles comme vous et moi, de la masse silencieuse et spectrale qui cherche la vérité dans le spectacle donné par les grands ? La première est un choix (encore que) : la volonté d'être dépossédé, l'ivresse, le danger, la sensualité, l'oubli, la peur, le vertige, la présomption de tout avoir et d'être tout le monde à la fois ; et le risque plaisant de se perdre, de tout perdre. La seconde est un repoussoir : personne ne veut être ignoré, le monde se donne aux moins discrets ; à l'inverse, on aurait tort de croire que les grands hommes appartiennent au grand jour, ce qu'ils affichent n'est que la surface d'un continent de ténèbres où se diluent toutes certitudes.

     Transparence ? Concept trouble, ambigu, insaisissable. Faire de cette ambiguïté sa propre partition, c'est ce qu'Ayerdhal a toujours recherché. A 50 ans passés, ce type a déjà tout connu : en 1990, petit maître désigné pour son surgissement dans le milieu avec un premier cycle en guise de territoire conquis, La Bohème et l'Ivraie. Instigateur du renouveau de la S-F française avec l'anthologie Genèses en 1999. Dans la foulée, cassé comme une merde par une partie de la critique pour Etoiles mourantes. Gros succès public avec Transparences, dans lequel s'amorçait un glissement de la S-F vers le thriller. Le voilà revenant, pas encore remis de cette métamorphose que déjà pressé d'en explorer les nouveaux contours, d'ajouter un nouveau chapitre à sa tragédie postmoderne : refaire encore un livre où tout est de l'ordre du défi.

     Qui rencontre-t-on dans Résurgences ? Les habitués d'Ayerdhal : des personnages entiers, intello désabusés, flics suspects, seconds couteaux, des hommes et des femmes aimants à qui le monde ne laisse pas beaucoup de place pour vivre. Et puis des hommes et des femmes, peut-être les mêmes, qui voudraient se réinventer. Dure tâche, car si l'on suit Ayerdhal dans son raisonnement, la réalité vous rattrape toujours. La réalité des habitudes, des origines ou du milieu autant (sinon plus encore) que la triste réalité du système. Il en était ainsi dans Transparences. Disons que ça n'a pas l'air de vouloir s'arranger.

     Stephen Bellanger, criminologue vedette et amant temporaire d'Ann X, la tueuse aux mille visages de Transparences, est enlevé par un agent des services secrets français qui veut le remettre sur la piste de son ex-girlfriend, dont il ne croit pas à la disparition. Laquelle Ann X, bien vivante, troublante karatéka aux formes de succube, cherche à renaître en se débarrassant de son ancien moi. Cette « renaissance » (qui est aussi, d'un certain côté, une résurgence) passera par le Marksman, le faux frère, le double ténébreux, dont la propre résurrection passe par la mort de tous ceux — amis, confrères, employeurs — qui ont croisé ou simplement approché sa trajectoire. A Ann X et au Marksman, les polices, les services secrets du monde entier disputent la géographie du jour et de la nuit, la frontière de la morale et du devoir, la délimitation mouvante de la loi et de la liberté. L'intrigue policière se double d'une réflexion sur l'état du monde. Inspirés de nombreux faits d'actualité, certains développements du roman évoquent le sort tragique des sans-papiers, des sans-abris, qui vont trouver la force, sans arme ni haine ni violence, de devenir un peu moins transparents. On se gardera d'en révéler davantage.

     Résurgences s'étend sur 500 pages, et malheureusement il en paraît le double. Parce qu'Ayerdhal n'a pas vraiment su prendre au cou son lecteur, le tétaniser. Peu importe au fond que les invraisemblances se succèdent dans un scénario finalement peu crédible ; l'essentiel de la S-F et du thriller se nourrit de ces invraisemblances. C'est sur la partie construction que le bât blesse. Séquences à rallonge (toutes celles relatant la captivité de Bellanger, notamment) et dialogues interminables diluent inutilement une intrigue dans l'ensemble mollassonne. Regrettable, d'autant que l'auteur prouve, à d'autres moments, qu'il est capable d'écrire des scènes aussi tendues que des cordes à piano, ou d'une grande puissance d'évocation : ici, une partie de shoot'em up orchestrée par le Marksman ; là un défilé de SDF transcrit ou plutôt tourné (il s'agit d'un reportage) comme un pur vertige, une pure exaltation. Parfait résumé de la conviction époustouflante déployée par le livre. Ayerdhal est un auteur dit « engagé », libertaire sur les bords. Son roman peut se lire comme un outrage à l'ordre mondial, qui ressemble exactement au mental de celui qui l'a imaginé. Politique et manichéen. Brouillon parfois. Excessif toujours.

     Drôle de printemps 2010 où deux livres, celui-ci et Métacortex, auront fait passer en force des scénarios abracadabrants mais que terrasse une demande urgente de mythologie. Dans un monde devenu incompréhensible, le plausible n'a plus lieu, n'opère plus. Ayerdhal et Dantec ont compris cela, qui s'amusent à faire des tête-à-queue avec la vraisemblance pour atteindre la tragédie.

     Au risque, même, chez Ayerdhal, de glisser sur l'épilogue ? Il est vrai que sa conclusion, ici, sonne un peu comme soufflée par un excès de gourmandise didactique. Sans la dévoiler, disons qu'elle souffle le chaud (poésie de l'image dans un premier temps) et le froid (lourdeur du dialogue de fin, démonstratif et en deux mots parfaitement inutile) à l'image de tout le roman.

     Peu importe, le gone tient là le deuxième acte de sa tragédie postmoderne, bâti à partir d'une portion d'individus sans importance. Des individus comme on les aime : orgueilleux, luttant à perpète contre leur propre transparence.

Sam LERMITE
Première parution : 1/10/2010 dans Bifrost 60
Mise en ligne le : 22/1/2013


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66475 livres, 67111 photos de couvertures, 61320 quatrièmes.
8090 critiques, 36370 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.