Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Science-fiction et soucoupes volantes

Bertrand MÉHEUST

Science Fiction  - MERCURE DE FRANCE, dépôt légal : avril 1978
350 pages, catégorie / prix : 64 F, ISBN : 2-7152-1130-9
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Les autorités scientifiques s'acheminent bon gré mal gré bers la reconnaissance officielle des soucoupes volantes. Il est donc indispensable d'améliorer nos connaissances de ce phénomène qui affecte profondément les esprits de notre temps.
     Ce travail qui met en lumière loes coïncidences répétées entre la science-fiction et les soucoupes volantes, conduit aux conclusions les plus surprenantes : nous devons abandonner nos vieilles catégories de pensée sur les vaisseaux habités, et considérer kes soucoupes volantes comme un phénomène à double faces, « Psycho-physiques », qui puise dans nos structures mentales le modèle de ses manifestations.

 
    Critiques    

     Il y avait longtemps que je me demandais si les OVNI c'était du lard ou du cochon. Mais à qui faire confiance ? Pas à ces livres, visiblement débiles qui surnageaient dans (a sillage de Planète ou du Matin des Magiciens, sous la plume de quelques polygraphes ou illuminés. Car le fromage est gras, les rats y pullulent ! Sans compter que l'idéologie qui s'en dégage (à savoir que nous sommes trop tarés pour prendre le sort de la planète en mains, qu'il faut que les grands BEM viennent nous calmer, et nous mener gentiment paître sur les vertes collines) si je comprends qu'on s'y abandonne parfois, je ne la prise guère. Et de plus ça débouche souvent sur le culte du grand Gourou, du Big brother ou du petit Furhar. Cette résurgence de la croyance en l'irrationnel lié au cuite des grands anciens (et des saines valeurs !) ça a un petit goût de 1920-30, époque de la naissance des fascismes (voir le livre sur le cinéma de l'époque De Caligari à Hitler, de Kracauer).
     Cela explique mon ignorance, à propos d'OVNl — à part la thèse de C Jung, sur Le mythe Moderne. Eh bien, j'ai eu raison d'attendre, au lieu d'aller m'embourber dans des discours vaseux. Le livre de Meheust — qui ne fournit pourtant aucune réponse tranchée, amène à considérer ce phénomène dans une optique nouvelle, même (et surtout) s'il soulève plus de questions (passionnantes.) qu'il n'apporte des solutions. Et d'emblée on peut tirer un coup de chapeau devant le pari gagné : faire un livre passionnant — ça se lit par endroits comme un roman — sur un sujet aussi piégé, un vrai bâton brenneux. Meheust a trouvé un angle d'attaque du sujet qui est original : l'évolution des formes de ces « objets » et le rapport entretenu avec les formes de l'imaginaire, depuis les « objets mandala », (il s'y attarde peu) jusqu'aux époques verniennes. Ses remarques sur la prise en compte des formes symboliques par la technique, les traitements, les tâtonnements, les problèmes que ça pose, les lumières que ça jette sur le fonctionnement de l'imagination sur la capacité d'innovation des sociétés, sont parmi les plus neuves que j'aie lues depuis longtemps. L'ouvrage s'appuie sur une bibliographie sérieuse (aucun renvoi aux mystérieux manuscrits du Vatican !) et de bonnes illustrations qui viennent de la Maison d'Ailleurs, où Versins officie. Tout une première partie, donc sur le parallélisme étonnent qui s'instaure entre le développement de la SF -productrice d'« objets » que ses héros voient, manipulent ou par lesquels ils sont enlevés, endormis, sauvés, etc. et les témoignages recueillis après vision de ces OVNI, depuis en gros 1880. Rien de net sur la mise en relation des dates où les soucoupes viennent en masse et les dates 1880, 1930, 1S47, 1973 qui sont celles de crises économiques majeures en Occident.
     Mais c'est un régal de se plonger dans ces textes peu connus de Magog, d'Ivoi et d'autres La Hire — à petites doses bien choisies. Et puis de lire les témoignages ? Qui copie sur qui ?
     La seconde partie est moins illustrée, elle passe en revue les hypothèses de divers chercheurs, surtout des adversaires, que l'auteur passe au crible de sa critique, et qu'il tente d'analyser en profondeur, comme Jung, déjà cité. La thèse de Meheust peu à peu prend corps, comme direction de recherche possible : encore plus fantastique que les élucubrations de premier degré, et qui a des chances de proposer des pistes. Prise au sérieux du phénomène des OVNI, des enquêtes, des réfutations partielles et réductrices comme de la naïve croyance. Meheust se place dans la position d'un non-croyant qui écrirait l'histoire du phénomène « dieu » à travers des textes et des témoignages, sans nier la possibilité de phénomènes non encore répertoriés. A lire par les soucoupomanes qui y puiseront des arguments de poids, par les antisoucoupistes qui y trouveront soit un beau roman, soit un modèle d'enquête. Et par tous ceux que les problèmes de la création imaginaire fascinent et que cette habile rencontre de IIIe type entre la SF et les FS (Flying Saucer) enchantera car elle propose des horizons vierges.

Roger BOZZETTO
Première parution : 1/6/1978
dans Fiction 291
Mise en ligne le : 1/5/2012


 
Base mise à jour le 18 juin 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.