Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Berazachussetts

Leandro Ávalos BLACHA

Titre original : Berazachussetts, 2007
Fantastique  - Traduction de Hélène SERRANO
ASPHALTE, dépôt légal : octobre 2011
208 pages, catégorie / prix : 16 €, ISBN : 978-2-918767-16-9

Couverture

    Quatrième de couverture    
     Berazachussetts ? Une ville argentine tout sauf tranquille. Une zombie punk et obèse erre en quête de chair morte et de bière fraîche. Une milice en fauteuils roulants menée par une gamine paralytique détestable fait régner la terreur. Des fils à papa désoeuvrés mettent en scène des viols et publient les vidéos sur Internet. Quant aux pingouins dans leurs chambres froides... s'ils n'étaient pas là, à chaque coin de rue, la ville serait tout de même moins chic...

     « Leandro Ávalos Blacha semble avoir pillé les poubelles de La Conjuration des imbéciles, Les Sept Fous et Alice au pays des merveilles pour se concocter un banquet personnel »
     Rolling Stone


    Sommaire    
1 - Hélène SERRANO, Postface, pages 187 à 190, Postface
 
    Critiques    
     Longtemps, l'imagerie d'Epinal a cantonné l'Argentine au tango, aux gauchos et aux vastes prairies de la Pampa. Une terre d'utopie pour de nombreux exilés volontaires. Comme une sorte d'Etats-Unis des antipodes. Bien entendu, l'image s'avère trompeuse. L'Argentine est aussi le pays d'une longue litanie de dictatures, de juntes et de gouvernements autoritaires ou populistes, tempérée par un retour à la démocratie en 1983, presque aussitôt obéré par une crise économique dévastatrice. Bref, un terreau fertile pour la littérature comme en témoignent les noms de Jorge Luis Borges, Ernesto Sábato, Julio Cortázar et Adolfo Bioy Casarès.

     Les éditions Asphalte se sont fait une spé-cialité des auteurs argentins, contribuant ainsi à la découverte de Félix Bruzzone, Leonardo Oyola, Roberto Arlt et ici Leandro Ávalos Blacha. Et si l'on prend le temps de parler de Berazachussetts dans Bifrost, ce n'est pas uniquement par amour de la littérature argentine, mais aussi parce que ce roman s'aventure à la frontière des genres, à la manière des transfictions chères à Francis Berthelot.

     Une fois n'est pas coutume, on se passera du traditionnel résumé de l'argument de départ. Non pas pour éviter de déflorer l'intrigue, mais tout simplement parce qu'il est inracontable. Pour cette raison, on se contentera de mentionner quelques indications factuelles que d'aucuns pourront juger sans queue ni tête, mais qui pourtant illustrent à merveille le niveau de dinguerie de ce court roman.

     A Berazachussetts, il semble naturel de croiser au détour d'un chemin une zombie punk, adepte de chair fraîche, de bière et de pogo. A Berazachussetts, les jeunes retraitées pimpantes vivent à feu et pot commun, faute d'une pension suffisante, et se chamaillent comme de bonnes copines en pleine crise d'adolescence. Toutefois, mieux vaut passer son chemin lorsque circulent les Mercedes noires de la jeunesse dorée, surtout si l'on est une femme seule. Ces fins de race se distraient en filmant les viols qu'ils organisent en faisant pression sur de pauvres bougres, dont certains prennent parfois goût au crime. Pendant ce temps, l'ancien maire vaque à ses affaires, à l'abri dans sa villa payée grâce à l'argent détourné durant son mandat. Il rit bien des pauvres, de leur odeur, de leurs goûts douteux, de leurs tics, de leur agitation à la perspective de la victoire du club de foot local. Le spectacle ne parvient pourtant pas à lui faire oublier ses hantises. Le spectre de sa femme qu'il a fait assassiner parce qu'elle le trompait. Et la terrible Periquita, une gamine paralytique qui connaît tout sur tout dans la ville, dont elle terrorise les habitants avec sa milice d'éclopés. Tout ce beau monde se côtoie, se croise, s'épie et se supporte avec plus ou moins de bonheur et de jalousie. Et personne ne voit la révolution qui couve, sur le point d'éclater sous leurs pieds, du côté du cimetière...

     On le voit, Berazachussetts apparaît comme un melting-pot d'influences diverses, entrées en ébullition dans le creuset d'une ville ressemblant à Buenos Aires, sans vraiment l'être. Polar, étude de mœurs, roman gore et comédie baroque, on trouve un peu de tout cela dans le roman de Leandro Ávalos Blacha. L'auteur argentin déforme la réalité, opérant notamment un glissement dans la toponymie des lieux, et l'on sent qu'il s'amuse beaucoup à le faire, d'une manière grinçante, absurde sans être grotesque. Car Berazachussetts est très drôle, pour ne pas dire jouissif. A l'instar de Marc Behm, auteur auquel on pense plus d'une fois, Leandro Ávalos Blacha ne s'embarrasse ni d'une longue scène d'exposition, ni d'explication. Il nous embarque illico dans un récit dont le rythme s'accélère en un crescendo apocalyptique jusqu'à déboucher sur un déluge quasi biblique et une révolution sociale.

     Au travers de l'énormité des situations, bigger than life dirait-on, la réalité transparaît sous la fiction. Ségrégation socio-spatiale, paupérisation, consumérisme, lutte des classes, bien peu des maux de l'Argentine échappent au regard caustique de l'auteur. Il passe l'ensemble à la moulinette d'un humour rageur et salutaire. Ainsi, entre catharsis et satire, Berazachussetts s'apparente à un conte dont la morale aurait été écrite par un sale gosse, à l'œuvre durant un carnaval. Autant dire que l'on recommande l'ouvrage chaudement.

Laurent LELEU
Première parution : 1/1/2012
dans Bifrost 65
Mise en ligne le : 6/3/2013


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.