Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Ces choses que nous n'avons pas vues venir

Steven AMSTERDAM

Titre original : Things we didn't see coming, 2009
Première parution : Melbourne, Australie : Sleepers Publishing, mars 2009
Traduction de Valérie MALFOY

ALBIN MICHEL (Paris, France), coll. Les Grandes traductions
Dépôt légal : février 2011
Première édition
Roman, 256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 978-2-226-21880-3
Genre : Science-Fiction

Critiques
     C'est une vie qui s'écoule entre ces pages. Le narrateur est un enfant quand son père fuit la ville en prévision de la catastrophe millénariste qu'on avait annoncée. Il est un adolescent qui choisit de se débrouiller seul à la mort de ses grands-parents, dans une campagne isolationniste qui fait la chasse aux citadins en quête de nourriture. On le verra successivement fonctionnaire de la Gestion territoriale expulsant les gens menacés par des intempéries, chapardeur reclus au sommet de tours abandonnées ou caché dans une clairière, acoquiné avec une femme dont les ressources sont une garantie de survie, fonctionnaire délivrant des avantages à des réfugiés partant commencer une nouvelle vie, adepte du ménage à trois tant qu'il est bénéfique à sa sécurité, membre actif d'une communauté rurale, candidat à la citoyenneté d'un nouveau gouvernement basé sur l'engagement sincère et altruiste, guide touristique pour personnes en fin de vie.

     Les causes de la catastrophe restent volontairement floues et varient au fil des chapitres : bug de l'an 2000, conflit politique, épidémie virale, modifications climatiques, de l'inondation à la sécheresse, perte de la fertilité masculine, versions qui entraînent chaque fois l'humanité sur une pente nouvelle. A la violence individualiste de la survie brute succèdent les rapports basés sur la méfiance quand sévit la maladie, sur la nécessaire union des forces dans une société en reconstruction, imposant une nouvelle partition de la cellule familiale lors du déséquilibre des sexes, etc. Si un lien se dessine, il est ténu, mais basé sur un lent et difficile redressement de la situation.

     De même, chaque chapitre esquisse un tableau sans lien avec les précédents. On y retrouve le narrateur dans une situation nouvelle qui n'est pas explicitée, de laquelle on n'obtient que par déductions progressives un maigre aperçu du monde extérieur. Le lecteur n'est guère plus informé que des réfugiés débarquant dans un foyer de civilisation lui-même coupé du reste du monde. Mais peu importent les causes et le tableau d'ensemble. Connaître davantage la situation est sans intérêt quand la survie immédiate est en jeu.

     Dans La Route, de Cormac McCarthy, la désolation est si accablante qu'elle conduirait au désespoir le plus absolu s'il n'y avait cet enfant pour lequel le père s'acharne à poursuivre son chemin. L'impression que le lecteur finit par retirer du présent roman est celle d'un monde réduit à l'essentiel, où le sens s'est perdu, mais qui finira par se redresser, peu importe comment ou à quel prix. On devine qu'il y aura de nombreux laissés-pour-compte. Le narrateur est un peu le miroir de nos sociétés foncièrement égocentriques, où l'individu est davantage préoccupé par son bien-être que celui de ses proches. Probablement aurait-il péri s'il n'avait été cet égoïste forcené, uniquement préoccupé par sa sécurité. Mais comme bien d'autres, c'est en fin de parcours qu'il mesure les errances de son individualisme et découvre que la sincérité, l'empathie et l'amour, à défaut de garantir la survie, aident à vivre. Il n'y a cependant nul jugement dans ce constat, juste une conclusion à laquelle, forcément, on parvient, peut-être en retrouvant l'image du père aimant et protecteur, fait pour dispenser réconfort et soulagement autour de lui.

     Dans le registre de la science-fiction light comme il s'en publie hors collection spécialisée, qui a de l'Apocalypse une approche moins cérébrale mais plus sensitive, ce roman, le premier de son auteur, est une bonne surprise.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/4/2011 dans Bifrost 62
Mise en ligne le : 4/2/2013

     Au passage à l’an 2000, un jeune garçon subit en famille l’angoisse du changement de millénaire de son père : il faut fuir la ville avec du matériel de survie pour échapper à l’Apocalypse. Bien sûr, cette tragédie n’arrive pas mais, au fil des années et du passage à l’âge adulte de cet enfant, le pays sombre dans la décadence, le conduisant à mener sa vie entre combines, chapardages et relations personnelles intéressées.

     Roman mosaïque dans une nation en déliquescence, Ces choses que nous n’avons pas vues venir suit le narrateur de son enfance jusqu’à sa pleine maturité par le biais d’une dizaine de textes présentant les étapes principales de sa vie : évasion de la ville avec ses grands-parents dans l’espoir d’un quotidien meilleur à la campagne, jeune homme solitaire vivant de rapines, ménage à trois avec une sénatrice ambitieuse, chômeur, guide touristique ; c’est par le petit bout de la lorgnette de cet égocentrique que l’on découvre en creux ce monde futur. Catastrophes écologiques, régressions politiques, replis communautaristes, modification des rapports intimes et de la cellule familiale, tous ces bouleversements ne sont vus que par le regard arriviste de cet homme, tentant de survivre le mieux possible de ce monde décadent.

     Bien sûr, la comparaison avec La Route semble inévitable, mais là ou Cormac McCarthy décrit une apocalypse violente ne laissant d’autre choix que la mort et le désespoir, Steven Amsterdam imagine une lente dégradation de la situation, permettant aux êtres humains de s’adapter sans trop de difficultés (ou presque, seuls les plus forts s’en tirent bien) et s’il faut chercher une influence, c’est plutôt vers JG Ballard et l’anticipation sociale qu’il faut regarder.

     Premier roman de Steven Amsterdam, américain récemment émigré en Australie, Ces choses que nous n'avons pas vues venir est une étonnante réussite dans le domaine pourtant encombré des lendemains qui déchantent.


René-Marc DOLHEN
Première parution : 30/1/2011 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72674 livres, 86698 photos de couvertures, 68005 quatrièmes.
8503 critiques, 39147 intervenant·e·s, 1504 photographies, 3731 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.