Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Janua Vera

Jean-Philippe JAWORSKI

Cycle : Récits du vieux royaume  vol.


Illustration de Hervé LEBLAN
GALLIMARD, coll. Folio SF n° 332
Dépôt légal : février 2015
496 pages, catégorie / prix : F10
ISBN : 978-2-07-046426-5
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Fantasy 


Couverture

    Quatrième de couverture    
     Né du rêve d'un conquérant, le Vieux Royaume n'est plus que le souvenir de sa grandeur passée... Une poussière de fiefs, de bourgs et de cités a fleuri parmi ses ruines, une société féodale et chamarrée où des héros nobles ou humbles, brutaux ou érudits, se dressent contre leur destin. Ainsi Benvenuto l'assassin trempe dans un complot dont il risque d'être la première victime, /Edan le chevalier défend l'honneur des dames, Cecht le guerrier affronte ses fantômes au milieu des tueries... Ils plongent dans les intrigues, les cultes et les guerres du Vieux Royaume. Et dans ses mystères, dont les clefs se nichent au plus profond du cœur humain...

     Jean-Philippe Jaworski met une langue finement ciselée au service d'un univers de fantasy médiévale d'une richesse rare. Entre rêves vaporeux et froide réalité, un moment de lecture unique, Janua vera a été récompensé par le prix du Cafard Cosmique 2008.

     Jean-Philippe Jaworski, né en 1969, est l'auteur de deux jeux de rôle : Tiers Age et Te Deum pour un massacre. Il conjugue une gouaille et un esprit de contes de fées à la Peter S. Beagle avec l'astuce et le sens de l'aventure d'un Alexandre Dumas.


    Sommaire    
1 - Janua Vera, pages 11 à 43
2 - Mauvaise donne, pages 45 à 175
3 - Le Service des dames, pages 177 à 233
4 - Une offrande très précieuse, pages 235 à 298
5 - Le Conte de Suzelle, pages 299 à 346
6 - Jour de guigne, pages 347 à 401
7 - Un amour dévorant, pages 403 à 460
8 - Le Confident, pages 461 à 488

    Prix obtenus    
Cafard Cosmique, [sans catégorie], 2008
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    
Edition LES MOUTONS ÉLECTRIQUES, Nouvelles et Romans (2007)


     Nouveau romancier, Jean-Philippe Jaworski n'est néanmoins pas un débutant : il est en effet l'auteur de deux jeux de rôle (Tiers Âge et Te Deum pour un massacre). Nul doute que cette expérience l'aura grandement servi pour l'écriture de cette fantasy, puisque la patte du bon créateur de mondes imaginaires se fait sentir : la république de Ciudalia est particulièrement bien rendue, par petites touches qui construisent peu à peu l'univers de Janua Vera. Car l'originalité de ce livre, là où toutes — ou peu s'en faut — les fantasy actuelles prennent la forme de pavés énormes qui ne sont bien souvent qu'un tome d'une n-ologie quelconque, est de prendre la forme d'un recueil de nouvelles, forme utilisée par les plus grands auteurs du genre : Robert E. Howard, Clark Ashton Smith, Fritz Leiber, Michael Moorcock... Aussi peut-on goûter à son rythme cette oeuvre, en prenant son temps, pour mieux s'imprégner de l'ambiance locale. On suivra ainsi tour à tour les cauchemars du roi de Ciudalia, la chasse à l'homme contre un tueur à gages embarqué dans un contrat périlleux, la résolution d'un conflit de deux villages voisins au sujet d'un pont, la fuite éperdue de deux soldats blessés à la suite dune bataille, la destinée glaçante d'une pauvre fille de la campagne accrochée à un fol espoir, celle non moins atroce mais abordée de manière sarcastique d'un petit fonctionnaire qui voit son univers bien réglé s'effondrer, et enfin l'existence d'un moine reclus dans l'obscurité. La langue de Jaworski, affirmée et raffinée, fait merveille pour narrer les destins, pour la plupart minuscules, de ses protagonistes. On pourra juste regretter le manque d'originalité de la première partie de l'ouvrage, mais cela s'arrange nettement dans la deuxième partie, qui nous propose sans aucun doute les textes les plus réussis.
     Avec Janua Vera, Jean-Philippe Jaworski s'affirme comme une nouvelle voix très intéressante dans le paysage francophone, et son livre comme l'une des meilleures fantasy françaises parues ces dernières années.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 5/8/2007
nooSFere


Edition LES MOUTONS ÉLECTRIQUES, Nouvelles et Romans (2007)


     Pendant une année de lecture, les bonnes surprises se comptent sur les doigts d'une main. En fantasy sans doute plus qu'en science-fiction, tant les cycles médiocres se succèdent et se répètent. Et ne parlons même pas des rééditions patrimoniales de classiques qui sont utiles pour l'exégèse mais qui ne créent pas vraiment la surprise. Aussi, lorsqu'une œuvre nouvelle se dégage miraculeusement du lot des quêtes assommantes et autres joyeusetés, il convient de s'y arrêter. Prendre le temps pour lire et goûter le plaisir jubilatoire d'une écriture à la fois pleine de finesse et de tendresse pour les personnages. Prendre le temps pour s'émerveiller sincèrement de l'enchantement passager que procure un univers littéraire qui puise à la fois dans l'imaginaire et l'Histoire médiévale. Prendre le temps, enfin, pour en restituer sans l'affadir un aperçu qui sera forcément partiel, mais qui, on l'espère, donnera envie et intriguera suffisamment le lecteur curieux.

     Jean-Philippe Jaworski est l'auteur de quelques jeux de rôle, notamment d'un très remarqué Te Deum pour un massacre qui prend pour cadre les guerres de religion en France. Qu'on nous permette d'affirmer immédiatement qu'il est désormais aussi un auteur de littérature à suivre... de très, très près. Son premier ouvrage, Janua Vera, est un recueil qui se compose de sept histoires qui prennent toutes place dans l'univers commun du Vieux Royaume. Nous sommes évidemment dans un domaine habituel de la fantasy, celui du monde secondaire d'inspiration médiévale. Pourtant, il se dégage du Vieux Royaume une impression de familiarité troublante, au point de le faire apparaître au moins aussi vraisemblable que le contexte érudit de nombreux romans historiques. On sait que l'on lit de la fantasy et pourtant, les échos que cette lecture suscite nous renvoient à notre Histoire.

     On commence doucement le recueil avec un premier récit qui se situe aux origines du Vieux Royaume. « Janua Vera » est l'histoire du Roi-Dieu Leodegar, souverain du royaume de Leomance, qui est réveillé toutes les nuits par un rêve énigmatique apparemment prémonitoire. Quelque peu déstabilisé dans sa glorieuse divinité par ce songe malvenu, il n'aura de cesse d'essayer de le déchiffrer. Cette courte nouvelle, un peu faible, n'est qu'un préambule avant le coup d'accélérateur que produit le texte suivant. Celui-ci nous propulse en avant, quelques milliers d'année plus tard, en un autre lieu du Vieux Royaume : La République de Ciudalia. On troque par la même occasion l'introspection pour davantage d'action. Pour être totalement transparent, « Mauvaise donne » est le véritable morceau de choix du recueil. Jean-Philippe Jaworski nous y raconte, avec une gouaille réjouissante et un art du suspense maîtrisé, la machiavélique machination à laquelle l'assassin Benvenuto Gesufal se trouve mêlé. Comploteurs patibulaires, assassins sans scrupules, magiciens et princes retors cohabitent dans cette nouvelle avec la foule truculente du petit peuple et on se surprend plus d'une fois à songer à Laurent Kloetzer. Comme son titre le laisse deviner, le texte suivant, « Le Service des Dames », fait immédiatement référence aux romans courtois de Chrétien de Troyes. Ici le vertueux sire Aedan et son écuyer Naimes sont diligentés par une Dame afin de réparer un tort dont elle est la victime. Mais contrairement à ce qui se passe dans le roman courtois, la Dame n'a pas tout dit et le chevalier, que trop de vertu empêche de se renier, accomplit sa quête chevaleresque jusqu'à son terme... cynique. Après ce détournement d'archétypes, « Une offrande très précieuse » s'aventure dans un registre plus fantastique. Nous épousons le point de vue d'un barbare en fuite après l'échec du raid auquel il participait. Très rapidement, la poursuite cède la place à un voyage au seuil de la mort. Sans être bouleversant, ce récit traite d'une manière assez juste de la thématique du deuil. Pour l'émotion, il faut attendre le cinquième texte, « Le Conte de Suzelle », qui constitue le second point fort du recueil. Là aussi, l'auteur y détourne un archétype : celui du prince charmant. C'est dans l'attente de celui-ci que s'écoule l'existence de la petite Suzelle, de son enfance de sauvageonne écervelée (enfance pendant laquelle elle aperçoit son « prince ») jusqu'à sa mort solitaire après une vie bien remplie. Ce récit poignant est empreint d'une grande tendresse, ce qui ne l'empêche pas de s'achever sur une note cruelle. Après l'émotion, « Jour de guigne » est d'une bouffonnerie bienvenue. L'auteur nous narre les hilarantes mésaventures de maître Calame, fonctionnaire besogneux que le mauvais sort afflige d'un sortilège particulièrement calamiteux et contagieux. Là encore, le changement de ton fait mouche. On est emporté par la faconde de l'auteur qui n'est pas sans rappeler le meilleur de Terry Pratchett, et on se surprend à sourire franchement des malheurs de ce pauvre gratte-parchemin, à qui rien ne sera épargné — ni la boue, ni les horions, ni les manipulations des puissants — et qui ne trouvera le salut que dans les bras d'un tueur sadique... n'en disons pas davantage. Enfin, c'est avec un huis clos introspectif, « Le Confident », que s'achève le recueil. Le narrateur, un reclus volontaire du culte du Desséché qui a fait le vœu du silence et le choix de l'obscurité, nous confie ses sensations, ses réflexions et ses souvenirs. Ce récit, d'une rare noirceur, conclue idéalement le recueil en introduisant un effet de mise en abyme.

     Il reste maintenant au chroniqueur qui achève ses lignes à prendre son temps pour se relire une ultime fois et goûter les souvenirs que lui a procurés la lecture de ce recueil ; en attendant un retour dans le Vieux Royaume que l'auteur nous promet pour bientôt.

Laurent LELEU
Première parution : 1/11/2007
dans Bifrost 48
Mise en ligne le : 18/12/2008


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies