Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Elfes et Assassins

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Lionel DAVOUST & Sylvie MILLER


Illustration de Jean-Sébastien ROSSBACH
MNÉMOS, coll. Fantasy n° (4)

Dépôt légal : mai 2013
240 pages, catégorie / prix : 16 €
ISBN : 978-2-35408-156-0


Couverture

    Quatrième de couverture    
« Son épée lui battait les bottes. Le gel avait durci le chaume
qui hérissait les plaines et serait brûlé au printemps pour les nouvelles
semences. Les craquements des tiges de paille sous les chaussures de l’Elfe
facilitaient la poursuite. Il lui sembla qu’il gagnait du terrain sur
la fugitive. Il se devait, il lui devait, de la tuer de près, corps à corps,
de recevoir sa dernière exhalaison comme une douce récompense,
de la fixer dans les yeux lorsqu’elle franchirait le seuil. »

     Réalisée en partenariat avec les Imaginales, le festival d’Epinal où les plus grands auteurs de l’imaginaire se retrouvent chaque année, l’anthologie Elfes et Assassins s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers, de Victimes et Bourreaux et de Reines et Dragons, des recueils salués par une critique enthousiaste qui y voit le meilleur de la fantasy francophone.

     Les elfes sont beaux, puissants, séducteurs ; ou bien sombres, dominateurs et effrayants... Dans l’ombre, les assassins se montrent froids, méthodiques, grisés par la chasse, mais ils sont parfois fragiles, rongés par le doute, ou encore poussés par une cause qui les dépasse. À travers toutes les nuances de la fantasy, médiévale, héroïque, urbaine voire post-apocalyptique, découvrez leurs aventures et leurs mystères, de la tragédie à l’humour, de l’épique à l’émotion – entrez dans la danse des Elfes et Assassins !

     Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaires, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.


    Sommaire    
1 - Lionel DAVOUST & Sylvie MILLER, Préface, pages 7 à 10, Préface
2 - Pierre BORDAGE, La Dernière affaire de Sagamor, pages 12 à 23
3 - Raphaël ALBERT, La Seconde Mort de Lucius Van Casper, pages 24 à 44
4 - Nathalie LE GENDRE, La Légende d'à peu près Punahilkka, pages 46 à 62
5 - Anne DUGUËL, Le Sourire de Louise, pages 64 à 76
6 - Jean-Philippe JAWORSKI, Le Sentiment du fer, pages 78 à 106
7 - Anne FAKHOURI, Du rififi entre les oreilles, pages 108 à 131
8 - Rachel TANNER, La Nature de l'exécuteur, pages 132 à 143
9 - Fabien CLAVEL, Libera me, pages 144 à 154
10 - Jeanne-A DEBATS, Eschatologie du vampire, pages 156 à 185
11 - Xavier MAUMÉJEAN, Elverwhere, pages 186 à 202
12 - Fabrice COLIN, Sans Douleur, pages 204 à 214
13 - David BRY, J'irai à la clairière, pages 216 à 227
14 - Johan HELIOT, Grise Neige, pages 228 à 236
 
    Critiques    
     Après Rois et Capitaines, Magiciennes et Sorciers, Victimes et Bourreaux et Reines et Dragons, Elfes et Assassins (bonne chance pour trouver deux nouvelles figures emblématiques pour l'année prochaine !) est la cinquième anthologie éditée par Mnémos en partenariat avec le festival des Imaginales à Épinal. Comme bien souvent dans ce type d'anthologies, quel que soit le festival associé, on n'y trouve pas de réel chef-d’œuvre : l'ambition est davantage de présenter une vitrine de ce qu'est le genre – ou le thème – abordé par la manifestation, aussi bien aux connaisseurs qu'au grand public, en mettant en lumière les invités du festival. Dans le cas des Imaginales, l'accent est en outre mis sur les auteurs francophones : pas de traduction ici, même s'il y a des auteurs étrangers invités à Épinal. Pour la deuxième fois, Sylvie Miller et Lionel Davoust se retrouvent à la barre de ce volume.
     Avant de nous intéresser aux textes les plus réussis, passons rapidement sur les autres. S'ils présentent tous un intérêt – je n'ai trouvé aucune nouvelle vraiment faible, inutile ou ratée –, j'avoue ne pas y avoir accroché pour diverses raisons. Certains m'ont semblé manquer d'ambition : Bordage, qui a le redoutable honneur d'ouvrir l'anthologie, avec «  La dernière affaire de Sagamor », assez simpl(ist)e, ou Johan Heliot, avec une nouvelle à chute, «  Grise Neige », qui ne convainc pas. D'autres restent au niveau de l'anecdote : Raphaël Albert, qui convoque son privé elfe Sylva Sylvain dans une aventure tragi-comique, «  La seconde mort de Lucius Van Casper ». D'autres, encore, partent sur une bonne idée mais peinent à la développer de manière convaincante : la structuration double du récit de Nathalie Le Gendre, «  La légende d'à peu près Punahilkka », est beaucoup trop prévisible ; dans «  J'irai jusqu'à la clairière », David Bry propose des choses intéressantes sur l'opposition entre croyances païennes et religieuses, mais la construction de sa nouvelle m'a semblé mal ficelée ; de même, Rachel Tanner mélange dans «  La nature de l'exécuteur » elfes et assassins à des préoccupations très actuelles, en l'occurrence la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, mais son texte m'a semblé trop court et trop rapide pour qu'on en ressente réellement les enjeux. Enfin, il y a «  Eschatologie du vampire », de Jeanne-A Debats, qui m'a laissé totalement froid, je ne sais exactement pour quelle raison (les multiples digressions de son narrateur ?).
     Restent donc les textes qui m'ont semblé les plus réussis. Le conte d'Anne Duguël, «  Le sourire de Louise », est une merveille de cruauté et d'horreur, comme l'auteur sait si souvent en concocter. Dans «  Le sentiment du fer », Jean-Philippe Jaworski revient à l'univers de Gagner la Guerre et Janua Vera, puisqu'on y suit les pas d'un assassin dans Ciudalia ; encore une fois, on appréciera la qualité d'écriture, qui culmine dans une discussion en argot à mourir de rire. «  Du rififi entre les oreilles », d'Anne Fakhouri, a pour cadre le Chicago de la prohibition dans les années 20, et confronte de manière drôlatique un elfe extrêmement raffiné à une bande de truands mal embouchés. Fabien Clavel nous propose un texte envoûtant et déstructuré, où dans un futur indéterminé un elfe noir se lance dans une quête fondamentale. «  Elverwhere », de Xavier Mauméjean, vaut pour l'aura de mystère qui entoure les faits et gestes de son protagoniste, et qui perdure jusqu'à la dernière ligne. Enfin, Fabrice Colin convoque la figure de l'elfe (l'elphe) pour ses talents de guérisseur, et nous propose un «  Sans douleur » poignant.
     Au final, cette édition 2013 de l'anthologie Imaginales se révèle un cru moyen : pas de chef-d’œuvre, aucun texte réellement inoubliable, mais pas non plus de ratage complet, de nouvelle sans intérêt. Si l'amateur un peu éclairé de fantasy risque de ne pas y trouver son compte, nul doute que le grand public, lui, pourra s'emparer de cet Elfes et Assassins, vitrine de la fantasy francophone suffisamment variée pour plaire au plus grand nombre.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 2/6/2013 nooSFere


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies