Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Anaphase du Diable

Michel JEURY



Illustration de Tim WHITE

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Anticipation n° 1316
Dépôt légal : juillet 1984
192 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-265-02678-6   
Genre : Science-Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Lo-An, princesse Bajjium de Yore, jumelle clonale de l'impératrice, commande la flotte de Grakforal et affronte le Kaerwea. Joren Lazar est le seul homme capable de communiquer avec les mystérieux Anaes de Marvoon, qui représentent l'avenir de la race humaine. Joren et Lo-An ont rendez-vous à bord du vaisseau amiral... Rendez-vous avec l'amour et la mort.
 
    Critiques    
     Voici un certain temps déjà que la production romanesque de Michel Jeury est entrée dans une phase que l'on pourrait dire en plateau. Et contrairement à ce que d'aucuns pourraient avancer, le fait n'est pas essentiellement dû à son entrée dans l'écurie de Patrick Siry. Grosso modo, depuis Les Yeux géants, Jeury étonne moins, assure à son écriture une linéarité classique et se prend même — comme n'importe quel auteur US — à rentabiliser des idées naguère distribuées à la volée.
     Ce choix assure sans doute sa production (et reconnaissons que le poids de l'auteur est infime face au rouleau-compresseur de la normalisation éditoriale). mais celui qui, en littérature, recherche surtout l'expérience de lecture propre à créer un choc risque hélas de s'en trouver quelque peu déçu.
     Rentabiliser. Dans Le territoire humain, paru en 1979 (Laffont). Jeury distillait mille idées et composait ce que Bozzetto nomma « un univers grouillant de pistes, où la signification se noie ». Parmi ces idées, les nouvelles races du Timindia : timins qui échappent au temps, exdos hypersensibles à la douleur et indos pour lesquels, au contraire, les affres de cette dernière sont inconnus grâce à une abondance d'endomorphines.
     Aujourd'hui, les indos réapparaissent sous le nom d'Anaes. et ils forment l'enjeu de L'anaphase du diable qui sans cette présence implicite serait un fort banal space-opera... Deux empires s'affrontent : Grakforal I'empire humain et la nation urue derrière le Kaerwea. Les Urus figurent l'implacable ennemi torturant les humains souvent plus par plaisir que par nécessité tactique. Découvrir la retraite des Anaes est devenu vital pour Grakforal. Et telle est la mission de Lo-An, princesse Bajjium de Yore, amirale des flottes cosmiques et clone de la Reine Teherakli. S'il n'y avait les Anaes et le personnage de Jorer Lazar (typique de ces « héros » jeuryens arrachés au quotidien pour subir l'action), tout cela serait fort peu « jeuryen ».
     Mais fort heureusement, même s'il choisit désormais d'aplatir son écriture Jeury ne jette pas le fond avec la forme. Cette quête des Anaes qui aurait pu devenir la recherche d'un sauveur tout-puissant (idéologiquement suspect) se voit dotée d'une formidable critique interne : les Anaes sont tout sauf possesseurs d'une utopie, eux qui n'hésitent pas à livrer des agents de Grakforal à des expérimentations sadiques pour retrouver la compréhension des phénomènes de douleur — et sont dès lors plus proches des Urus que des humains. De même, Jeury pousse à son terme la réflexion sur ce qui aurait pu n'être qu'un gadget : si la douleur a disparu, sa fonction de signal d'alarme dans bien des dysfonctions physiologiques disparaît également. Les Anaes doivent donc développer d'autres systèmes de défense et ausculter périodiquement l'espace intérieur de leurs corps. La nuit et le sommeil ont disparu pour ne subsister que sous forme artificielle (un dédoublement qui rappelle quelque peu celui de L'Ile bleue (Plasma). Or, ces voyages intérieurs ont créé chez eux des facultés nouvelles d'exploration de l'univers par le mental et même de préhension des êtres qui le peuplent : l'anaphase.
     L'anaphase du diable tiendrait-elle son nom de la planète Marvoon. résidence des Anaes, dont le nom dérive de l'un des avatars galactiques du Malin : Marv ? Ou plutôt, et Jeury achève de retourner comme un gant le statut de sauveurs des Anaes. parce que ces derniers possèdent stricto sensu n'importe quel individu et se donnent ainsi l'un des pouvoirs du Diable...
     On cherche quelque chose comme un Messie pour sauver la race humaine, et on tombe sur un « Grand Satan » ! Décidément, Jeury manie toujours l'ambiguïté et la subtilité.


Dominique WARFA (lui écrire)
Première parution : 1/11/1984 dans Fiction 356
Mise en ligne le : 16/5/2003


 

Dans la nooSFere : 60635 livres, 54723 photos de couvertures, 54535 quatrièmes.
7936 critiques, 32866 intervenant·e·s, 1126 photographies, 3638 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies