Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
De fièvre et de sang

SIRE CÉDRIC

Cycle : Alexandre Vauvert et Eva Svärta  vol. 3 



POCKET (Paris, France), coll. Thriller n° 14636
Dépôt légal : mars 2012
Roman, 582 pages, catégorie / prix : 8
ISBN : 978-2-266-21264-9



Quatrième de couverture
     Ils semblent se nourrir de sang. Leurs victimes sont retrouvées exsangues. Eva Svärta et le commandant Vauvert viennent enfin de mettre un terme aux agissements des frères Salaville. Mais les meurtres continuent, défiant toute logique.
     Les talents d'Eva, policière albinos dotée d'un instinct hors normes, vont la conduire aux frontières de la rationalité. Là où, à tout instant, les ténèbres menacent de s'ouvrir sous vos pieds, où votre propre reflet dans le miroir pourrait vous engloutir, où la part d'ombre qu'Eva porte en elle causera sa perte ou lui sauvera la vie...

     « (...) Un triller pressant qui entraîne les lecteurs au delà de la raison. »
Franceculture.fr
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition Le PRÉ AUX CLERCS, (2010)

     Une gamine de seize ans, ligotée sur un matelas. Un loup qui n'existe pas. Des hommes bien trop réels, eux. Et deux flics, Vauvert et Eva Svärta, qui tournent autour des criminels, lentement, bien trop lentement.

     Et des flots de sang.

     Le moins qu'on puisse dire, c'est que pour son dernier roman, De fièvre et de sang, Sire Cédric ne fait pas dans la dentelle. Heu... en fait, si j'étais amateur (amatrice ?) de mauvais jeu de mots, je dirais qu'il fait plutôt dans la couture, ou plus exactement dans la découpe. La découpe soigneuse de la peau des visages des nombreuses, très nombreuses, victimes. Ce que les criminels font de ces visages, la signification de la présence des loups et la raison pour laquelle les miroirs sont brisés, ne comptez pas sur moi pour vous le dire. Vous avez 456 pages pour le découvrir, et croyez-moi, elles vont défiler vite ! Car ce roman ne se lâche pas. Il est passionnant, Sire Cédric manie à merveille l'art de l'intrigue, il sait où et quand il ne faut surtout pas laisser le lecteur faire une pause. Et il écrit de façon simple et rythmée, de telle sorte qu'on ne peut que se laisser entraîner.

     C'est d'ailleurs peut-être le principal défaut de ce roman : son cœur de cible est le grand public et Sire Cédric a simplifié son écriture, plus encore qu'avec L'Enfant des cimetières. Du coup, ceux de ses lecteurs qui l'apprécient particulièrement pour ses nouvelles fantastiques ciselées comme des bijoux d'argent risquent d'être déçus. Ils pourront se consoler avec la réédition de son superbe recueil, Dreamworld (aussi disponible en version audio, on fait les choses en grand au Pré aux Clercs).

     Le second point faible est l'exagération. Après un premier quart extraordinaire, haletant, l'intrigue retombe un peu. Vient un moment où l'on se dit qu'il y a vraiment beaucoup de sang – et du coup, ça fait moins d'effet. « Le mieux est l'ennemi du bien », dit-on, souhaitons que Sire C. s'en souvienne pour le troisième roman.

     Parce que bon, je l'avoue : j'attends un troisième avec impatience ! Certes, De fièvre et de sang comporte des défauts dont je vous ai fait part, en chroniqueuse consciencieuse que je suis, mais c'est surtout un énorme et savoureux moment de lecture ! Et le duo Vauvert-Svärta fonctionne vraiment bien. Et puis... ce thème de la peau découpée fait irrésistiblement penser à Angemort. Ce premier roman de Sire Cédric, paru chez Nuit d'Avril et rapidement épuisé, n'a rien à voir avec les enquêtes policières du couple de flics. N'empêche qu'un cross-over entre les deux univers... Voilà qui pourrait être amusant !

