Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Dans le sillage de Poséidon

Alastair REYNOLDS

Titre original : Poseidon's Wake
Cycle : Les Enfants de Poséidon  vol. 3

Traduction de Laurent QUEYSSI
BRAGELONNE, coll. Science-fiction n° (69)
Dépôt légal : juin 2017
528 pages, catégorie / prix : 25,00 €
ISBN : 979-10-281-0513-6   
Genre : Science Fiction 
Photographie de couverture : © Shutterstock.


Couverture

    Quatrième de couverture    
     DEUX CENTS ANS APRÈS LA CHUTE DU MÉCANISME, la société humaine a recouvré une certaine stabilité. On trouve des colonies sous les océans, partout dans le système solaire et même au-delà. Seule la présence insidieuse des Gardiens menace toujours les voyages interstellaires. Cependant, lorsqu’un message radio apparemment impossible parvient à la planète Creuset, tout change. « Envoyez Ndege » : le message semble provenir d’une région non explorée de l’espace. Qui peut bien en être l’auteur ? Et pourquoi mentionner Ndege Akinya, la scientifique tombée en disgrâce ? Afin d’obtenir des réponses, l’une des expéditions les plus audacieuses de l’Histoire est lancée, s’aventurant plus loin dans l’espace qu’on ne l’avait encore jamais osé...

     Alastair Reynolds est né à Barry, dans le sud du pays de Galles. Un doctorat d’astronomie en poche, il a travaillé comme astrophysicien pour l’Agence spatiale européenne avant de devenir écrivain à plein temps. Nommé à deux reprises au prix Arthur C. Clarke, il a remporté le prix de la British Science Fiction Association en 2001.

 
    Critiques    
     Deux siècles après les évènements relatés dans le deuxième tome des Enfants de Poséidon, un message arrive en provenance de Gliese 163, envoyé par le trio de créatures pensantes emportées par les machines extra-terrestres connues sous le nom de Gardiens. Chiku Akinya, l’intelligence artificielle qui simule la personnalité de son arrière-grand mère Eunyce et Dakota, l’éléphant à l’intellect augmenté, appellent à l’aide. Deux descendants d’Eunyce décident de partir à leur secours.

     Dans la première moitié du roman, les chapitres alternent entre les deux voyageurs. D’un côté, Goma, petite-fille de Chiku, quitte la planète Creuset à bord d’un vaisseau d’exploration dont l’équipage reflète le délicat équilibre politique entre les différentes factions de la colonie. Leur trajet sera rythmé par les intrigues et les tensions, d’autant qu’un sabotage est à craindre de la part de fanatiques religieux. De l’autre côté, Kanu Akinya part du système solaire avec son ex-femme et une IA représentante d’une nations de robots pour qui Eunyce est la Créatrice. Toute cette partie est bien menée, riche en rebondissements et, si elle peut paraître assez classique aux habitués d’Alastair Reynolds, se lit avec beaucoup de plaisir.

     La réunion des deux trames, hélas au prix d’une coïncidence un peu grosse à avaler, permet d’entrer dans la phase la plus captivante du roman. Lorsque tout le monde se retrouve autour de Gliese 163, c’est l’occasion pour l’auteur de raconter la même histoire selon les points de vue divergents des protagonistes. Si le rythme en pâtit un peu, le procédé n’en demeure pas moins intéressant. Comme souvent chez Reynolds, il n’y a pas de manichéisme, mais des conflits qui résultent de choix politiques et philosophiques divergents, voire de la nature différente des personnages : humains transformés ou non, éléphants à l’intelligence augmentée, machines pensantes...
     En parallèle, le mystère qui sous-tend la trilogie, les mandalas extra-terrestres, est partiellement révélé et on en apprend un peu plus sur leurs inventeurs ainsi que sur les Gardiens. Le point d’orgue de cette séquence est une haletante opération de sauvetage dans le décor grandiose de la planète Poséidon.

     C’est ensuite que naît une certaine déception : de nombreuses interrogations soulevées dans la trilogie ne trouvent pas de vraie réponse et les personnages principaux ne semblent pas faire grand chose du peu qu’ils ont appris, se contentant de résoudre leurs histoires personnelles à travers quelques dizaines de pages à l’intérêt limité. Au cours des trois romans, de nombreux thèmes passionnants ont pourtant été abordés (l’Humanité confrontée à d’autres formes d’intelligence qu’elle a elle-même créées et qui échappent à son contrôle, l’articulation complexe entre la conscience et l’intelligence, les buts des extra-terrestres qui ont fabriqué les mandalas, l’instauration puis la disparition du Mécanisme qui assurait une certaine paix sociale au prix d’une dictature soft,...) mais il n’y est pas apporté de conclusion claire. Tout au plus apprenons-nous qu’une bonne partie des réponses existent sur Poséidon, mais nous n’en connaîtrons pas la teneur, faisant de la planète qui donne son titre à la trilogie rien de plus qu’un énorme MacGuffin. Après cette découverte, on sent que l’Humanité et les autres factions vont être transformées, mais on n’en saura pas davantage, comme si Les enfants de Poséidon n’était qu’un long prologue à un roman qui reste à écrire (notons que, sur son site, l’auteur n’exclut pas de revenir à cet univers dans un quatrième roman).

     Dans le sillage de Poséidon possède nombre des qualités des livres d’Alastair Reynolds, notamment cette inventivité et cette vision optimiste du futur qui tranche agréablement avec la majeure partie de la production SF. C’est aussi un hymne à la cohabitation pacifiste entre les êtres vivants, au-delà des différences de nature et des conflits passés. C’est enfin un beau récit d’aventures humaines et scientifiques avec de grandes scènes d’action, du suspens et des personnages au caractère bien trempé (et, en grande majorité, féminins). Ça aurait pu être un très bon roman de science-fiction si on n’en sortait pas avec l’impression d’avoir été floué par une conclusion un peu faible pour une trilogie de 1700 pages.


Jean-François SEIGNOL
Première parution : 20/8/2017 nooSFere


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies