Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Idlewild

Nick SAGAN

Titre original : Idlewild, 2003

Cycle : Idlewild vol.

Traduction de Patrick IMBERT
Illustration de Darren ROGERS

J'AI LU (Paris, France), coll. Nouveaux Millénaires n° (2)
Dépôt légal : avril 2011
288 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-290-02477-5   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Quand il reprend conscience au milieu de ce champ de citrouilles, il ne peut plus bouger aucun de ses muscles. Pire, il a tout oublié : son nom, son passé, comment il est arrivé là. Seules certitudes :

     1. On a essayé de le tuer
     2. Lazare est mort
     3. Il a tué Lazare

     Si seulement il pouvait se rappeler qui est Lazare...

     Ainsi commence pour Halloween un fascinant voyage, au cours duquel il rencontrera des smileys tueurs, un professeur sadique, les maigres bêtes de la nuit, l'âme sœur et, éventuellement, lui-même. Un voyage qui le mènera bien plus loin qu'il ne l'aurait cru possible, par-delà les frontières de la réalité...

     Si vous êtes un habitant du système solaire ou de sa banlieue, il est impossible que vous n'ayez pas entendu la voix du petit Nick Sagan, six ans, clamer à qui veut l'entendre : « Hello from the children of planet Earth » depuis les sondes Voyager 1 et 2. Depuis, il se consacre à des choses infiniment moins sérieuses comme l'écriture de scénarios pour le cinéma et la télévision. Idlewild, sur lequel planent les ombres de Roger Zelazny, H.P. Lovecraft et Philip K. Dick, est son premier roman.
 
    Critiques    
     Sept ans après l'arrêt de la collection « Millénaires » fondée par Marion Mazauric (partie depuis goûter aux joies de l'édition indépendante au Diable Vauvert), les éditions J'ai Lu se lancent une nouvelle fois dans la SF en grand format avec ces « Nouveaux Millénaires ». Etant donnée la surabondance de titres qui inonde le marché à l'heure actuelle, le pari semble loin d'être gagné d'avance, d'autant que, en ces temps d'hégémonie bit-litto-fantasyste, « Nouveaux Millénaires » se veut entièrement dédiée à la science-fiction. Choix courageux ou suicidaire ? On verra bien. En attendant, intéressons-nous aux textes.

     Fils du célèbre astronome Carl Sagan, Nick Sagan a fait ses débuts du côté de la télévision, essentiellement autour de la franchise Star Trek pour laquelle il cosigna quelques épisodes. Paru en 2003, Idlewild est le premier tome d'une trilogie. Le roman débute de manière plutôt prometteuse, avec un narrateur amnésique s'éveillant dans un univers obéissant à des règles différentes du nôtre, où créatures lovecraftiennes, délires psychotropes et avatars informatiques se côtoient presque avec naturel. Où est-il, pourquoi est-il là, et surtout pourquoi est-il persuadé que quelqu'un cherche à l'éliminer ? Ces interrogations permettent de lancer le récit et d'accrocher le lecteur. Sauf qu'assez rapidement, lorsque les premières réponses tombent, la situation semble rentrer dans l'ordre, l'intrigue se met à faire du surplace et s'enlise petit à petit dans la description du quotidien des personnages et de leur univers. On se doute que Sagan garde quelques révélations cruciales en réserve, mais celles-ci se font attendre. Pire : lorsqu'elles arrivent enfin, le soufflé retombe de la plus lamentable des manières, et ce que l'auteur voudrait nous faire passer pour un incroyable coup de théâtre a un désagréable goût de déjà-vu et n'étonnera guère que les rares lecteurs n'ayant jamais ni vu ni même entendu parler de Matrix. Plus gênant encore, la réalité qui nous est alors révélée rend caduque l'essentiel de ce qui a précédé, lequel semble du coup n'avoir eu d'autre but que de brasser du vide durant plus de deux cent pages, en attendant que l'auteur se décide enfin à attaquer son véritable sujet. De ce point de vue, Idlewild ne peut être considéré que comme un prologue, hors-sujet la plupart du temps, et qui, à prendre ses lecteurs pour des cons d'une manière aussi ostensible, ne donne pas le moins du monde envie de lire la suite.

Philippe BOULIER
Première parution : 1/7/2011 dans Bifrost 63
Mise en ligne le : 7/2/2013


 

Dans la nooSFere : 62650 livres, 58915 photos de couvertures, 57140 quatrièmes.
7958 critiques, 34383 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.