Lucie CHENU
Première parution : 8/4/2010
nooSFere


Edition Le PRÉ AUX CLERCS, (2010)

     Un an après L'Enfant des cimetières (critique in Bifrost n°54), Sire Cédric persiste et signe dans le domaine du thriller horrifique. De Fièvre et de sang n'en constitue pas vraiment une suite, mais il reprend l'un de ses personnages principaux, le commandant Alexandre Vauvert.

     Le roman démarre sur les chapeaux de roue : une ferme isolée et délabrée, une jeune fille nue et ligotée, deux tortionnaires sordides, frangins dégénérés et tueurs en série. Sire Cédric connaît ses classiques du cinéma d'horreur, des premiers Wes Craven aux récentes tentatives françaises, et nous en offre une énième variation. A la différence près que, pour une fois, les flics ne débarquent pas après la bataille. Soixante pages de course-poursuite et d'échanges de tirs plus tard, le calvaire de la demoiselle prend fin et les deux psychopathes finissent leur carrière sur une table d'autopsie.

     The End.

     Sauf que, un an plus tard, les meurtres recommencent, dans des circonstances similaires, cette fois à Paris et dans sa proche banlieue. Pour le commandant Vauvert et sa collègue, la profileuse Eva Svärta, tout est à refaire.

     Comparé à son roman précédent, on sent Sire Cédric plus à l'aise avec les codes du genre qu'il aborde. Il maîtrise impeccablement son outil et impose au récit un rythme frénétique de bout en bout. En outre, le méchant de service (en l'occurrence une méchante) est sensiblement plus intéressant que le chiard homicidaire de L'Enfant des cimetières, et d'une perversité assez réjouissante.

     Ceci dit, l'auteur semble si confortablement installé dans le cadre du thriller que De Fièvre et de sang est somme toute très routinier dans son déroulement. Pas vraiment de surprises, les rebondissements arrivent au moment où on les attend, les meurtres se succèdent avec une régularité métronomique. On attend que Sire Cédric secoue un peu les conventions du genre, en vain. Tout est si bien balisé que la tentation du hors-piste ne semble même pas l'effleurer.

     Etant donné le background du romancier, il est plutôt étrange et amusant de le voir mettre en scène un personnage tel que Vauvert, archétype du flic bourru et compétent, entièrement dédié à son travail. A ses côtés, Eva Svärta offre un contrepoint total, là aussi jusqu'à la caricature : albinos, habillée de cuir, dissimulant en permanence son regard derrière des lunettes noires. On ne s'étonnera donc pas de la voir revêtir corset en vinyle, porte-jarretelles et bottes à talons hauts pour se rendre à un concert de Moonspell (dans le cadre de son enquête, bien entendu...).

     Hormis quelques clins d'œil de ce type, plus anecdotiques qu'autre chose, on est finalement assez loin de l'univers gothique où l'auteur fit ses premiers pas. Certes les scènes gore ne manquent pas, certes l'élément fantastique au cœur de l'intrigue tient une place plus importante que l'aspect enquête policière, purement fonctionnel et à peu près aussi crédible que dans un épisode de Julie Lescaut. Mais au final De Fièvre et de sang, comme son prédécesseur, ne propose qu'une version délayée, voire édulcorée, de l'imaginaire de Sire Cédric. Il suffit de comparer ce roman à certaines nouvelles de Dreamworld (que le Pré aux Clercs a eu la bonne idée de rééditer fin 2009) pour constater que ses thrillers ne donnent à voir qu'un pan de l'écrivain, et pas forcément le plus intéressant.

     Malgré tout, dans le cadre que s'est imposé l'auteur, De Fièvre et de sang n'est pas un mauvais roman, loin de là. Par son écriture efficace, son découpage au cordeau et son rythme endiablé, il fait partie de ces pavés qu'on lit d'une traite, sans se poser de questions. Peut-être Sire Cédric a-t-il renoncé à être le « Clive Barker français » que certains de ses textes précédents laissaient percevoir. On se contentera donc pour l'instant de le voir incarner un Graham Masterton plus que convaincant.

Philippe BOULIER
Première parution : 1/7/2010
dans Bifrost 59
Mise en ligne le : 13/12/2012

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77054 livres, 87994 photos de couvertures, 72929 quatrièmes.
8563 critiques, 41942 intervenant·e·s, 1601 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.